Ce site utilise des cookies pour améliorer votre navigation, pour permettre la mesure d'audience et à des fins publicitaires. Les données collectées peuvent être partagées avec des tiers.X
 
 
 
 
 Abrasax  Le coin des Arts  Arts de l'écrit 

 le pendule de foucault

Nouveau sujet   Répondre
 
Bas de pagePages : 1  
aleister.c
Inactif
   Posté le 25-09-2005 à 21:02:57   Voir le profil de aleister.c (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à aleister.c   

je viens de finir cet ouvrage (monumental) et l'envie me démange de vous en partager le "meilleur" a mon sens.

en résumé, le livre parle d'une bande de copains tres intello, qui travaillent pour une maison d'édition, et qui tombent un jours sur un vieux manuscrit qu'on leur prétend etre en rapport avec le mystere des templiers. bien que n'y croyant pas, ils vont s'amuser a le déchiffrer et l'interpreter, de la maniere la plus réaliste possible, et en tentant d'y introduire a peu pres toutes les references classiques de la litterature ésoterique, et biensur, tout ce qui concerne les sociétés secretes... arrive le moment ou la femme de l'un des protagoniste se fatigue de ce jeu, qu'elle trouve plus ou moins malsain , et voici donc son discours (grandiose):

"Poum, m'avait dit Lia, j'ai vu tes fiches, parce que c'est moi qui les remets en ordre. quoi que découvrent tes diaboliques (les auteurs de littérature éso) , c'est déja ici, regarde bien> et elle se tapait le ventre, les flancs, les cuisses et le front. assise comme ca, les jambes écartées qui tendaient sa jupe, de face, elle donnait l'impression d'une nourisse solide et florissante-elle si fine et flexueuse-parce qu'une sagesse paisible l'illuminait d'autorité matriarcale.
<Poum, il n'y a pas d'archétypes, il y a le corps. dans le ventre, c'est beau, parce que l'enfant y grandit, que s'y enfile, tout joyeux, ton oiseau et y descend la bonne nourriture pleine de saveur, et voila pourquoi sont beaux et importants la caverne, l'anfractuosité, la gallerie, le souterrain, et meme le labyrinthe qui est fait à l'image de nos bonnes et saintes tripes, et quand quelqu'un doit inventer quelque-chose d'important, il le fait venir d'ici, parce que tu est venu d'ici toi aussi le jours ou tu es né, et la fertilité est toujours dans un trou, ou quelque chose d'abord pourrit et puis voilà, un petit chinois, un dattier, un baobab. Mais le haut est mieux que le bas, car si tu es la tête en bas le sang te monte a la tête, car les pieds puent et les cheuveux moins, car il vaut mieux grimper sur un arbre pour cueillir des fruits que finir sous la terre pour engraisser les vers, car on se fait rarement mal en se cognant en l'air (ou alors il faut se trouver au grenier) et d'ordinaire on se fait mal en tombant par terre, et voilà pourquoi le haut est angélique et le bas diabolique. Mais comme ce que j'ai dis avant sur mon joli petit ventre est vrai aussi, l'une et l'autre chose sont vraies : le bas et le dedans sont beaux, en un sens, en un autre sens le haut et l'exterieur sont beaux, et l'esprit de mercure et la contradiction universelle n'ont rien a y voir. Le feu te tient chaud et le froid te donne une broncho-pneumonie, surtout si tu es un savant d'il y a 4000 ans, et donc le feu a de mystérieuses vertus, d'autant qu'il te cuit un poulet. Mais le froid conserve le même poulet et le feu, si tu le touche, te fait pousser une ampoule grosse comme ça, par conséquent si tu pense à une chose qui se conserve depuis des millénaires, comme la sapience, il faut que tu la pense sur une montagne, en haut (et nous avons vu que c'est bien), mais dans une caverne (qui est aussi bien) et au froid éternel des neiges tibétaines (qui est excellent). Et puis si tu veux savoir pourquoi la sapience vient de l'orient et non pas des alpes suisses, c'est parce que le corps de tes ancêtres, le matin, quand il s'éveillait et qu'il faisait encore sombre, regardait a l'est en espérant que se lève le soleil et qu'il ne pleuve pas, non d'un chien.
