Abrasax  Développement personnel  Discussions générales 

 Le pouvoir des mots

Nouveau sujet   Répondre
 
Bas de pagePages : 1 - 2 Page suivante
arcane
introspection
Membre du conseil
arcane
   Posté le 31-01-2006 à 18:06:23   Voir le profil de arcane (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à arcane   

voilà un bug informatique m'a obligé a retapé a nouveau ce que je dis roh flute alors

Je respire et reprends mon calme pour reécrire ce que je voulais exprimé sur les mots.

Ce qui nous différencie des animaux c'est que nous sommes capable de lire et écrire et de transmettre ses écrits à des générations plus tard.

Les mots peuvent être mis à tout les sauces pour aides les autres, les manipulés ou encore nous donné le bonheur..

J'ai fais une expérience concret du pouvoir des mots.. (mon ex compagnon) me disait pendant plusieur peut-etre 1 année "tu est nulle" "tu est une charge pour moi", "tu est parasite pour la société", après un certain temps vous commence a y croire si personne d'autre vous dis le contraire, bizarrement si on se croit supérieux quelqu'un nous remettra encore plus vite à notre place que pour nous valorisé....sauf si c'est des amis ou des personne qui vous apprécie qui nous redonnera courage (pensée pour pour les potes du forume )

Autre chose quand on peut mettre des mots sur nos maux déjà une partie du problème est résolu..

Sinon je remercie le ciel d'avoir appris à lire et écrire pour me permettre de lire les livres, les textes de forume d'abraxas, car d'autre personne dans nos pays respectif ne savent pas lire ni écrire comment font t'ils pour s'informé? ne sont pas plus profité que les autres?

Ensuite je pense aussi à la crise de la banlieux c'est pas une histoire de différence (enfin c'est mon avis de suisse et en discutant avec des amis.. j'étais pas la-bas...c'est ma vision des choses c'est tout est ce vrai ou faux je sais pas), si on peut pas exprimé de manière claire avec des mots on aura plus tendance a utilisé la violance..

Je pense au film blowing for colombing (documentaire mis à la sauce du producteur.. )l'histoire de deux jeunes qui tire dans un lycée et qui ont fait nombre de mort.. ils ne savent plus la différence entre la réalité d'un jeu video, la question est étaient assez instruit pour se rendre compte? ou savaient t'ils mettrent des mots sur leurs maux?.

voilà à vous de donné le dernier mot.. ou il y aura plusieurs
Solomon Kane
Membre
Solomon Kane
   Posté le 01-02-2006 à 09:59:41   Voir le profil de Solomon Kane (Offline)   Répondre à ce message   http://perso.wanadoo.fr/chemins-du-reve   Envoyer un message privé à Solomon Kane   

La plume est plus puissante que l'épée.

Je faisais la réflexion un jour qu'il était possible de mettre au tapis une brute épaisse seulement avec des mots. Si l'interlocuteur parvient à s'engouffrer dans la brèche de quelqu'un, il peut avec seulement quelques phrases bien senties, le mettre dans une position de faiblesse extrême. Inversement, une parole bien pesée peut être facteur de dynamisme et de motivation. L'orateur qui sait jouer avec les mots peut aboutir à de grands résultats. Il y a des gens aujourd'hui qu'on paye pour faire ça, je veux dire calculer l'impact des mots sur l'esprit. La publicité en est un bon exemple. Les hommes politiques en sont un autre, qui batissent leurs succès sur leur capacité à convaincre par des mots (et non des gestes, lol, c'est bien là le problème e ça en fait un très bon exemple!). Mais aussi les chanteurs et les poètes et les écrivains qui ont fait du verbe le terreau fertile d'où jaillissent leurs idées et pensées. Il y a des mots qui font rire et d'autres qui font pleurer. On aurait grand tort de sous-estimer ce pouvoir des mots auquel tu fais allusion car il est la manifestation de notre pensée. Il n'y a pas de paroles en l'air, comme dit le proverbe. Et il est conseillé, comme un autre le dit de le faire, de parfois tourner sept fois la langue dans sa bouche avant de parler.

Personnellement j'adore les mots, les lettres, le langage... Je m'émerveille chaque jour de la manière dont il est possible de jouer avec, d'influer en bien (et quelque fois en mal) sur autrui. Je suis très sensible à ce qui se dit, j'analyse tout, dissèque tout pour découvrir ce qui se cache parfois derrière un discours. Les mots sont devenus une seconde peau et je suis tout particulièrement conscient de leur force. J'ai pour ma part décidé dans ma vie d'en faire un usage positif en partageant mes idéaux et en encourageant ceux qui me lisent à oser, ainsi que je l'ai fait, aller au-delà de leurs rêves. Quand je fais ça, je pèse chacun de mes mots. Lorsque j'ai un message à faire passer, je veille particulièrement à mon vocabulaire et à ma syntaxe. Et je parviens à le faire mieux à l'écrit qu'à l'oral bien qu'on m'ait dit que j'étais un bon orateur. C'est néanmoins pas là que je me sens le plus à l'aise. Bon allez, quelques commentaires maintenant.

" Ce qui nous différencie des animaux c'est que nous sommes capable de lire et écrire et de transmettre ses écrits à des générations plus tard " : lol, heureusement qu'il n'y a pas que ça qui nous différencie des animaux ! Cependant il ne faut pas oublier que certaines espèces animales sont capables de mémoire collective sans pour autant maîtriser l'écriture ainsi que nous le faisons. Si on se base sur le sujet du topic "le pouvoir des mots" qui fait référence à une forme de communication, il est alors bon de rappeler que ce pouvoir les animaux en disposent aussi dans leurs échanges inter-espèces. Il ne s'agit pas de mots mais le sentiment qui est traduit par le son ou l'attitude n'en demeure pas moins parfaitement compréhensible.

" J'ai fais une expérience concert du pouvoir des mots.. "tu est nulle" "tu est une charge pour moi", "tu est parasite pour la société", après un certain temps vous commence a y croire si personne d'autre vous dis le contraire " : c'est une situation à laquelle sont confrontés beaucoup de gens. La dévalorisation. Ce phénomène nécessite deux personnes : la première qui critique et la seconde qui accepte d'être critiquée. De là découle souvent un sentiment d'infériorité, de mal-être... C'est pourtant facile de ne pas en être victime. Pourquoi accorder de l'importance aux remarques désobligeantes d'autrui ? Il faut se poser cette question. Est-ce parce qu'on a envie de plaire à tout le monde ? Est-ce parce qu'on n'aime pas être critiqué ? Autre chose ? La plupart du temps, il n'y a qu'un seul responsable et c'est toujours le même : sa sainteté l'ego. Que nous importe donc qu'on nous dise du mal ? Les mots doivent glisser contre nous sans nous atteindre. Celui qui dit, pense, fait le mal corrompt lui-même son coeur et son esprit, parfois à son insu et jusqu'à finir par se persuader parfois qu'il y prend du plaisir, ainsi que l'évoquait Siburdroc hier soir. Tout le monde n'est pas capable de répondre à la méchanceté par l'amour mais en revanche, un bon début serait au moins d'y répondre par l'indifférence. Devenir insensible aux paroles mauvaises est un premier pas sur le chemin de l'estime de soi.

