Abrasax  Développement personnel  Esprit 

 Du pardon et d'autres

Nouveau sujet   Répondre
 
Sujets liés :
les vertus du pardon
 
 
Bas de pagePages : 1  
pelerin sur le sentier
Membre du conseil
pelerin sur le sentier
   Posté le 03-03-2006 à 16:24:31   Voir le profil de pelerin sur le sentier (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à pelerin sur le sentier   

De l'art du pardon.

Pardonner autrui, accepter les fautes, se pardonner a soi meme, s'accepter. accueillir tout les aspects de la vie et toutes ses formes, etre Amour en tout et pour tout.

Faire le pas sur ces émotions et soi meme, sur sa fierté et sur sa constance d'etre. C'est progresser, en surpassant.

il est plus simple de rejeter ou de laisser que d'accueillir et de comprendre l'etre que nous avons en face de nous.

Pardonner c'est aimer, l'amour est un principe d'union, d'attraction. Aimer une chose c'est l'accepter dans son centre de conscience.

Pardonner c'est cela, c'est aimer, c'est agrandir son amour, c'est ouvrir son coeur à tout.

Car le coeur, doit s'ouvrir, et la lumière se révéler pour briller pour tous. Le coeur, dans cette quete de l'eternel, doit tout accepter pour pouvoir s'unifier avec toutes choses.

Il doit se fondre en tout et en chaque partie de la manifestation, tout comme l'Eternel et le Créateur le fait pour son oeuvre, dont nous faisons tous partie.

Ferme ta main, et tu possède de l'air futile.... ouvres la, et tu as le monde dans celle ci.

tant à dire.... je crois surtout que tout est à faire.




Edité le 18-10-2009 à 09:14:34 par pelerin sur le sentier


HAIAH
Choisis regarder ou voir
Membre
HAIAH
   Posté le 03-03-2006 à 18:27:44   Voir le profil de HAIAH (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à HAIAH   

Salut!

Pardonner c’est aussi un détachement qui libère de l’ego, refusé d’être plus sévère avec les autres qu’avec soi-même. C’est de laisser à l’autre l’opportunité de se reprendre. C’est une ouverture à l’union des contraires, à ne rien séparé. Ce qui est bon pour l’un, l’est aussi pour l’autre. Quand il faut se pardonner à soi-même c’est que l’on est divisé. Pardonner, c’est la basse de toutes paix.


--------------------
pelerin sur le sentier
Membre du conseil
pelerin sur le sentier
   Posté le 03-03-2006 à 18:46:34   Voir le profil de pelerin sur le sentier (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à pelerin sur le sentier   

en effet HAIAH ...

un certain Franz bardon (pour citer), a dit une phrase du genre "balaye devant ta porte avant d'aller voir celle des autres". etre intransigeant et strict envers soi meme, et doux envers les autres.

Le pardon est un don de soi meme, et un acte d'accepter un fait dans son coeur. Il étend l'Amour d'un etre, et par là tends vers l'Esprit et deracine l'etre de l'ego inferieur, pour le porté vers l'Esprit qui est fait de ses hautes Vertus d'amour...

Et plus, que se pardonner soi meme, il faut s'accepter....nuance importante dans le cheminement que nous faisons faire a notre conscience.
HAIAH
Choisis regarder ou voir
Membre
HAIAH
   Posté le 03-03-2006 à 19:06:53   Voir le profil de HAIAH (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à HAIAH   

Oui, le pardon est un acte conscient, qui est geste d’amour. D’un amour inconditionnel et librement accepté de la par de celui pardonne. L’amour reçu n’est jamais pour soi mais pour l’ensemble. Celui qui aime ne fait qu’ajouter sa part pour le bien de tous.
aleister.c
Inactif
   Posté le 07-03-2006 à 12:23:09   Voir le profil de aleister.c (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à aleister.c   

glingal parlait de "tolérance"...

