Ce site utilise des cookies pour améliorer votre navigation, pour permettre la mesure d'audience et à des fins publicitaires. Les données collectées peuvent être partagées avec des tiers.X
 
 
 
 
 Abrasax  Développement personnel  Discussions générales 

 Le gout du sang

Nouveau sujet   Répondre
 
Bas de pagePages : 1  
aleister.c
Inactif
   Posté le 05-11-2005 à 03:51:50   Voir le profil de aleister.c (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à aleister.c   

bonjour à tous!

voila, je souhaite ouvrir ce sujet, un poil choquant il est vrai, car je crois qu'il nous est indispensable de COMPRENDRE ce qui se passe en toute circonstance

le grand oeuvre, le développement personnel, l'accomplissement de la légende personnelle, ça passe (il me semble) par une parfaite compréhension de soi....

je vais donc vous raconter une de mes experiences, au risque de passer pour un taré mais je crois que cela concerne beaucoup d'humain....

comme certains le savent déja, j'ai passé quelques temps au laos, chouette pays ou j'ai tenté de m'installer,
je me suis associé avec un laotien, je passe sur les détails mais en résumé, je me suis fait entuber profond, comme beaucoup d'autres gens , locaux et étranger...

l'histoire m'a vraiment pris a coeur, pas a cause des thunes que j'y ai perdu , mais plus à cause des laotiens qui se sont fait avoir eux aussi, principalement une fille de 13 ans qui travaillait dans son restaurant, au laos, cette situation n'a rien de choquant, c'etait elle qui gagnait le meilleur salaire de la famille..... enfin qui aurai du car j'ai fini par apprendre qu'elle n'avait pas touché plus de trois mois de salaires....

ça et d'autres du même gout m'on poussé a aller chercher le bonhomme dans la capitale, je savais ou il se cachait, je me doutais qu'il ne pensait pas me voir, je me suis dis aussi que bien qu'étant dans mon droit, seul étranger dans un quartier "zone" j'aurai peu de chance de m'en sortir indemne.... d'un autre coté je sais que je suis dans mon "bon droit", que c'est lui le fautif, peut-être d'autres laotiens voient la situation de la même façon que moi .... et puis la justice semblant ne rien faire, il faut bien que quelqu'un s'y colle

-soyons franc jusqu'au bout, j'en pince un peu pour sa femme, je lui trouve toute les qualités que j'attend du genre féminin et je ne supporte pas l'idée qu'elle se fasse maltraiter par ce lascar...

c'est donc tourmenté par toutes ces idées que je me pointe chez lui, au petit matin; avec la trouille au ventre car j'imagine que la situation pourrai déraper facilement, je ne suis pas du genre belliqueux mais le bonhomme m'énerve bien et je me demande, si ça dérape, serais-je a la hauteur? ok je suis grand (1m90 au laos c même être géant ) lmais je ne sais absolument pas me battre, ma dernière bagarre remonte au temps des cours de récré....

donc je frappe à sa porte, c'est lui qui m'ouvre, on tente de s'expliquer 2 minutes, puis sa femme sort de la chambre, avec un superbe oeil poché.
cette vision, aditionnée de toutes les conneries qu'il vient de me débiter me fait sortir de mes gond, le poing part tout seul, je lui fracasse l'arcade sourcilière et un de mes doigt au passage... il tente de se défendre, je crois même qu'il m'a donné un coup mais trop faible pour me faire mal.

la ou je veux en venir, c'est que la vue du sang qui coulait sur son visage m'a plus, j'étais plutot satisfait!!!
j'étais aussi pris dans une rage destructrice et heureusement que des personnes sont intervenues pour nous séparer car je me demande encore jusqu'ou j'aurai été capable d'aller

à ma petite échelle, j'ai le sentiment d'avoir vécu "l'ivresse de la guerre"

bon, cela ne m'a pas changé tant que cela, je suis toujours pacifiste et j'esquive toujours les situations belliqueuses, mais je sais que pris dans le feu de l'action, je peux devenir une brute avide de sang, je ne suis qu'un humain, rien de plus et comme d'autres je pourrais plonger (avec délice et c'est bien ça qui me perturbe) dans l'horreur destructrice de la guerre si les circonstances m'y amenent....

et maintenant je dois vivre avec ça.... moi qui cherchais des moyens de mieux me connaitre, me voila servi

je me souvient vaguement d'un passage du film "lawrence d'arabie" ou le sir lawrence explique à ses superieurs qu'il a aimé le massacre qu'il a dirigé et que cela le perturbe....