" Autre chose quand on peut mettre des mots sur nos maux déjà une partie du problème est résolu .." : ne serait-ce que d'avoir déjà la volonté de le faire est un grand pas. Ca signifie que tu as eu l'humilité de te remettre en question quand tu entames cette démarche. Cependant la pratique est plus délicate que l'envie car procéder à une auto-analyse de soi pour isoler la source de tel ou tel problème n'est pas une mince affaire. Notre esprit lutte en effet brillamment pour nous aiguiller sur la mauvaise voie et il faut beaucoup d'acharnement pour découvrir ce qui se cache vraiment derrière un mal. Parfois on se persuade pour se rassurer qu'il s'agit de telle cause alors que ce n'est pas le cas. Dans un premier temps il faut déterminer de quoi on souffre et ça c'est pas évident. J'en suis presque venue à l'envie de tenir un cahier avec marquées toutes les petites choses contre lesquelles je remarque que j'ai du ressentiment afin de pouvoir revenir dessus ultérieurement. L'envie de se purifier est souvent bien là mais les méthodes pour le faire sont approximatives. Je crois qu'il faut plus que de la volonté donc, il faut de la rigueur et la nomenclature de nos maux en fait, tu as raison, partie mais n'en constitue qu'une étape.

" car d'autre personne dans nos pays respectif ne savent pas lire ni écrire comment font t'ils pour s'informé? ne sont pas plus profité que les autres ?" : l'illetrisme et l'analphabétisme sont en effet de véritables handicaps dans nos sociétés occidentales où on glorifie la réussite sociale jusqu'à l'ériger comme un modèle. Outre le fait que ça ferme les portes au nez de ceux qui en sont victimes, ça les précipite dans un processus de dévalorisation puissance dix tel que je l'exposais précédemment. Ce sont les moteurs d'une spirale infernale dont il est difficile de se sortir. Mais sans tomber dans ces extrêmes, je constate autour de moi que le langage se modifie... je dirais même qu'il régresse. Je ne veux pas parler d'évolution parce que ce dont je suis le témoin est catastrophique : l'orthographe et la grammaire sont de moins en moins respectés et ce phénomène ne touche pas uniquement ceux qui ont peu été scolarisés. J'ai eu l'occasion de trouver des fautes graves sur des écrits de cadres. Et la progression inquiétante parmi la jeune génération du langage que j'appelle texto n'a rien pour être rassurant... il suffit de venir sur les tchats pour se rendre compte des dégâts. Qu'est-ce que cela va-t-il entraîner ?

" Ensuite je pense aussi à la crise de la banlieux c'est pas une histoire de différence (...), si on peut pas exprimé de manière claire avec des mots on aura plus tendance a utilisé la violance " : bon c'est pas un très bon exemple les banlieues... ceux que vous avez cru qu'ils cherchaient à s'exprimer à travers cette violence dont vous avez été les témoins à travers les médias ne sont pas ceux qui voulaient dire quelque chose. Ceux là on ne les a pas vus parce qu'ils sont assez intelligents pour savoir que la violence n'est pas la solution. Ceux que vous avez vus par contre sont ceux qui ont profité de cette trop parfaite occasion pour répandre une violence qu'ils ont adopté pour mode de vie à tout un pays. Il ne s'agit pas de pauvres jeunes à qui on n'a pas laissé de chance : c'est juste une bande de voyous qui n'en a rien à foutre de bosser, de s'insérer... ils ont établi des règles de vie qui ne méritent pas qu'on les protège. Donc ne mélangeons pas tout et ne prenons surtout pas en pitié ces personnes. Je parle en connaissance de cause car je connais assez bien la hiérarchie des cités et je peux vous garantir que ceux qui auraient dû avoir la parole pour plaider leur cause ne l'ont pas eue...

" ils ne savent plus la différence entre la réalité d'un jeu video, la question est étaient assez instruit pour se rendre compte? ou savaient t'ils mettrent des mots sur leurs maux ?" : ce serait assez réducteur et caricatural de dire qu'ils ont été les victimes d'un embrigadement des jeux vidéos... ça c'est comme quand on fait le procès des films d'horreur parce qu'un pauvre type a reproduit les crimes de Vendredi 13 par exemple... on cherche toujours des responsables pour expliquer un geste. Il faut se dire que les seuls responsables sont les auteurs à la base. Tenter d'expliquer leur geste en disant qu'ils ont voulu passer un message après qu'on ne les ait pas écoutés c'est presque leur donner du crédit et les défendre. Or, c'est indéfendable ce qui s'est passé. L'événement du lycée Columbine est une alchimie de plusieurs facteurs. Michael Moore a pris le parti de faire le procès des armes et c'est tout à son honneur : j'ai beaucoup apprécié son documentaire. Mais il est unilatéral dans sa vision et transforme les meurtriers en victimes à leur tour. Il faut chercher des responsabilités dans les deux camps. Que la vente des armes soit libre aux USA est un fait. Fort heureusement tous les lycéens des USA ne s'amusent pas à tirer sur leurs petits copains. Le drame a été en plus largement médiatisé pour développer un sentiment d'horreur viscéral chez les spectateurs. Les auteurs ont leur part de responsabilité ne l'oublions pas. Il y a beaucoup de jeunes, en France notamment, qui sont cantonnés à ne vivre que dans leur univers qu'ils se fabriquent eux-même. Heureusement ils ne sont pas tous des tueurs en puissance... Donc méfiance dans les interprétations : il faut essayer de comprendre un fait en l'observant de plusieurs angles.