dans le sens ou je comprend ce mot, il y reste quelque-chose qui me gène

je tolère ce que je n'accèpte pas vraiment, ou ce que je n'ai pas pleinement compris

par exemple, je tolère que les femmes musulmanes portent le voile, mais si on me demandai mon avis, je leur dirai de le jeter aux oubliettes, et c'est un fait que je ne comprend pas tout ce que ce voile implique...

plus large, je tolère l'existence des religions, je comprend bien leurs existences dans un but politique, mais je ne le comprend pas dans un but spirituel de développement personnel, donc, encore une fois, si on me demandai mon avis, bien que je "tolère" l'existence des religions, je préfèrerai les faire disparaitre

je tolère veux dire pour moi, j'accepte, mais ça ne me fait pas vraiment plaisir.
il y a un marché: je tolère les religions, mais celles-ci doivent me laisser suivre ma voie en échange.
et la, il n'y a pas vraiment d'amour qui circule

sans doute, si je comprend pleinement ce qui a amené les religions à être ce qu'elles sont, alors je pourrai accepter ce cheminement, et donc, s'il ne me plais pas, je pourrai malgré tout pardonner (car l'erreur est humaine...)

autre cas très pragmatique: une famille qui a perdue l'un de ses enfants, assassiné par un pervers....

comment pardonner de cet acte insensé et très cruel? en assistant au procès, du début à la fin, en comprenant le parcours de l'assassin, pourquoi il s'est fourvoyé, comment il en est arrivé la.
j'imagine qu'a la fin du processus, on doit se sentir de la compassion pour l'assassin, pauvre être qui ère dans les ténèbres à la recherche de la lumière....

donc, à mon avis, le pardon passe par la compréhension,
nous avons un cerveau, un intelect, c'est sans doute pour nous en servir, il nous faut donc comprendre ce monde qui nous entoure, du mieux que nous pouvons...

bien entendu, cela n'exclue pas de ressentir les choses, sans passer par l'intelect

il me semble que les européens, et surtout les français, sont beaucoup dans ce monde des idées, de l'intelect, ou tout passe par le cerveau.... c'est bien mais c'est dommage de se priver du ressenti, du "feeling", des émotions du coeur

à l'inverse, les asiatiques réagissent beaucoup à partir du coeur, et trop peu avec l'intelect

et lao tseu disait "il faut trouver la voie", la voie du milieu, de l'équilibre....
HAIAH
Choisis regarder ou voir
Membre
HAIAH
   Posté le 08-03-2006 à 05:38:42   Voir le profil de HAIAH (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à HAIAH   

Salut!

comment pardonner de cet acte insensé et très cruel? en assistant au procès, du début à la fin, en comprenant le parcours de l'assassin, pourquoi il s'est fourvoyé, comment il en est arrivé la.
j'imagine qu'a la fin du processus, on doit se sentir de la compassion pour l'assassin, pauvre être qui ère dans les ténèbres à la recherche de la lumière....



La pire chose à croire d’après moi, serais de pensé que tout individu est plus humain qu’animal dans sa compréhension de la vie (la différence entre l’instinct et l’intuition). On ne pardonne pas à l’animal, on accepte les faits de la cruauté qu’il peut avoir par sa vision limité par rapport à l’homme.


donc, à mon avis, le pardon passe par la compréhension,
nous avons un cerveau, un intelect, c'est sans doute pour nous en servir, il nous faut donc comprendre ce monde qui nous entoure, du mieux que nous pouvons.


Je crois que l’on peut très bien comprendre et ne pas vouloir pardonner. Car il s’agit parfois d’une peine ou d’une douleur tellement grande que le pardon parait impossible. Le pardon a ses racines dans le cœur et nulle pars ailleurs. Du mois ces ce que je pense.


--------------------
arcane
introspection
Membre du conseil
arcane
   Posté le 08-03-2006 à 09:59:48   Voir le profil de arcane (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à arcane   

juste un petit détail..

nous faisons parti du monde animal et dire que l'animal est cruel est un peu facile.