ça me rassure un peu, je ne suis donc pas seul a vivre ce genre de choses.... mais comment évoluer a partirde ça? et comment faire prendre conscience aux autres autour de moi de ce danger qui les guette de l'interieur???


rico, un misérable humain parmis les autres......
Solomon Kane
Membre
Solomon Kane
   Posté le 05-11-2005 à 11:11:44   Voir le profil de Solomon Kane (Offline)   Répondre à ce message   http://perso.wanadoo.fr/chemins-du-reve   Envoyer un message privé à Solomon Kane   

L'expérience que tu décris je ne l'ai pas éprouvée mais j'en ai en revanche souvent entendu parler que ce soit dans la littérature ou au cinéma. Et ça corrobore pas mal d'affaires judiciaires où des assassins avouent, désarmés, devant le juge qu'ils ne comprennent pas ce qui leur est arrivé. C'est souvent qu'après un drame survenant à une personne qui ne s'était jamais fait remarquer auparavant on entend les voisins ou amis déclarer " on ne comprend pas, c'était quelqu'un de gentil qui n'a jamais fait parler de lui ." L'incrédulité est de mise dans ces affaires. La question qui hante les esprits est : comment expliquer le geste ? Car il apparait souvent, dans les cas les plus violents, que l'acte a été barbare, inhumain... On se demande comment une personne a pu commettre des ignominies pareilles ?

Au-delà de la pathologie chez certains cas chez qui c'est récurrent, la question interpelle plus particulièrement hommes et femmes pour qui c'est accidentel. Qui n'a jamais lu ou entendu ces histoires de types qui découpent leur épouse ou de femmes qui poignardent leur mari de plusieurs centaines de coups de couteaux ? Pourquoi cette sauvagerie quand un seul coup serait fatal ? Pourquoi cet acharnement ? Tu as partiellement donné la réponse. Je crois que ces gens ont éprouvé ce que tu appelles le goût du sang . Comme chez certains animaux, il semblerait que la vue du sang et le déchainement de la violence conduise l'être humain à devenir un autre. C'est un peu la métaphore du loup-garou. Face à une situation d'agression, l'individu semble capable de tout. Il perd conscience de ses actes, il se détache totalement de leur portée uniquement portée par sa fureur, sa rage. Le genre d'histoire qui revient souvent dans les récits de guerres et de combats quand seul le désespoir entretient la flamme vacillante de l'esprit. C'est en effet un thème évoqué dans Lawrence d'Arabie . Mais c'est aussi ce qu'explique Anakin dans l'Attaque des Clones après avoir massacré les pillards Tusken : " je les ai tous tués et j'ai aimé ça ." Certains prennent conscience de ce plaisir et c'est là que ça devient dangereux. Dans le même ordre d'idée que l'humain va rechercher le plaisir dans le sexe ou la drogue ou toute autre activité où il éprouvera une jouissance physique ou psychique, je pense que certains tuent par plaisir. Et en sont conscients... Je ne suis pas très bande-dessinée, mais je me rappelle d'un vieil album appelé Slaine où le héros-guerrier était pris parfois de ce qui était appelé un spasme de fureur. Il devenait alors invincible sur le champ de bataille, massacrant à tour de bras et nourrissant son exaltation par le sang de ses ennemis. Il y a plus qu'une vérité derrière la fiction. Et je crains que nous ayons tous dans les années à venir à éprouver ce goût du sang d'une façon ou d'une autre...

Dav


--------------------
"On n'est pas le meilleur parce qu'on le croit, mais parce qu'on le sait."
Wecken die Welt
Il n'est pire eau que celle qui dort...
Membre
Wecken die Welt
   Posté le 28-12-2006 à 15:55:28   Voir le profil de Wecken die Welt (Offline)   Répondre à ce message   http://vie-dartiste.skyrock.com   Envoyer un message privé à Wecken die Welt   

Intéressant sujet.

Tout d'abord, moi aussi je vais commencer par une petite anecdote.

En octobre dernier, j'ai été victime d'un petit complot monté par tous les mecs de ma classe (ça fait... 8 mecs, vu l'effectif réduit qui constitue notre classe). Deux heures avant leur assaut, j'ai aperçu un gars dire quelque chose à un autre. Je n'ai pas entendu leurs mots et, franchement, je me fiche de ce qu'ils ont pu dire. A la fin de leur petite discussion (deux minutes environ), j'ai senti une énorme vague de froid dans le dos et une sorte de coup de poignard au niveau du poumon droit (même sensation qu'en juillet 2004, 12h avant que ma grand-mère se casse le col du fémur!). Je me suis alors dit qu'à la fin des cours, ça allait être ma fête. Les deux heures de cours restantes, je me suis concentré à savoir ce que j'allais faire pour me défendre; et à savoir même si je devais me défendre!