Dav


--------------------
"On n'est pas le meilleur parce qu'on le croit, mais parce qu'on le sait."
arcane
introspection
Membre du conseil
arcane
   Posté le 01-02-2006 à 15:50:38   Voir le profil de arcane (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à arcane   

je vois que tu as aussi vu bolowing for colombing merci d'avoir ton avis la-dessus.. (je suis une coquine j'aime bien un peu provoqué pour avoir un avis...pour les banlieux aussi.. )

juste un petit détail que j'ai remarqué chez toi aleister.c et d'autre gars c'est que défois les textes sont hyperserré, donc après un certain temps je perds le fil (mon coté secrétaire aérer..svp)

sinon merci toute les fois que tu nous corriges ou ajoute une image, tu est vraiment notre meneur..

voilà on a notre magicien des mots.. continue comme çA on a besoin de toi même les coups de gueule moi j'aime bien que se soit de toi et des autres..

plein de mots de tout partout de france, de belgique, de suisse, du quebec une richesse europeen.

JE DISE HAUT ET FORT VIVE LE DROIT D'EXPRESSION ET CHERISSONS NOTRE LIBERTE DANS D'AUTRE PAYS ON A PAS UNE TELLE CHANCE

chaque mot que nos écrivons est un cri pour la liberté, chaque fois qu'on ose pas exprimé ce que nous sommes ce que nous voulons être nous nous autocensurons.

ça veut pas dire que il faut insulté et être vulgaire non plus, je trouve c'est la solution de facilité les gros mots, il y a plus de qualité de montré son déaccord en utilisant des mots bien choisi, bien réfléchi..

comme tu as dis la plume est plus puissante que l'épee, les mots restes mais les hommes disparaissent sous terre..

Sans mot il n'y aurait pas d'histoire, de passé de présent.. en tout cas expliqué de manière explicité a moins que l'art soit une autre moyen d'expressionn de crée des mots artistique..

Que de mots sur le sens des mots.. et quand à la gramaire et l'orthographe ben je te dirais que une langue est vivante.. si tu regarde le vieux français.. tu verras qu'il y a des différence, je te parie que dans 100 ans la langue française aura encore changé.. et qu'on regardera avec un air perplexe la façon que j'ai moi ou toi d'écrire, peut-être des vieux dinausaure

sur ce je passe le baton de parole pour qui veut le prendre..


--------------------


la vérité est comme une boule de discothèque impossible de la voir en entier en une fois
arcane
introspection
Membre du conseil
arcane
   Posté le 15-02-2006 à 14:31:11   Voir le profil de arcane (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à arcane   

je suis bien heureuse que de nouvelles personnes utilise leur pouvoir d'expression dans le forume..(haiha poussière d'étoiles...plus des anciens qui reviennent graf, micmac et d'autre qui arriveront).

chaque mot posé sur un livre, un forume, n'importe ou d'autre est un moyen d'imprimé notre être et de faire qu'on existe..

Quelqu'un qui n'exprime pas ces idées par peur du ridicules ou que ces idées soit pas assez bien, c'est dommage....

Donné nous des défis.. (quand j'ai mis le sujet qu'est ce que la vérité? je me disais mon dieu le sujet peut-etre trop philo.. )...

Aucun question est bête, comme je l'ai déjà dis ailleur nous avons toujours besoin de quelqu'un qui vois quelque chose d'un angle différent

comme un cristal il y a donne des couleur différente si le soleil touche un coté ou un autre l'arc-en-ciel il ira à droit ou a gauche, donc donné nous plein d'arc-en-ciel d'idées..

Tant que on peut se posé des questions dire Pourquoi? comment? ou ? je comprends pas explique moi ou tu veux en venir ?

Plus notre esprit est aiguisé par plein de mots d'idées qui fourmille comme une grand fourmillière, je crois que il y a de l'espoir pour notre esprit notre liberté..

Surtout ne vous laissez vous pas impressioné par les beaux parleur, car parfois il n'y a que du vide.. (certain politiciens.. ect), cherché la petit bete, décortiquer chaque mot apprené à lire entre les lignes..

Personne n'a le monopole du savoir, à nous de le prendre être curieux de l'autre de différents sujet..

Et remerçions encore le droit que nous avons de nous exprimé ici (je me repete peut-etre, mais vu comme la société maintenant les informations déformé censuré...c'est une lutte .. )

Message édité le 03-04-2006 à 17:42:04 par le_chat_de_jade


--------------------


la vérité est comme une boule de discothèque impossible de la voir en entier en une fois
Solomon Kane
Membre
Solomon Kane
   Posté le 16-02-2006 à 10:36:17   Voir le profil de Solomon Kane (Offline)   Répondre à ce message   http://perso.wanadoo.fr/chemins-du-reve   Envoyer un message privé à Solomon Kane   

"Surtout ne vous laissez vous pas impressioné par les beaux parleur, car parfois il n'y a que du vide.. (certain politiciens.. ect)"

C'est marrant ce que tu dis là P'tit Chat parce que justement hier, en regardant le journal sur France 2, j'observais davantage que j'écoutais Michèle Alliot-Marie, notre ministre de la défense, qui était l'invitée de Carole Gaessler pour s'exprimer au sujet du Clémenceau. J'ai totalement halluciné ! Son discours était complètement formaté, sans profondeur, déballé avec minutie aussi bien que si elle l'avait lu à partir d'un prompteur. Dedans se retrouvaient des expressions typiques des personnalités politiques. Celle qui m'a le plus marquée c'est le " je suis convaincue que ...". Le verbe convaincre est fréquemment employé par les hommes/femmes politiques. Ils sont tous convaincus de ce qu'ils disent.

Ce qu'il faut savoir c'est que leurs interventions télévisées sont minutieusement préparées avec des conseillers experts en communication. Rien n'est laissé au hasard pour qu'ils ne soient pas surpris par les questions des journalistes. D'ailleurs vous remarquerez que d'une manière générale ils suivent le fil de leur discours et n'aiment pas être coupés. Une parfaite récitation.

Meilleure encore est l'expression corporelle ! Là aussi, en bons élèves, ils appliquent les méthodes apprises à Saint-Cyr ou sur les bancs de l'ENA. Attitude, position de la tête, regard, gestuelle... Tout est calibré pour ne laisser transparaître qu'une image de confiance et de droiture. Hier ça se voyait comme le nez au milieu de la figure chez la mère Michèle. Il n'y avait aucune personnalité derrière cette femme et rien de ce qu'elle disait ne m'a, moi, convaincu.

Aussi c'est clair, le pouvoir des mots est-il dangereux dans la bouche de certaines personnes qui se retrouvent à exercer autant d'influence que de responsabilités. Et il est certain que, d'ici les élections de 2007 en France, nous allons avoir l'occasion de le vérifier...

Méfiez-vous des contrefaçons !

Dav


--------------------
"On n'est pas le meilleur parce qu'on le croit, mais parce qu'on le sait."
arcane
introspection
Membre du conseil
arcane
   Posté le 08-03-2006 à 11:03:07   Voir le profil de arcane (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à arcane   

les politiciens et ceux qui ont apprie des techniques de communication précise (gestologie, divers cours de communication, psychologue. ect..) ont un "pouvoir" sur les autres si on n'y pas prends garde, car ils ont la capacité de mettre leur mot à leur avantage.