Un animal en moyen tue pour ça survie, je dis bien un animal sauvage, un lyon va attrapé un antilope pour la mangé par la suite, c'est pas pour s'amuser à la tuer gratuitement. Si il a pas faim, ben, il ira pas chassé exprès pour la tuer.

l'animal ne calcule pas dans le but de faire souffrir l'autre animal qu'il va mangé ce qui est le cas pour l'homme qui peut tué gratuitement, éprouvé du plaisir a faire souffrir un animal ou un homme.

il n'y a ni a pardonné a l'animal ni a tolérer, c'est un faite, ensuite les animaux qui attaque les hommes en général c'est pour défendre leur territoire, leur petit,concernant les chiens ect..qui attaque d'autre homme ou animaux, c'est l'homme qui a mal fais son éducation ou un problème génétique..

sinon l'animal est capable de pardon aussi, si vous marché invonlontairement sur la queue de votre chat, il sera la différence et vous pardonera rapidement..

Un éléphant qui a été maltraité par un soigneur n'oubliera pas ne pardonnera pas forcément.

le pardon est quelque chose qui nécessiste un travail sur soit aussi je pense, mais il nécessite plus de courage que de la haine.

pardonné à l'autre vraiment c'est aussi pour soi qu'on le fait, pour se permettre d'avancé dans la vie.

j'ai connu la violance de part de camarade de classe pendant plusieurs mois j'étais frappé par 3 personne a la sortie. L'un d'entre eux était battu à la maison comme platre par son père.

Je lui ai pardoné encore plus vite qu'autres, même que j'aime pas la violance, mais j'ai ressenti de la compassion envers lui, il a su par la suite à travers un membre de sa famille que je lui avais pardonné cette violance et biensur quand il me voit il me regarde avec gentilesse, car d'autre personne n'aurait peut-être pas réagit de la même manière.

Pardonné on peut mais oublié non, et les familles qui ont perdu des être cher par des assassin qui tue ceux qu'ils aimaient, on du mal a pardonné je comprends tout à fais. Pardonné à celui qui a brisé un moment de votre vie, cela doit être extrèment dur, parfois impossible.

Ensuite je tiens a parle de la peine de mort qui heureusement n'existe ni en france ni en suisse.

Quand on regarde l'amérique, on tue celui qui a tué, donc tout d'abord une famille brisé par un mort et ensuite une deuixème famille brisé par une deuixème mort..n'est pas crée une chaine de la haine? ( est on fait comment si on s'est trompé d'assassin?..)

sinon aimez tout le monde on ne peut pas, c'est certain, mais accepte l'autre pour ce qu'il est avec ces faiblesse et qualité, ça je voudrais qu'on ait tous cette capacité, mais je me leure pas, notre ego nous limite toujours tout le monde ne peux pas être boudha, ni jesus...

Nous sommes ce que nous sommes et faisons au mieux pour être juste, malgré nos défauts que tout à chacun travaille chaque jour (en tout cas je pense qu'on le fait ici non? vi j'en suis sur qu'on le fais nah )


--------------------


la vérité est comme une boule de discothèque impossible de la voir en entier en une fois
HAIAH
Choisis regarder ou voir
Membre
HAIAH
   Posté le 08-03-2006 à 12:47:33   Voir le profil de HAIAH (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à HAIAH   

Salut!

J’ai peut-être mal exprimé ma pensée pour quelle soit perçue comme étant une comparaison entre l’homme et l’animal. Il ne s’agissait pas de comparer mais plutôt de dire que l’homme est animal s’il ne fait pas la différence entre sa nature et ses besoins. De plus je trouve encore plus facile d’ignorer que l’animal est cruel par parce que ce monde est le sien et il ne l’aborde pas du même angle que nous, nous somme de passage mais pas lui. L’animal n’est ni bon, ni mauvais mais l’homme lui désigne des propriétés. Cela n’a aucun rapport avec la raison du geste animal. Enlever la vie sera toujours un geste cruel pour toutes personne ayant au moins un petit peu de conscience.