17h; la fin des cours sonne. Tous les gars sortent de la salle, puis les filles, puis une amie et enfin moi; suivi du prof. Et là, un gars m'attrapent par derrière, essaie de m'immobiliser. Je me débats, le pinçant au niveau de la partie la plus sensible de l'homme (si vous voyez ce que je veux dire) et me libère de son entrave. J'aurai pu partir, ignorant cette tentative de me faire un sale coup. Mais une pulsion s'est alors emparée de moi. Mon coeur battait si fort, ma tempe de même. Une chaleur envahit mon corps et je fonce sur celui qui avait tenté de m'immobiliser. Coups de poing sur coups de poing, qu'il a du mal à parer, je suis devenu une vraie furie. (pour info moi: 1m68; 54kg, tout maigrichon et lui 1m80; 76kg...de muscles).
Deux gars essaient de m'immobiliser mais ne font que me faire glisser par terre. Les frottements du sol contre mon bras brûlent une partie de ma peau. (j'ai une cicatrice maintenant.)
Je me suis relevé, et voyant que celui que j'avais frappé saignait je dis:
"Tu l'auras mérité", tout en souriant. D'après les témoins de la scène, je faisait vraiment peur à voir... Un air méchant...
Je commençai alors à me diriger vers lui, près à faire je ne sais pas quoi. Je ne me contrôlait plus. Un autre gars m'a fait une béquille. Et je tombe à plat ventre sur le sol. Je saigne du nez. Je me relève alors, bouche la narine saignante et me barre. Pendant le trajet couloir-voiture, je sens mon corps trembler. Je viens de tabasser mon meilleur ami. Des larmes coulent, de tristesse, de suite remplacées par une envie de le pour ce qu'il a tenté de me faire.
Après, j'ai su qu'en fait, ils voulaient me dessiner une moustache au marqueur!!!

L'idée du complot ne m'a pas plu; mais d'un autre côté, le fait de voir mon meilleur ami qui saignait et qui avait peur, lui qui habituellement est un dominant!!!, m'a satisfait et l'envie de recommencer s'ancrait en moi.

Je pense que ces pulsions et ce goût du sang existe en chaque être humain, et qu'il se dévoile lorsqu'on est confronté à une situation qui nous révolte. Aleister, j'aurais réagi comme toi face à ce laotien, et a mon avis, tout humain trouvant la violence inacceptable aurait fait comme toi. Ce goût du sang fait partie de la nature humaine; ce qui explique les guerres, les peines de mort autorisées et les violences commises, mais ce, dans le domaine psychologique.

J'étudie le comportement humain, et dès que j'en découvre un peu plus à ce sujet, je vous refais signe...

Poutoukss...

PSYCHETHEE.


--------------------
Réveiller le monde, rêver d'un autre "été"
"Etre" doit répondre, réveiller l'Humanité...
(A force d'ignorer la tolérance, nous ne marcherons plus ensemble"
kAzIm
La Roue Tourne ...
Inactif
kAzIm
   Posté le 21-07-2007 à 03:06:48   Voir le profil de kAzIm (Offline)   Répondre à ce message   http://olivier.dufourt.free.fr   Envoyer un message privé à kAzIm   

Intéressant sujet..
J'ai moi aussi une petite anecdote.

Nous rentrions de soirée ( journée ?), avec des amis, après un long week end ou nous n'avions pas beaucoup voir pas du tout dormi. Nous décidons de finir chez un pote. Or il se trouve que cet ami possède 2 furets dans son appartement, et alors que nous étions assis dans les canapés il décide de lacher la 'meute' :] Quelques secondes plus tard je sens une sensation très intense à l'avant bras, je regarde et voit le furet la bouche grande ouverte en train d'enfoncer ses 4 crochets de toute ses forces dans mon bras.
ça a été une sensation très forte et très bizarre, assez primaire je crois. C'était vraiment 'animal' comme truc, un bon moyen de déclencher la gnose.. !*
Bref je crois que le sang, comme la mort, a toujours fait partie des archétypes de la psyché humaine, le voir s'écouler rapelle en nous cette énergie qui s'échappe.
Je me rappelle ce reportage dans une ville d'Amérique du Sud ou les habitants célébrait un rite de 3 jours pour la nouvelle année. Les hommes se battaient prfois jusqu'au sang, ils prennaient ça comme un exorcisme des démons de chacun. Pour les Hindous le sang est le principal véhicule du prana. Ainsi, Le sang offert était alors un sacrifice qui sevraient les mauvaises énergies avant le commencement de l'année.


--------------------
gimme five !
Solomon Kane
Membre
Solomon Kane
   Posté le 21-07-2007 à 19:00:40   Voir le profil de Solomon Kane (Offline)   Répondre à ce message   http://perso.wanadoo.fr/chemins-du-reve   Envoyer un message privé à Solomon Kane   

Hey Kazim !