Comme les publicitaires qui calcule pour utilisé le bon mot, la bonne image pour nous faire revé et acheter le produit.

D'ailleur j'ai eu une expérience professionnele qui a tourné au fiasco, enfin heureusement, car vraiment c'est pas nature de faire un truc pareillle..

Bon je vous explique, comme vous savez certainement tous je cherche du travail et un emploi "facile"c'est le télémarketing.

Vous connaissez certainement le système, une personne vous téléphone (biensur toujours au mauvais moment quand vous êtes entrain de cuisiné ou entrain de lire un bouquin, ou sur le net ) et vous dis un truc tout préparé style: "les produits cosmétique dont contient l'abricot sont mondialement connu pour les vertus curative (c'est le téléphone que j'ai eu aujourd'hui et je l'ai remis a sa place illoco ).

bon moi je devais vendre des gelulles de moules vertes (vous pouvez trouvé ce produit en pharmacie c'est bien contre les inflamations, mais ça peut provoquer des problèmes digestifs.. ).

Donc j'ai appris un texte par coeur sur les moules comme quoi c'est un produits qui vient de Nouvel zelande ect, ensuite je devais visé un groupe de personne bien précise les personnes âgés (je suis encore malade d'avoir failli faire ça )

heureusement je n'ai réussi à ne vendre aucune boite, mais il y avait bien des mots précis a utilisé "je vous rassure", "d'accord"?.pour l'obligé à vous écouter et si la personne parle d'une certaine manière d'allé toujours dans son sens (dire que vous connaissez le produit qu'elle utilise déjà alors que pas du tout ) tout en utilisant ces mots pour notre avantage.. :berk:. Le but premier est que la personne ne racroche pas dès qu'elle sait que c'est pour vendre.

Une autre manipulation que je vois dans les journeaux pour profiter des sans emplois désespéré de rien trouvé : des cours dont on se demande vraiment l'utilité..décective en 3 leçon, devenir prof de fitesse au 100 leçon (j'exagère un peu mais la réalité n'est pas si éloigner), seminaire pour apprendre à faire des sites internet (plein de sourire joyeux de golden boye réussissant, site typiquement américain)

donc attention au requin de la communciation, ils ont la a veillé dans les profondeurs pour vous happer de leur dents bien blanche et leur sourire hypocrite.Ils ont l'air bien propre sur eux parfait toujours bien coiffé, mais leur âme..(je voudrais pas être à leur place).

Même moi-même qui a appris (la gestologie), je me fais avoir comme un débutant parfois et malgré mes quelques connaissance en communication: je me fais mal comprendre, on me croit agressif quand je ne le suis pas et quand vraiment quand j'exprime mon mécontement on trouve ça drole..

comme dis kaliméro "la vie est trop injuste.."

la communication est un art parfois compliqué enfin je relis a un lien sur un autre sujet..attendez..;)http://abrasax.alloforum.com/sujet-11765-0-1697-0-0-1-3256-1.html

je dis juste luttons, luttons, car ce bombardement des mots ne fait que commencé, car pour survivre l'homme est capable de tout

Message édité le 08-03-2006 à 13:43:20 par le_chat_de_jade


--------------------


la vérité est comme une boule de discothèque impossible de la voir en entier en une fois
arcane
introspection
Membre du conseil
arcane
   Posté le 23-06-2006 à 21:41:15   Voir le profil de arcane (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à arcane   

l'art d'utilisé les mots pour exprimé son être dans son infinie complexité, mon coeur ne peut mettre de mot parfois dans ce qu'il est perdu dans ses dédales.

Mon rêve que tout homme puisses communiqué ces mots sans qu'il soit déformé ou mal interpréter..

que les mots seraient un baume sur les blessurs du coeur.....

j'attends sur le chemin et je décortique et je cherche a comprendre ces lettre étrange que je tape sur le clavier qui n'exprime qu'une pensée partiel de cette réalité.

un sujet un verbe parfois il suffit que cela pour exprimé comme pour dire "je t'aime" c'est deux mot simple ou "je te haie"....

j'entends le silence que c'est doux au lieu de se brouhaha d'information que je lis dans les journeaux, et sur le net...

décodeur oui, il me faut utilisé à chaque fois une paire de lunette magique pour être sur d'avoir compris ces mots qui ne montre qu'une réalité partiel "1 enfant tué sur les routes " c'est quoi çA ? c'est une phrase, mais la réalité derrière on y pense, peut-on imaginé le reste la famile de l'enfant, comment l'accident est arrivé ? pourquoi? que ressentes-t-il vraiment? de la tristesse ? de la colère?...

quans vous lisez un texte ici sur le forume essayez vous d'imaginé la piece ou il se trouve est ce que c'est dans un bureau? dans un grenier? un café qui fume posé sur la table ?...

l'odeur de la relieur de cuire des livres, le bruit du clavier lorsqu'on tape son texte....

cela ici ne sont que des mots on y met la puissance qu'on veut y mettre autant on peut y mettre que de la legerté d'une brise d'un vent d'été...

le chat de jade a envie de chanter les soirs d'été ...


--------------------


la vérité est comme une boule de discothèque impossible de la voir en entier en une fois
arcane
introspection
Membre du conseil
arcane
   Posté le 14-08-2006 à 16:09:59   Voir le profil de arcane (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à arcane   

hello tout le monde

depuis un certain un temps j'ai remarqué des changements dans nos écrits sur le forum.

Habituellement nous parlions plutôt avec notre cœur mais ces jours c'est comme si la magie s'essouffle que nous arrive-t-il?...

les mots deviennent, parfois n'expriment qu'un savoir et il manque sa substance ésotérique (pas tous, mais je ne sais pas c'est qu'un sentiment peut-être je suis à côté à la plaque ou je ne sais pas y mettre les mots).

C'est comme la joie est perdue, les peurs envahissent les coeurs, les pensées grouillent dans l'esprit comme de milliers de serpents " que il ou elle va-t-elle dire? quel mots devrais-je dire pour bien me faire comprendre?va-t-il ou elle me juger?

mon dieu mon texte va être pris entre ces mains que je vais lui répondre pour lui dire pourquoi je pense ci ou ça? combien de temps?...

malheureusement si ces pensées commencent à atteindre votre esprit alors là vous "tuez" votre désir de parole et vos mots s'éteingent comme un souffle sur une flamme d'une bougie...

voilà ma pensée du jour chat de jade

PS.c'est bien une généralité que je dis je ne pense pas à des personnes en particulier (même moi, la j'ai les vilains serpents qui grouillent )


--------------------


la vérité est comme une boule de discothèque impossible de la voir en entier en une fois
arcane
introspection
Membre du conseil
arcane
   Posté le 14-08-2006 à 21:18:06   Voir le profil de arcane (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à arcane   

pour une fois j'ai reçu un refus négatif dans mes offre d'emploi ou je ne me suis pas senti amer.