-oui, maman.
-Bien sûr que oui, mon petit. Le soleil est bon parce qu'il fait du bien au corps, et parce qu'il a le bon sens de réapparaitre chaque jour, par conséquent tout ce qui revient est bon, pas ce qui passe et s'en va et disparait de la circulation. La meilleure façon de revenir d'ou on est passé sans refaire deux fois le même chemin c'est d'avancer en cercle. Et comme l'unique bête qui fait la gimblette est le serpent, de la viennent tous ces cultes et ces mythes du serpent, parcequ'il est difficile de représenter le retour du soleil en faisant faire la gimblette a un hippopotame. Par ailleurs, si tu dois procéder a une cérémonie pour invoquer le soleil, tu as interet à te déplacer en cercle, parce que si tu te déplace en ligne droite tu t'éloigne de chez toi et il faudrait que la cérémonie soit très courte; sans compter que le cercle est la structure la plus pratique pour un rite, et même ceux qui crachent le feu sur les places le savent, parce qu'en cercle tout le monde voit également qui se tient au centre, tandis que si une tribu entière se mettait en ligne droite comme une escouade de soldats, les plus éloignés ne verraient pas, et voilà pourquoi le cercle et le mouvement rotatoire et le retour cyclique sont fondamentaux dans tout culte et dans tout rite.
-Oui maman.
-Bien sûr que oui. Et maintenant, passont aux nombres magiques qui plaisent tant à tes auteurs.Un c'est toi qui n'es pas deux, un c'est ton petit machin là, une c'est ma petite machine ici et uns sont le nez et le coeur et donc tu vois combien de choses importantes sont un. Et deux sont les yeux, les oreilles, les narines, mes seins et tes épaules, les jambes, les bras et les fesses. Trois est le plus magique de tous parce que notre corps ne le connait pas, nous n'avons rien qui soit trois choses, et ce devrait être un nombre tres mystérieux, tres, que nous attribuons a Dieu, ou que nous vivions. Mais si tu y réfléchis, moi j'ai une seule petite chose et toi tu as un seul petit truc --tais-toi et ne fais pas le malin-- et si nous mettons les deux ensemble, il sort un nouveau trucmuche et nous devenons trois. Mais alors, il faut vraiment un professeur agrégé de l'université pour découvrir que tous les peuples ont des structures ternaires, trinités et choses de ce genre? Mais les religions, ils ne les faisaient tout de même pas avec un computer, c'étaient tous des gens tres bien, qui baisaient comme il faut, et toutes les structures trinitaires ne sont pas un mystère, elles sont le récit de ce que tu fais toi, de ce qu'ils faisaient eux. Mais deux bras et deux jambes font quatre, et voila que quatre est aussi un beau nombre, surtout si tu pense que les animaux ont quatre pattes et qu'a quatre pattes vont les petits enfants, comme le savait le sphinx. Cinq, n'en parlons pas, ce sont les doigts de la main, et avec deux mains tu as cet autre nombre sacré qui est dix, et forcément même les commandements sont au nombre de dix, sinon, s'il y en avait douze, quand le prêtre dit un, deux, trois, et montre ses doigts, arrivé aux deuxderniers il faut qu'il se fasse prêter une main par le sacristain. A présent, prend le corps et compte toutes les choses qui poussent sur le tronc: avec les bras, les jambes, tête et pénis, il y en a six; mais pour la femme sept, raison pourquoi il me semble que parmis tes auteurs le