--------------------
pelerin sur le sentier
Membre du conseil
pelerin sur le sentier
   Posté le 13-03-2006 à 10:17:32   Voir le profil de pelerin sur le sentier (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à pelerin sur le sentier   

Le pardon, peut d'une part, etre un effort de la personne qui peut pardonner. Un effort, pour surmonter sa fierté, et admettre la faute, et réaliser que celle ci, meme grave, ne doit en engendrer une autre : l'exlusion d'une relation amicale ou aimante.


Le pardon, est un lien que le l'etre qui pardonne envoie vers l'etre pardonné, il rééquilibre les choses, si il est sincère, et permet l'union des êtres, en tout fait, il doit etre appliqué. Il déstabilise l'ego inferieur, centré sur lui meme. et c'est pour cela, qu'il semble bien souvent impossible à certains yeux ou coeur, dans certains cas.

Le pardon, ne necessite pas forcement une comprehension. Dans sa nature, il est juste l'acceptation de l'autre en son coeur, il est juste un don d'Amour.
Toutefois, pour beaucoup de gens, le pardon, ne peut etre sans comprehension, car souvent, l'ego inferieur, a besoin d'une raison, de comprendre son pardon...comme si le pardon, etait une reflexion, ou comme si il devait nous satisfaire!
Mais là encore, ce serait plus un acte egoiste. le Pardon, doit etre libre, et se resumer à un acte d'amour, et echapper au principe trop "enracinateur" et aggripant de l'intellect, pour etre du domaine du coeur.
Car il est evident, que comprendre..comprendre....qu'est ce qui est compris? pourquoi notre mental accepte le pardon de l'autre, ou ....pourquoi l'autre doit etre pardonné, ou pourquoi en tout cas, le pardon doit etre donné? une fois encore, c'est s'attarder sur la raison, pour un acte qui est du coeur, et quand bien meme il y a comprehension, je doute qu'elle soit au profit de l'etre pardonné, et bien souvent, elle est juste là pour nous faire trouver une raison de pardonner.... quels sont les raisons de ne pas pardonner...c'est plutot la question..n'est pas souvent, car notre ego est blessé...? ...

D'autre part, le pardon...est aussi a voir de l'etre qui est pardonné.
Etre pardonné ....est un acte d’humilité, qui devient genant de nos jours, genant, de recevoir de nos jours. Il faut presque « savoir » etre pardonné… il n’y a rien de cela, un pardon sincere, ne demande rien en retour. Mais il est sur, que l’être pardonné, doit donner à son tout le pardon et de l’amour.

enfin le pardon, permet de comprendre l'autre, et de partir sur une nouvelle base, et l'etre pardonné mieux compris, l'on peut savoir, ce qu'il faut dire, faire ou ne pas faire, et comment s'y prendre avec l'autre...cela est du domaine de la confiance...que le pardon doit faire renaitre...Chose plus difficile...mais idem....un acte d'amour.

J’aurais aimé réflechir avant de poster, il aurait été mieux, de parler d’acceptation, dont le pardon est une forme. Tout comme la tolérance.