La réponse qui m'a été donné me montré que j'existais et que je n'étais pas comme un numéro, le xième chomeur qui écrit la xième lettre.

la secrétaire a écris avec son coeur j'en ai pleuré de joie, cette personne ne désirait pas m'engagé, mais elle a fait preuve d'humanité, m'a expliqué les raisons et en plus m'a fais remarqué des erreurs dans ma lettre pour me permettre de me remettre en question, de m'améliorer.

et je lui ai dis tout simplement merci et que je ferais de la pub pour sa société car elle a parlé avec son coeur et m'a pas considéré comme un numéro de plus.

Par la suite j'ai rereçu une autre réponse et on m'a encore donné des renseignement tout ça pas le reconnaissances des mots de inividu qui de base ne se connaissais pas.

Les mots sont merveilleux mais quoiqu'on fasse parfois ils ont à double tranchant car il exprime pas totalement ce qui dans le coeur parfois ils sont trop fort ou défois trop doux une adaptation en plus à chaque interloctueur qui aura un vécu différent de soit et malgré les plus grand préoccupation, le soins des mots, il aura toujours des malentendu.

je prie que avec le temps je réussis dans la majorité des cas me faire comprendre, mais je me fais trop d'illusion, c'est un art complique trouvé les bons mots qui sonne juste qui exprime ce que notre coeur désire exprimé mais la on peut mettre le lien sur la la communication.


chat de jade ...


--------------------


la vérité est comme une boule de discothèque impossible de la voir en entier en une fois
arcane
introspection
Membre du conseil
arcane
   Posté le 13-09-2006 à 09:17:33   Voir le profil de arcane (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à arcane   

hello tout le monde,

peut-être je m'inquiète trop mais nombre d'indice dans mon pays en particulier montre que le diminuation du droit de la parole de l'expression(je ne peux pas parlé en france même si je vois des trucs qui me plait pas par l'actualité).

un exemple flagrant aujourd'hui dans le journal concernant notre conseil fédéral M. Blocher qui a tenté de censuré une caricature concernant nos prochaine votation car elle ne le valorisé pas à la télévision. http://www.24heures.ch/vqhome/le_journal/suisse/blocher_130906.edition=rc.html

maintenant quand je mets un lien suisse je deviens inquiète que subtiement ils ne fonctionne plus dès que cela contre les idées de mon gouvernement.

le 24 septembre 2006 sera une date important ceux qui voteront oui accepterons la diminution de leur liberté, de la repression d'autre qui voteront non sera pour notre conseil fédéral une claque, donc je prie que les suisses soient consciente que leur liberté d'expression de parole soit en mis en compte.

vi je m'inquiète vraiment profite de la liberté que j'ai de m'exprimé ici et maintenant en priant que cela continue..

t'ichat griffe tout dehors si on l'a prive de sa liberté de sa parole


--------------------


la vérité est comme une boule de discothèque impossible de la voir en entier en une fois
Micmac
Membre
Micmac
   Posté le 16-09-2006 à 12:05:23   Voir le profil de Micmac (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Micmac   

Houlà çà fait longtemps que j'ai pas posté et bizzarement, mon message sera court et ne sera qu'une simple remarque ( oui je meuble un peu là .... )
Comment réussir à minimiser le droit à l'expression ? En submergeant les gens d'un flot inutile de paroles aussi profondes que les chansons de Lorie, enfin de grosses conneries sans aucun sens, via toutes les formes de médias . Bref une forme d'abrutissement qui ne fait plus penser à grand chose, voir qui ne fait plus penser du tout, parce que le droit à l'expression suit celui de penser . Ces gens qui détruisent d'une façon rusées et en toute discrétion, ( qui sont ils ? ) ont décidés d'attaquer directement à la racine et pas grand monde ne s'en rend compte, il ont pris au pied de la lettre, " qui veut aller loin, ménage sa monture .
arcane
introspection
Membre du conseil
arcane
   Posté le 20-09-2006 à 16:11:08   Voir le profil de arcane (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à arcane   

hello

en farfouillant ces derniers temps j'ai retrouvé un vieil article

http://www.monde-diplomatique.fr/1997/03/BRETON/8022.html

la réflexion que cela m'a donné que vont-ils faire les jeunes qui n'ont jamais lu un livre? qui se sont en particulier renseigné seulement sur le net pour retrouver un sujet prémaché pour leur prochain exposé.

l'avantage avec un livre, nous apprenons à le lire ensuite faire un résumé et le coté concret de son poid peut-être rend plus conscient du travail de l'auteur.

ce qui m'a marqué c'est l'art de savoir s'exprimé, c'est ce que j'ai appris dans mes différentes formations scolaire en composant des dissertations, analyses de publicités, d'article.

Par contre je n'ai jamais appris à faire de la réthorique en tant que tel et me laisse facilement impressionné par celui qui touche avec les bons mots (heureusement, j'apprends avec le temps en faire abrstraction et que c'est parce que je trouve pas forcément le bon terme que mon avis ne sera pas pris en compte).

Sinon je m'inquiète pour l'avenir des jeunes qui n'ont pas su apprendre à décodé ce qu'ils les entourent que soit la publicité, un texte, un article comment vont-ils faire?..toutefois je garde espoir car notre cerveau merveilleuse machines à une plasticité qui permet pour celui qui le désire vraiment d'apprendre par les livres.

Donc n'ayez pas de complexe, c'est pas parce que vous n'avez pas fais des hautes études que vous n' avez pas droit à l'acces du savoir d'apprendre, n'écouté pas ceux qui dise le contraire peut-être leur but c'est d'en gardé le monopole.

Vos mots ont parfois même plus de valeur que celui qui apprends avec facilité et qui peut-être ne cherchera pas d'aller plus loin dans leur réflexion.

Plus le temps passe plus le désire de mettre tout le monde dans une petit case précise selon son intelligence me laisse dans la perplexité.

voilà le baton de parole pour celui qui le désire

le chat de jade


--------------------


la vérité est comme une boule de discothèque impossible de la voir en entier en une fois
Solomon Kane
Membre
Solomon Kane
   Posté le 22-09-2006 à 10:03:54   Voir le profil de Solomon Kane (Offline)   Répondre à ce message   http://perso.wanadoo.fr/chemins-du-reve   Envoyer un message privé à Solomon Kane   

Ha c'est horrible !