Content de te revoir ici, ça faisait un bail ! C'est marrant que tu es exhumé ce vieux topic sur le Goût du Sang. Il était pourtant bien planqué dans les tonnes de dossier traités depuis son ouverture. Ce dont tu témoignes fait référence à ces nombreuses histoires d'hommes et de femmes qui, en réponse à une attaque ou à un danger au cours duquel leur intégrité physique (ou celle d'un proche) a été mise en péril, ont été soudain pris d'une espèce de transe au cours de laquelle ils ont accomplis des actes dépassant ce que tout un chacun considérerait comme "normal". Je n'ai toujours pas d'histoire personnelle à partager depuis ma dernière intervention dans ce topic. Le bâton de parole est libre pour celles et ceux qui en aurait.

Dav


--------------------
"On n'est pas le meilleur parce qu'on le croit, mais parce qu'on le sait."
Dupont-levis
Membre
   Posté le 09-09-2010 à 10:47:40   Voir le profil de Dupont-levis (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Dupont-levis   

Oui, Aleister, je crois que tu as touché du doigt quelque chose d'important, quelque chose de "tabou", qu'on ose généralement pas reconnaitre ,mais qui fait , je pense parti de nous, de nos
"profondeurs". Prendre conscience de cela, et le regarder en face,
avec tout ce que cela implique est le signe que tu es sur le bon chemin, et sans doute assez avancé sur la voie. Maintenant que tu sais que tu as ça en toi, (nous l'avons tous, mais beaucoup ne l'ont pas découvert, et reconnu!), la question est: "Que faire avec ça!"
Lutter contre ?.......................ce qui reviendrait à lutter contre une partie de soi-même, se diviser ....en vain,hélas. Je pense que ce serait une mauvaise pioche, bien que partant d'une bonne intention, car tu t'épuiserais en vain, et finalement tu perdrais la partie, car plus tu lutterais contre, et plus l'attraction de cette chose en toi serait puissante, car qui veut faire l'Ange,fait la Bête!
Se laisser séduire et succomber à ça.................là, ça reviendrait à abandonner la partie et à céder au coté obscur de la Force.
Ignorer cela, faire comme si tu n'avais rien vu,oublier,............c'est désormais impossible,et tu le sais bien.
Alors ? la dernière option, la plus sage ,mais la plus exigeante, celle qui demande le plus de "tripes", c'est d'accepter totalement ce que l'on est, d'intégrer cette partie obscure, de l'accueillir en soi,..........
alors là, BRAVO.
Dernière question: "Aurais-je assez de force et de courage pour ça"
En tout cas ,tu as vu le visage de ton adversaire maintenant, celui contre lequel tu ne peux pas combattre, et auquel tu ne peux pas céder,et que désormais tu ne peux pas oublier..............

--------------------
Dupont-levis
Membre
   Posté le 09-09-2010 à 14:01:45   Voir le profil de Dupont-levis (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Dupont-levis   

Je veux ajouter encore quelque chose à mon article précédent:
Cette chose obscure qui est tapie au fond de soi, si elle est reconnue, et acceptée, peut devenir une formidable force d'appoint en cas de besoin. Elle peut vous permettre de dépasser la peur de la mort et
vous permettre d'accéder à un engagement total ,sans haine et avec une adéquacité parfaite.C'était la Voie des samourais, et l'idéal des "arts martiaux".Paradoxalement, la guerre,vue sous cet angle,
impliquant un engagement personnel au corps à corps alors que l'issue est incertaine avec des risques partagés de part et d'autre,cette guerre là peut devenir un facteur d'éveil !
Rien à voir, vous l'avez compris avec les guerres d'aujourd'hui, qui sont des guerres "presse-boutons",des guerres par technologies interposées, des guerres à distances, où l'on ne voit plus les yeux de ses adversaires, des guerres "propres" où les morts ne sont que des
"stastistiques" d'état-major, où les massacres de civils sont des "dommages collatéraux" , des guerres sans engagements personnels et sans conscience, des guerres organisées par des lâches".Ce genre de guerre là est aux antipodes de l'éveil, bien sur.
Je voudrais ajouter aussi, que la "chose" obscure tapie au fond de soi, peut prendre d'autres formes que le "gout du sang" et "l'ivresse du massacre".Elle peut apparaitre sous l'aspect de la dépravation, de la perversité, du mensonge, de la trahison ,etc, etc,bref tout ce que l'on cache soigneusement au fond de soi,..............une formidable source d'énergie à l'état brut, mais très dangereuse à manipuler.Pourtant
c'est là que se trouve la clé de la transformation!

--------------------
Haut de pagePages : 1  
 
 Abrasax  Développement personnel  Discussions générales  Le gout du sangNouveau sujet   Répondre
 
Identification rapide :         
 
Divers
Imprimer ce sujet
Aller à :   
 
 
créer forum