La tolérance, est un acte d’amour egalement, il s’agit d’accepter, de reconnaître, la variété et les differences, de l’expression de la Vie Divine. –Respecter les multiples formes et couleurs de la Vie- Nous ne pouvons pretendre detenir la verité alors la tolerance doit etre de mise en toutes choses. Toutefois, certains me diront, dois je tolerer la guerre, le racisme et le meurtre ? oui. Rien n’oblige un etre, a hair , a agir contre ces formes destructrices de la Vie… il faut les tolerer, et cependant, c’est là qu’est le point important, l’action doit se porter vers le bien….agir envers ce qui est benefique. Promouvoir le bien, plutot que reprimer le mal…car sinon c’est une bataille sans fin. C’est folie que de vouloir faire emerger la lumiere dans l’ombre, alors que l’on peut faire grandir la lumiere existante déjà.
Et plutot que d’etre un Chevalier, brandissant épée pour combattre le mal, il est plus juste et benefique, d’aller apporter lumiere et bien. Un etre qui tue le mal, reste un etre qui tue. Et une fois de plus, si les formes destructrices sont là c’est que cela tient de la Volonté Divine, et ces forces du "mal", devront s’ecouler, l’energie doit s’épuiser ; et il est certain que l’on peut renvoyer le mal en sa demeure, mais il ressortira un jour, alors mieux le laisser sortir de chez lui, et nourrir l’Amour, et quand la Haine s’épuisera, la Mal trouvera famine, et périra. l'energie doit etre utilisé pour l'amour...
On ne repends pas les valeurs d’amour, en excluant ou en bénissant, ce serait se ballader avec une lame affuté teinté de sang, sur laquelle il est inscrit « don d’amour »….

Enfin, les animaux, n’ont pas de pensées, sauf certain tres évolués, et ils ne font pas la disctinction de bien et de mal, mais la distinction de plaisir et de douleur, qui régit le corps emotionnel. Après, chaque animal a son caractere propre. Et le chat de jade a raison point de cruauté ches les animaux…ou peut etre alors chez ceux…élevés par des Hommes…. ?
Solomon Kane
Membre
Solomon Kane
   Posté le 30-03-2006 à 13:41:30   Voir le profil de Solomon Kane (Offline)   Répondre à ce message   http://perso.wanadoo.fr/chemins-du-reve   Envoyer un message privé à Solomon Kane   

Un bien joli sujet, disséqué, analysé et commenté. Sur le papier, tout ça est magnifique mais qu'en est-il dans la réalité ? N'avez-vous pas la sensation qu'il y a parfois un décalage entre ce que vous exprimez et votre manière d'agir véritable ? Ce n'est pas un jugement mais une question. J'en tiens pour exemple ma propre expérience. Au sujet du pardon, je me suis demandé d'une part "suis-je capable de pardonner" et d'autre part "suis-je sensible au pardon d'autrui". Enfin, plus important, suis-je capable de demander pardon...

Aujourd'hui je suis plus enclin à pardonner que je ne l'ai jamais été. Mais ça ne veut pas dire que j'en suis capable en permanence. Il y a des choses que je ne me sens pas prêt à pardonner. D'autres pour lesquelles il me faut du temps. Mais j'y travaille. J'ai récemment revu la Liste de Schindler et il y a dans ce film une scène très équivoque lorsque Schindler tente d'infléchir le comportement meurtrier d'Amon Goethe en lui expliquant que le pardon c'est le pouvoir. Il lui dit que le monarque, le chef, ne tient pas sa force de sa capacité à juger et punir mais plutôt à pardonner. Goethe le lendemain tente d'appliquer cet enseignement jusqu'à finir par retrouver son véritable visage d'assassin. Mais ce que dit Schindler est vrai. Le pardon est une force. Il y a néanmoins un bémol à cette histoire car abuser du pardon peut se révéler une marque de faiblesse. Si chacun vous sait enclin à prodiguer le pardon à tout va, il saura que tout est possible avec vous. Quelles limites faut-il imposer à sa capacité à pardonner ? Comment équilibrer le respect qu'on vous doit et le pardon que vous êtes à même de donner ? Je crois que je suis d'autant plus capable de pardonner que je ressens chez l'autre la culpabilité et la honte. Mon pardon se nourrit alors de celles-ci et n'en a que plus de force car il redonne à l'autre son honneur et sa fierté. Y aurait-il comme un malin plaisir à voir la personne en face être diminuée ? Je m'interroge. C'est quelque chose qui n'est pas complètement clair en moi. De la même façon que j'instaurais des degrés au libre arbitre, je crée des échelons au pardon. La capacité à pardonner est ici proportionnelle à la faute.