Je ne vais jamais m'en sortir à lire tous vos messages et à y adjoindre mes propres réflexions. Tellement de choses à dire, de choses à faire, de choses à entendre... Il faudrait que je m'enferme un mois pour me mettre à jour par rapport à vos discussions que tantôt je poursuis, tantôt je prends en route. Ce sujet, par exemple, sur le pouvoir des mots, je me souviens y avoir participé bien avant mon départ au mois de mai et je constate qu'il a continué d'évoluer dans d'autres directions. J'y remets donc un peu mon grain de sel.

Le verbe est précieux. Le silence est d'or. Parler exige beaucoup d'énergie. Tout comme écouter. Les personnes dans un chemin de développement personnel savent ô combien le silence est plus important que la parole. On parle souvent pour ne rien dire et c'est la même chose avec l'écriture. Moi le premier. Faites donc ce que je dis et non ce que je fais. J'éprouve un grand plaisir à élaborer de longues phrases et à entourer ma pensée véritable d'un tissu rédactionnel parfaitement décoratif. Voir par exemple le premier paragraphe de ce post qui est tout à fait facultatif. Pourquoi ne pas aller à l'essentiel ? Pourquoi se perdre en monologues sans relief ? Aucune idée !

L'individu a besoin de parler. Faites en l'expérience. Posez-vous la question : est-ce que ce que je dis est utile ? Ecoutez les autres également, analysez les conversations : ce ne sont souvent que d'interminables comparaisons de vécu. Un tel raconte-t-il ce qui lui est arrivé la veille en voiture que son interlocuteur renchérit avec une anecdote le concernant. "Ha oui moi je...". L'égo est malheureusement souvent le moteur de nos conversations avec autrui ou avec nous même. Ne vous surprenez pas souvent à faire de longs monologues avec vous même ? Sont-ils réellement utiles ? Micmac a mis le doigt sur un élément intéressant dans son post : l'abrutissement de la masse sous un déluge d'informations futiles. Le risque encouru : faire saturer le cerveau. Et il faut croire que ça fonctionne. On doit vraiment, à l'échelon individuel, apprendre à parler avec discernement, à ne pas se perdre en vaines discussions. Tâchons que nos paroles soient utiles. Je me rappelle de la description d'un personnage dans un livre qui disait : "il parle peu mais quand il le fait, c'est pour dire quelque chose" . Trions, sélectionnons ce qui arrive dans nos oreilles et à nos yeux. Gardons-en uniquement le meilleur.

Alors évidemment c'est triste de constater que certaines personnes, notamment chez les jeunes, ne sont pas conscientes de ce phénomène. Mais d'un autre côté ce n'est pas une généralité. Il y a dans la masse des individus parfaitement avisés ne rentrant pas dans ce jeu là. Il y aura toujours des gens pour défendre becs et ongles la liberté de pensée juste, pour dénoncer les abus, pour encourager l'autre à se mettre à parler et penser de façon autonome et ça c'est plutôt quelque chose de rassurant. Ici, dans ce forum, nous prêchons souvent entre convaincus. C'est donc en dehors du forum qu'il convient de diffuser nos idées. Continuons à privilégier une parole sensée et riche et à faire connaître autour de des lectures et des auteurs dont les oeuvres soient un terreau fertile pour nos pensées.

Dav


--------------------
"On n'est pas le meilleur parce qu'on le croit, mais parce qu'on le sait."
arcane
introspection
Membre du conseil
arcane
   Posté le 09-10-2006 à 12:26:28   Voir le profil de arcane (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à arcane   

Hello à tous

Parfois celui qui utilise le pouvoir des mots prend des risques, une femme journaliste vient d'être assassinée : Anna Politkosvkaïa a été tuée par balle dans l'ascenseur de son immeuble. Son travail était une critique objective de la guerre en Tchétchénie.

Elle devait publier un article sur la torture en Tchétchénie.

Ce n'est qu'un exemple parmi d'autres, la liste est longue de nombre de journalistes asssassinés parce qu'ils ont osé dire des propos qui peuvent déplaire à un gouvernement.

Toutefois ces sacrifices ne sont pas vains, car ils sont de ceux qui ont le courage de leur opinion, qui ont préféré utiliser la plume que les bombes qui tuent des milliers d'innoncents.

Bref j'ai plus de respect pour cette femme que la peur suscitée par les terroristes actuels qui tuent des innoncents juste pour attirer les médias.

À choisir je préfére quand deux soldats se battent entre eux (même si je n'aime pas la guerre), car cela est une égalité de force que des femmes, des enfants qui meurent pour une soi-disant cause juste, des lombotisés terroristes notoires programmés à tuer et convaincus que leur réalité est juste.

t'ichat est lasse mais crois toujours à la bonté des hommes


--------------------


la vérité est comme une boule de discothèque impossible de la voir en entier en une fois
Silence
Membre du conseil
   Posté le 08-11-2006 à 15:06:51   Voir le profil de Silence (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Silence   

Encore un sujet passionnant
Il faudrait m'y prendre à quatre ou cinq fois pour dire tout ce que j'ai à dire là-dessus...



Bon je vais commencer brièvement par le coté politique et social...

Les mots, le réel pouvoir politique ?

Oui.

Le pouvoir est une illusion. Il faut en avoir conscience. Que devient un dictateur, si d'un coup, spontannément, plus personne lui obéit ? A-t-il le pouvoir de faire obéir à ses hommes physiquement ? Bien-sûr que non...

Même si sa police et son armée continuent de lui obéir, si le peuple cesse, que peut-il faire ? Rien. Sans les travailleurs pour batir et nourrir, pour créer des richesses, un dictateur n'est plus rien. Un roi n'est roi que parce qu'il a des sujets à gouverner.

Le pouvoir n'existe pas. C'est une illusion, et cette illusion qui enveloppe chacun de nous, s'appuie essentiellement sur la communication. Le pouvoir ce n'est que deux choses : l'antique diviser pour mieux régner , et depuis les pseudo-démocraties actuelles la foi du peuple en ses gouvernants . On remarquera que la crainte découle de suite de diviser pour mieux régner . Bon je traiterais la division en elle-même dans un autre sujet, j'ai vu qu'il y en avait un s'appelant "les arcanes de la politique" (disons pour faire simple, que tout système essaie de fractionner la population en plusieurs groupes bien cloisonnés, et on instaure, dans le meilleurs des cas une concurrence entre ces groupes, et dans le pire des cas de la haine, pour être sûr que ces groupes là ne s'allient jamais, et que le ou les gouvernants soient le seul facteur commun, le seul liant).

