Abrasax  Le coin des Arts  Arts de l'écrit 

 L'origine des insectes

Nouveau sujet   Répondre
 
Sujets liés :
Satan
 
 
Bas de pagePages : 1  
Abraxas
Membre du conseil
Abraxas
   Posté le 12-10-2014 à 14:41:54   Voir le profil de Abraxas (Offline)   Répondre à ce message   http://abrasax.chez.tiscali.fr   Envoyer un message privé à Abraxas   

Bonjour,

J'ai cherché ce texte pendant longtemps (voir le post sur Satan, j'ai finalement trouvé une seule référence sur la création des insectes par le diable, voici le texte en question :

Citation :

L’ORIGINE DES INSECTES

(Tradition rabbinique)

Quand Dieu eut achevé la création, et au moment où il s’applaudissait de son œuvre, il entendit derrière lui un rire moqueur. C’était Satan, qui se trouvait, comme d’habitude, au milieu de l’armée du ciel. « Tu aurais peut-être mieux fait ? lui dit Iahveh. — Peut-être, répondit l’Adversaire. — Eh bien, mets-toi à l’œuvre, nous verrons ce que tu produiras. »

Satan prit le reste du limon démiurgique d’où Dieu avait tiré les bêtes à quatre pieds, les poissons des eaux, les oiseaux du ciel et l’homme lui-même. Il le trouva presque entièrement sec, et lorsqu’il essaya de le modeler, tout se réduisit en poussière. « Cela pourra nuire aux dimensions de mes créatures, se dit-il ; cependant je n’ose puiser de l’eau génératrice, sur laquelle flotte encore l’esprit de Dieu. »

Il prit un rayon de soleil et anima cette poussière, puis il présenta, comme échantillons de ses œuvres, une mouche, un scarabée, une fourmi, une abeille, une sauterelle et un papillon. Les anges se mirent à rire.

« Ce sont ces petits êtres, dit le Seigneur, que tu prétends opposer à ma création ?

— La grosseur ne signifie rien, dit le Diable ; tu es plus fier de l’homme que de la baleine. Ceux-ci sont petits parce qu’ils n’ont presque rien de terrestre, juste assez pour envelopper, sans l’appesantir, l’étincelle de flamme qui les fait vivre. Vois à quelles hauteurs ils s’élèvent, par le saut ou par le vol, tandis que l’homme reste enchaîné à la terre, d’où il est sorti. Permets qu’une nuée de sauterelles s’abatte sur un champ, et elles montreront que le nombre supplée à la force. L’homme est nu et désarmé ; moi, j’ai protégé la vie de mes enfants. Ils ont de solides boucliers pour se défendre, de robustes mâchoires pour attaquer. Leurs os sont extérieurs et protègent les parties faibles, au lieu de les laisser exposées à toutes les menaces du dehors. S’ils tombent, à défaut de leurs ailes, leur cuirasse amortit la chute ; une feuille leur suffit pour s’abriter, leur rapidité les sauve de leurs ennemis. Ils ne sont pas difficiles à nourrir : les uns vivent de la pourriture et font sortir la vie de la mort, les autres boivent le suc des fleurs sans les souiller ni les flétrir.

« L’homme, à son entrée dans le monde, ne peut vivre que de la substance de sa mère, et que deviendrait-il, si elle le quittait un instant ? Mes créatures ne connaissent pas leurs mères, mais ma providence leur en tient lieu. À chaque automne, les oeufs sont déposés en lieu sûr, pour éclore au premier réveil du printemps. Pour l’homme, la jeunesse est le meilleur temps de la vie ; la seconde moitié de son existence se passe en stériles regrets. Moi j’ai placé le bonheur au terme de la vie, pour en faire le prix du travail ; quand la chenille est devenue papillon, elle s’envole dans un rayon de soleil, sans autre souci que de jouir et d’aimer. Et je n’ai pas borné le plaisir à un instant rapide, je ne l’ai pas mesuré d’une main avare, comme tu l’as fait pour l’homme…

— N’insiste pas sur ce sujet, dit Dieu, tu pourrais offenser la chasteté des Anges.

— Je n’en suis pas bien sûr, répliqua Satan ; il me semble voir Azaziel sourire et Samiaza prêter l’oreille. Les filles des hommes feront bien de se voiler de leurs longs cheveux et de ne pas s’égarer dans les sentiers du mont Hermon.

— Assez, dit Dieu ; l’avenir ne te regarde pas : je me suis réservé la prescience.

— Alors tu sais, répondit le Prince de ce monde, quel usage fera l’homme de l’intelligence que tu lui as donnée. Peut-être un jour te repentiras-tu de l’avoir fait, quand les cris de mort monteront vers toi, quand la terre sera rouge du sang répandu, et que pour la laver il faudra déchaîner la mer et ouvrir les cataractes du ciel.

— J’ai donné à l’homme l’intelligence et la liberté, dit Dieu ; il récoltera ce qu’il aura semé.

— L’intelligence se trompe, la liberté s’égare, dit Satan ; moi, j’ai donné à mes créatures un instinct infaillible. La monarchie des abeilles et la république des fourmis pourront servir de modèles aux sociétés humaines, mais je ne crois pas que ces exemples trouvent beaucoup d’imitateurs.

Tu le vois, maître, dans l’humble création que j’ai produite pour t’obéir, j’ai pris le contrepied de ton œuvre. C’est à toi de décider si j’ai réussi. »

Iahveh se contenta de sourire et dit : « Parlons d’autre chose. »
Louis Ménard - Rêveries d’un païen mystique - Texte établi par Rioux de Maillou, Georges Crès et Cie, éditeurs, 1911. P 135

Source : http://fr.wikisource.org/wiki/L%E2%80%99Origine_des_insectes

J'imagine qu'il existe une source rabbinique pour ce texte, si quelqu'un la trouve qu'il n'évite pas à la partager...

Grüssi,

Abra

--------------------
Carita bene ordonata incipit a se met ipso
Erika
Membre
   Posté le 12-10-2014 à 16:06:51   Voir le profil de Erika (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Erika   

J'imagine qu'il n'y a pas de source "rabinique" pour ce texte, ou alors sous forme de fable ashkénaze dénuée de toute implication "rabinique"

--------------------
Haut de pagePages : 1  
 
 Abrasax  Le coin des Arts  Arts de l'écrit  L'origine des insectesNouveau sujet   Répondre
 
Identification rapide :         
 
Divers
Imprimer ce sujet
Aller à :   
 
 
créer forum
   Hit-Parade