Nous ne sommes pas tous sensibles au pardon de la même façon. Chez certain(e) ce sera la vaillance de l'adversaire qui infléchira son aptitude à pardonner, chez d'autres c'est la compassion à son misérable statut. Nos sensibilités respectives nous font emprunter des chemins variés pour pardonner. En ce qui me concerne je n'aime pas sentir le mal-être chez quelqu'un et cela m'encourage à pardonner. Les sentiments diffus de colère, de remords, qui en émergent finissent par me rendre malade. J'ai plusieurs exemples qui tous m'ont conduit à faire tomber les murs et à pardonner. Et c'est aussi pour ça qu'aujourd'hui je mets de plus en plus ma fierté en veilleuse et j'essaie de pardonner rapidement, si ce n'est pas immédiatement. Je connais des gens qui en veulent à d'autres sans les connaître tout ça parce qu'ils ont fait du tort à un de leur proche. Comment voulez-vous avancer avec des comportements pareils ? Avant d'en vouloir à quelqu'un, essayons de comprendre ce qui a motivé son action. Et puis on parle d'individu, mais on oublie que le pardon peut s'appliquer à un groupe entier de personnes. Exemple ce matin : j'ai appelé Wanadoo car ça fait un mois que je suis passé en ADSL et pourtant je n'ai toujours pas reçu le modem promis et suis donc toujour en bas débit tandis que c'est le haut débit qui est débité sur notre facture. J'apprends alors par l'opératrice que l'envoi du modem n'a pas été validé comme je l'avais demandé en début de mois... Alors là forcément, j'en veux à Wanadoo, d'autant plus que ce n'est pas la première fois qu'ils me font un plan de ce type. Suis-je capable de leur pardonner cette erreur ? Honnêtement non car pendant ce temps eux s'engrossent avec mes sous et la contrepartie de service qui leur est dûe n'est pas remplie. Il y a comme ça des entités à qui j'en veux naturellement sans qu'il me soit possible de leur trouver de circonstances atténuantes. En gros, j'ai dans le collimateur tout ce qui contribue à dégrader toujours plus notre société. Mon pardon ne peut s'appliquer à ces gens-là, pas en l'état actuel des choses du moins. Je ne suis pas prêt. Pas plus que je ne suis prêt à pardonner à quelqu'un qui fera du mal à mes proches. Qu'on s'en prenne à moi c'est une chose mais à mon entourage, c'en est une autre.

Enfin suis-je capable de demander pardon à quelqu'un ? Oui sans doute, encore faut-il que j'ai conscience d'avoir commis une faute. Ce qui n'est pas forcément le cas mais, par souci de rendre les choses plus coulantes, il m'arrive d'accepter d'endosser la responsabilité de certains faits. Pour éviter d'avoir à demander pardon à tout bout de champs, je m'applique surtout à ne pas faire le mal autour de moi. Un travail en amont permet d'éviter ces situations pas forcément plaisantes. Ce n'est pas facile de demander pardon, surtout lorsqu'on se sait coupable. On en revient à cette question de faiblesse : qui est le plus faible, celui qui demande ou celui qui accepte de pardonner ? Dans quel état d'esprit se trouvent réellement le donneur et le receveur ? Piété ? Comédie ? Culpabilité non simulée ? Domination ? Quels sentiments annexes fait naître le pardon ? Bien de belles choses ont été dites dans ce topic au sujet du pardon mais ne voyez-vous pas que ce dernier peut également être perverti ?

A notre niveau, ce qu'il faut retenir c'est de ne pas commettre de fautes pour ne pas avoir à demander pardon et être capable de le donner avec parcimonie et justesse à qui nous le demande. Le pardon est l'arme des forts et non des faibles. Des justes et non des menteurs. Comme le disait Schindler, le pardon c'est le pouvoir et nous savons que pouvoir mal utilisé peut être destructeur.