Si on y réfléchit bien, l'unique vecteur de ces deux seuls vrais mécanismes du pouvoir, c'est la communication.

Commençons par diviser pour mieux régner ... Regardez les infos, que se passe-t-il quand les gens sont pas content ? Prenons par exemple les grèves, voici le message obtenu après avoir décripté le contenu des infos :
"Bouh les vilains grévistes qui prennent en otage les honnêtes travailleurs !"

Avant même de savoir si oui ou non la grève est justifiée (soyez en sûr, dans 99% des cas une grève est justifiée), les médias essaient tout de suite de vous montrer en quoi cela vous embête que cette fraction de la population soit en grève. Ils vous incitent à penser que ce sont des feinéants, et qu'ils paralysent le pays (et donc vous) pour leurs profits personnels, en somme ce sont des individualistes... Plus le gouvernement (car c'est bien lui qui tire les ficelles) arrive à rendre impopulaire une grève, plus il peut aisément s'asseoir sur les revendications des manifestants.

Après, cela va très souvent plus loin que la simple manipulation dans le choix des mots, l'information est elle-même est déformée, mais c'est un autre sujet...

(juste vite fait : pendant les manif' d'enseignant, les médias disaient sans relache que les enseignants manifestaient pour leur retraite et ne parlaient pas du tout des autres revendications... En faisant cela, ils limitaient leurs actions à quelque chose d'individuel - LEUR PROPRE retraite - alors qu'en réalité, les retraites n'étaient pas du tout la première de leur revendication, en vérité les enseignants se sont surtout soulevés contre les très graves amputations qui ont été faite sur l'éducation de nos enfants depuis quelques années. Il faut savoir que - merci le capitalisme et le néo-libéralisme - depuis trois ou quatre ans, ce n'est plus l'enfant qui est au centre du système éducatif, mais le savoir. Attention, ce sont les termes OFFICIELS ! Pas une analyse de ma part. La réalité est bien pire : on veut rentabiliser nos enfants, le système se fiche de leurs éventuels problèmes et ne veut plus perdre son temps et son argent, ce qui compte, c'est que nos enfants apprennent très vite un métier pour très vite s'intégrer comme un rouage dans la mécanique de l'état. Ils ne savent plus lire et écrire correctement ? On s'en fout, ils feront le sale boulot de ceux qui savent. Voilà pourquoi les enseignants faisaient la grève, et c'était aussi contre la décentralisation de l'éducation nationale, et ses effets dévastateurs sur les départements les plus pauvres du pays.)

Pour rester dans la subtile manipulation, vous remarquerez que personne de sain d'esprit ne devrait s'intéresser à ce qu'il y a plus à gauche du PS, c'est pas bien... on appelle cela l'extrême-gauche. Le terme n'est pas innocent : dans extrême-gauche, il y a "extrême", ce qui a déjà une connotation de "trop", "trop à gauche", et en plus ça rappelle dans nos intellects un autre extrême, l'extrême-droite. Ainsi, dans la tête du téléspectateur moyen, ça fait tilt, et ça dit : extrême-gauche = pas bien.
Pourtant si on affuble aux partis politiques des noms comme la gauche, la droite, le centre, l'extrême-gauche, etc... ce n'est qu'une simple question de placement à l'Assemblée Nationale. Les partis de gauche sont à gauche, ceux de droites à droite, les extrêmes sont sur les bords de l'hémicycle. Mais grace à cette astucieuse dénomination, on s'assure que la plupart des gens ne chercheront même pas à écouter ce que ces partis politiques plus à gauche que le PS ont à dire, ils seront contre par défaut.

Quand l'occident entre en guerre contre un pays, une fois l'armée du dit pays mis en déroute, il arrive que des gens se rebellent contre cette agression... Mais là attention, écoutez bien ce que vous disent les médias, ce sont des TERRORISTES. On n'emploiera surtout pas le terme de résistant.

Historiquement, il faut rappeler que la résistance française pendant la deuxième guerre mondiale était considérée comme terroriste par Berlin ET par Vichy. Eh oui Tant qu'on est vaincu, on est des terroristes, et si on s'en sort vainqueur, on est des résistants.

Le subtile de la chose, c'est qu'on peut donner une information qui est parfaitement correcte, mais juste en employant un terme plutôt qu'un autre, on peut biaiser un esprit faible.




Du point de vu de la foi en nos gouvernants , eh bien, Dav a bien cerné le problème, je n'ai pas grand chose à rajouter... Les discours politiques, lissés, avec des redondances (comme le mot convaincu que cite Dav), pour nous faire croire à la droiture... etc...




Pour finir, j'ai envie de vous dire que la rhétorique, c'est l'art de biaiser les esprits, en user, c'est réellement manquer de respect envers ses interlocuteurs. Un rhéteur ne cherchera jamais à édifier la vérité, il ne veut que faire illusion que son propos est juste, et qu'il faut le croire. De plus un rhéteur a une certaine forme de méprisance et de condescendance, il vous croit stupide (ou au moins limité d'esprit) et entends en tirer parti.
Ne jamais faire confiance à quelqu'un qui en use, il essaie d'avoir un ascendant sur vous...





Bon... il faudra que je refasse deux autres réponses...

J'aimerais parler du pouvoir psychologique des mots (juste le coté intérieur, dans notre pensée) (pense-bête pour moi : la rétro-conversion des mots et leur rétro-action sur la pensée pure, la structure, le formalisme, le flou artistique).

Il faudra aussi que je parle plus ésotériquement, de leur pouvoir "magique" sur le monde, comme des concrétiseurs de pensée...

Message édité le 08-11-2006 à 15:09:41 par Silence
Silence
Membre du conseil
   Posté le 09-11-2006 à 02:09:10   Voir le profil de Silence (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Silence   

Chère Glingal,

Personnellement, derrière rhétorique, il y a tentative de persuasion. Il y a aussi des manoeuvres pour embrouiller qui sont à l'opposé de la clarté. Bien-sûr que je n'ai rien contre une belle façon de parler, agréable à entendre (et l'ornement dont tu parles) Peut-être n'avons-nous pas exactement la même façon de sentir ce mot "rhétorique"...

Pour moi c'est aussi le problème du juge et de l'avocat. Le juge cherche la vérité, s'il se trompe, il changera d'avis. Quelqu'un qui use de rhétorique (selon moi, peut-être me diras-tu le contraire) est avocat. Il est partial. Son but n'est pas de faire la lumière sur un fait, mais bel et bien d'imposer sa vision des choses à grand coup d'armes intellectuelles.