six n'est jamais pris au sérieux sauf comme le double de trois, parce qu'il ne marche que pour les hommes, lesquels n'ont aucun sept, et quand ce sont eux qui commandent ils préferent le voir comme un nombre sacré, oubliant que mes tétons poussent a l'exterieur, mais patience. Huit - mon dieu, nous n'avons aucun huit... non attends, si bras et jambes ne comptent pas pour un mais pour deux, a cause du coude et du genou, nous avons huit grand os longs qui bringuebalent dehors ; tu prend ces huit plus le tronc et tu a neuf, dix si par dessus le marché tu ajoute la tête. Mais à toujours tourner autour du corps, on en tire les nombres que tu veux; pense aux trous.
-Aux trous?
-Oui, combiens de trous a ton corps?
- Eh bien...je me comptais. Yeux narines oreilles bouche cul, ça fait huit.
- tu vois? Une autre raison pour laquelle huit est un beau nombre. Mais moi j'en ai neuf! Et avec le neuvième je te fais venir au monde, et voila pourquoi neuf est plus divin que huit! Mais tu veux une explication d'autres figures récurrentes?tu veux l'anatomie de tes menhirs, dont tes auteurs parlent sans arret? On est debout le jour et allongé la nuit - même ton petit machin, non, ne me dis pas ce qu'il fait la nuit; le fait est qu'il travaille droit et se repose étendu. Par conséquent, la station verticale est vie, et se trouve en rapport avec le soleil, et les obélisques se dressent en l'air comme les arbres, tandis que la station horizontale et la nuit sont sommeil et donc mort, et tous adorent les men hirs, pyramides, colonnes, et personne n'adore les balcons et balustrades. As-tu jamais entendu parler d'un culte archaïque de la rampe sacrée? Tu vois? Et c'est aussi que le corps ne te le permet pas : si tu adores une pierre verticale, même si vous êtes une multitude, tout le monde la voit ; si, par contre, tu adore une chose horizontale, seuls ceux qui sont au premier rang la voient, et les autres poussent en disant et moi et moi, et ce n'est pas un beau spectacle pour une cérémonie magique...
- Mais les fleuves...
- Les fleuves, ce n'est pas parce qu'ils sont horizontaux, mais parce qu'il y a de l'eau dedans, et tu ne veux tout de même pas que je t'explique le rapport entre l'eau et le corps...
Bon, en somme nous sommes faits comme ça, avec ce corps, tous, et c'est pour ça que nous élaborons les mêmes symboles a des milliers de kilomètres de distance et forcément tout se ressemble; et alors tu vois que les personnes douées d'un brin de jugeote, si elles regardent le fourneau de l'alchimiste, tout fermé et chaud dedans, pensent au ventre de la mère qui fait son enfant: et seuls tes diaboliques, voyants la vierge sur le point d'accoucher, pensent que c'est une allusion au fourneau de l'alchimiste. C'est ainsi qu'ils ont passé des milliers d'années à chercher un message, quand tout était déja ici, il suffisait qu'ils se regardent dans leur miroir.
- Toi tu me dis toujours la vérité. Tu es mon Moi, qui au fond est mon Soi vu par Toi. Je veux découvrir tous les archétypes secrets du corps.>
Ce soir-là nous inaugurâmes l'expression "faire les archétypes" pour inaugurer nos moments de tendresse.
Alors que déjà je m'abandonnais au sommeil, Lia me toucha l'épaule. < j'allais oublier, dit-elle. Je suis enceinte.>



voila, si je devais tout oublier de ce bouquin, je voudrais tout de meme me souvenir de ces quelques pages, ci-dessus, et je me sens obligé en dernier hommage de déclarer: "que serions nous sans les femmes?"
Haut de pagePages : 1  
 
 Abrasax  Le coin des Arts  Arts de l'écrit  le pendule de foucaultNouveau sujet   Répondre
 
Identification rapide :         
 
Divers
Imprimer ce sujet
Aller à :   
 
 
créer forum