Dav


--------------------
"On n'est pas le meilleur parce qu'on le croit, mais parce qu'on le sait."
pelerin sur le sentier
Membre du conseil
pelerin sur le sentier
   Posté le 30-03-2006 à 19:04:39   Voir le profil de pelerin sur le sentier (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à pelerin sur le sentier   

Salut Solomon!!

ça fait plaisir de te revoir, et je vois que tu nous reviens avec un post bien chargé tout bien fait!!

Il est certain que tout ce que nous disons là doit nous aider dans notre vie quotidienne d'interaction avec le monde!

tout ce que tu dis me semble tres bien ! Beaucoup de personnes, lient la Notion de Dieu, de spiritualité avec Amour, que Dieu est amour, qu'il pardonne tout les pechés, qu'il est bon et genereux.... ... Dieu, est Juste, et Son jugement est Parfait, et en cette façon c'est la methode du pardon qui est juste.

Mais qu'en est-il de nous, et du pardon?

Je ne pense pas qu'il faille toujours pardonner "comme ça".... Le pardon doit etre accorder ou demander, s'il cela est en parfait accord avec notre inconscient et nos valeurs profondes! le pardon ne doit etre demandé ou accordé pour se debarrasser d'un poids ou apaiser une situation!

S'il y a un noeud relationnel, on ne le regle en balaçant le noeud à la poubelle mais en le dénouant, main dans la main, et le premier chemin pour le pardon, est à mes yeux, le dialogue, et par là, la comprehension de, l'acte à pardonner, de, la personne qui peut pardonner, et, de la personne qui pourrait etre pardonner!

Et pour savoir s'il faut pardonner, il faut savoir etre juste, neutre, impartial, sur la voie du milieu...pas facile!
Surtout que c'est dans les situations delicates, où souvent nous nous demandons, s'il faut pardonner, que la juste attitude est dure à avoir...Car trop impliqué, car trop bouleversé ou affecté.

Alors quelle attitude adopter?

Je pense que l'attitude est l'Amour, et par là, j'entends, l'état d'etre, en pensée, sentiment, et action, qui permet à autrui d'avancer sur son Chemin, et ainsi, de prendre la decision la plus benefique pour l'autre (que l'on soit celui qui pardonne ou celui qui est à pardonné). c'est cela l'amour.

Et cela se fait dans l'honneteté avec l'autre et avec soi meme, et toute décision doit etre prise à la lumiere et en toute clarté (comprehension et lucidité), et en accord avec sa conscience, sans que cela ne nourrise notre bas ego ou notre fierté!!!

En somme, meme si cela amenera quelques compromis ou sacrifices : une attitude de fraternité! et que surtout le pardon accordé n'apporte pas des doutes, prejugés futurs sur celui qui a fait la faute ou celui qui pardonne!

Et comme tu le dis Solomon, le pardon c'est le pouvoir en quelque sorte, et alors, ce pouvoir doit permettre d'amener l'autre à notre egal, pour eviter la notion de faible et de fort! et cela est important, le pardon ne doit pas placer le fautif en position de faible! ! !

Le pardon, doit amener un statut d'égalité, de fraternité, d'union, de reconnaissance mutuelle.

Et c'est là qu'arrive, pour moi la grande question, plus, que savoir s'il faut pardonner ou pas....car à mon humble avis, il faut toujours toujours toujours pardonner...et donc la question est :

"Comment pardonner?"

Un simple "je te pardonne" ou "t'en fais pas c'est bon" ou encore "pas de souci c'est oublié" ... oui peut etre, mais soyons honnete nous ne sommes pas tous des saints, et pour certaines fautes, il est certain, que tout ne sera pas vraiment pardonner, bien que nous adoptions par la suite une attitude qui le ferait croire!

Ainsi, le pardon, peut prendre plusieurs formes : une dette à effacer, un service à rendre, "rendre la pareille", une longue discussion qui amenera le pardon, le temps qui passe.... etc...

En tout cas le pardon, doit etre reflechi, bien pesé, afin que tout le monde se retrouve comme neuf, unis dans une situation parfaitement saine, sans ambiguité ou sacrifices mal accepté...une fois le pardon donné, car sinon, le mal enfoui, ressortira tot ou tard...

La fraternité, oui, le pardon, oui, mais en toute honneteté! car le pardon est un geste, un acte, qui doit s'instaurer, autant physiquement, que mentalement et emotionnellement...car si nous ne sommes pas Dieu, et ne savons pas tout, ni ne voyons pas tout, il faut que lui, quand il voit la situation il puisse dire en toute Verité: "le pardon est total".

Ainsi, amener l'egalité, la fraternité, et le benefice dans le Cheminement de l'autre. Et souvent le dialogue sincere et la partage respecté des idées sont la meilleur methode, car ils font émerger des choses, que bien souvent nous n'aurions vu seul, et cela nous garanti un acte de pardon sain et veritable


arcane
introspection
Membre du conseil
arcane
   Posté le 08-05-2011 à 09:24:23   Voir le profil de arcane (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à arcane   

hello

j'ai relu le sujet que je mets en lien avec le sujet sur
http://abrasax.alloforum.com/personnes-toxiques-t4223-1.html

je suis d'avis que parfois il est préférable de pas pardonner à quoi bon pardonné quelqu'un qui fait toujours les mêmes erreurs qui vous blesse volontairement ou qui pense que tout lui est du même votre pardon.

Il y a aussi ses hommes ou ses femmes qui s'amusent aussi à joué sur votre sentiment de culpabilité ou faiblesse retourne la situation que c'est que vous vous excusez alors que c'est l'autre personne qui devrait s'excuser.

Ces inversion de situation m'ont toujours rendu dingue le bourreau change de visage devient victime et le celui qui est victimes est considéré comme bourreau.

Cela existe souvent dans le relation de couple perverti un s'arrange pour toujours être son avantage et l'autre phagocyté par son partenaire reste sous son emprise.

Le vrai coupable ne s'excusera jamais, ni demandera pardon, ils va continué sa basse besogne..le seul moyen de l'arrêté une thérapie ou qu'ils tombent sur plus fort que lui.

La victime devra encore se pardonné elle-même pour pouvoir s'en sortir, faire une thérapie ect peut-être restera seule des années à cause de l'autre.

Par contre le bourreau temps il a des certitudes va retrouvé quelqu'un assez rapidement à maltraité, car il est dépendant des autre.

Quand on réfléchi aussi le christ c'est sacrifié sur le croix et pardonné pour quel résultat? il est mort torturé, est-ce que beaucoup de chrétien se comporte comme lui? non même quand je vois le pape sur son trône d'or je suis choqué..le pardon n'est-ce pas l'humilité aussi?

Me concernant le pardon doit être sincère dans un but constructif si celui qui en face de vous le considère comme acquis, il n'a pas de sens.

En résumé, il se mérite.

Arcane

--------------------


la vérité est comme une boule de discothèque impossible de la voir en entier en une fois
Silence
Membre du conseil
   Posté le 08-05-2011 à 15:27:46   Voir le profil de Silence (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Silence   

Le pardon est aussi une libération pour celui qui le donne, c'est signe que les blessures sont effacées.

Pardonner quelqu'un demande une grande sagesse, mais surtout une grande force, tant il est vrai qu'une personne accablée "au bout du rouleau" ne pourra pas pardonner le mal qu'on lui fait.

Pardonner n'est pas s'écraser ou s'abaisser, c'est le contraire, et un pardon d'une grande mansuétude changera la personne qui le reçoit, même un peu.

Il y a des histoires qui racontent que des voyous, des truands, après avoir été pardonnés pour la première fois de leur vie, sont devenus honnêtes.
Haut de pagePages : 1  
 
 Abrasax  Développement personnel  Esprit  Du pardon et d'autresNouveau sujet   Répondre
 
Identification rapide :         
 
Divers
Imprimer ce sujet
Aller à :   
 
 
créer forum