Sinon si la métaphore fait partie de l'arsenal du rhéteur, cela ne veut pas dire que TOUTE métaphore est forcément rhétorique. Enfin bon, comme je le disais plus haut, il semble que nous n'ayons pas le même feeling sur ce mot...




Bon revenons à nos moutons



Abordons le pouvoir psychologique des mots.



Dans nos têtes, nous avons des pensées pures. Des pensées sans mots assignés dessus, elles sont purement abstraites et conceptuelles. Attention, ce genre de pensées n'est actuellement pas tout à fait reconnu par la science, et moi je suis un auto-didacte, ce n'est donc pas de la psycho freudienne dont je vais vous parler (vu que j'ai pas lu Freud ). La psycho est un domaine qui me passionne depuis ma tendre enfance (vraiment, dès 8-9 ans je m'y intéressais), et j'ai développé ma propre vision de la chose.
La science actuelle a tendance à dire qu'il n'y a pas de pensée sans langage (moi je trouve ça parfaitement réducteur, pas vous ?)

Bref... pour moi une partie de cette pensée pure ne siège même pas dans le plan matériel, mais bel et bien dans le monde de la pensée et de l'énergie, hors du circuit neuronal.

La pensée pure éthérique se transforme donc en concept abstrait dans notre cerveau et ses neurones, puis est convertie en mot à l'aide de langage. Notons qu'une pensée peut émerger directement en concept abstrait. Elle peut même parfois naitre directement du langage, lorsqu'un raisonnement logique suit son cours, ou toute transformation grammaticale (ce genre de fonctionnement est le même que dans un programme informatique plus ou moins intelligent), lors d'un calcul aussi. Le langage est donc presque indispensable au développement de raisonnement logique.

Le langage nous aide à structurer notre pensée. C'est le coté tangible, solide, de la pensée. Le dur, le matériel de la pensée. Cette part là a effectivement les même propriétés que la matière (ordonner les choses, les quantifier, les ranger, construire de nouvelles choses à partir de plusieurs autres, démonter une chose, modifier une chose). Comme nous parlons avec notre bouche, qui réside bien-entendu dans le monde matériel, cette communication là passe par la pensée matérielle.

La pensée pure, elle, a toutes les qualités du monde éthérique, comme la génération spontannée (de nouvelles idées émergent de nul part, sans être la suite d'un raisonnement). Toute la créativité vient de là. C'est de là aussi que vient le "sens" des choses, autrement dit les gens qui cherchent en vain un sens à leur vie, marche vraisemblablement à la pensée dure et tangible, et pas assez à la pensée pure (ou du moins, il y a un énorme manque de communication entre leur âme/esprit et leur cerveau). Le monde éthérique confère à la pensée pure de nombreuses choses, comme le subtile et la parfaite justesse des pensées, mais difficile d'en parler plus... avec des mots ! (donc en parler en pensée dure). Ca passe par le ressenti. Chez moi l'empathie est une communication d'âme à âme, fait en toute conscience. Si votre empathie fonctionne comme la mienne (ce qui n'est pas évident, car après avoir discuté avec d'autres empathes, dont Ti'Chat, je me suis rendu compte que ça ne marchait pas forcément pour les autres comme pour moi), alors vous devez savoir ce qu'est une pensée pure, car c'est ce qu'on ressent quand l'âme de l'autre nous parle.





Examinons un petit biais psychologique que j'appelle la rétro-conversion (je sais pas si ça existe sous un autre nom, mais on s'en fout ). Quand votre pensée abstraite (provenant antérieurement ou non d'une pensée pure) est transformée en mot, elle perd sa justesse. La subtilité d'une pensée pure est infini, par exemple l'amour qu'on porte à quelqu'un est parfaitement unique, il y a une infinité de façon d'aimer (à cause des nuances). Mais au moment de s'exprimer, il va falloir capturer cette pensée pure avec un mot, donc l'enfermer dans un cliché, la faire rentrer dans un moule... Le problème, c'est que dans un esprit un peu trop faible ou matérialiste, ce mot qui ne devrait servir que pour le plan matériel, va être re-converti dans l'autre sens en pensée abstraite et pure... bref, on y perd notre justesse dans l'éthérique... :/ Les personnes très intuitives sont généralement immunisées contre ce phénomène, de même pour les personnes ayant atteint un haut niveau de spiritualité.

Les manipulateurs adoreeeeeeeeent se servir de ce biais là !
Tous les mots ont une connotation, parfois positive, parfois péjorative, parfois ils sont reliés à un champ lexical précis qui va nous évoquer mille choses... lorsque vous entendez ce mot, en le traduisant en pensée abstraite ou pure, vous allez charger cette pensée de tout ce que comporte cette connotation. En utilisant les bons termes, le manipulateur peut vous pousser sans que vous vous en rendiez compte dans un sens ou dans l'autre.

Mais ce n'est pas ça le pire, car là, il s'agit de pensées extérieurs à vous (puisque ce sont celles que vous dit le manipulateur). Le plus grand danger c'est pour vos propres pensées. Par exemple un manipulateur doué, lorsque vous cherchez vos mots pour vous exprimer, va tout simplement mettre un mot pour vous sur votre pensée inexprimable... Vous allez vous dire, oui, c'est cela que JE voulais dire, et pouf... reconversion vers la pensée pure, et le manipulateur a infléchis votre pensée dans le sens qu'il voulait, et il a parfaitement passé toute vos défenses psychologiques, puisque c'est VOTRE pensée...

En vérité, la plupart du temps, vous vous auto-manipulez vous-même de la sorte quand il vous manque le mot juste pour vous exprimer. (aussi, une arme de manipulation médiatique est de faire glisser le sens connoté de certains mots, dans leur emploi publique, pour que ce mot résonne dans votre tête comme un "pas bien", et si vous n'avez aucun autre mot que le mot corrompu pour vous exprimer, vous risquez à nouveau d'être infléchi dans votre pensée).





Pfffiou... le gros pavé que voilà... dire que j'ai pas fini...





Examinons le cas des esprits hyper-scientifiques, hyper-précis et hyper-rationnels (ce genre de personne est à la mode de nos jours).

Je cite un truc de moi dans un autre forum :
Citation :

Ce sont ces gens avec qui discuter est incroyablement pénible, parce qu'il faut sans arrêt définir tous les mots qu'on emploie (clin d'oeil à ceux qui fréquentent épisodiquement le salon philosophie de caramail/lycos), expliquer le raisonnement de A à Z, même les étapes les plus évidentes. Ils font des phrases incroyablement mal foutue qu'il faut relire deux fois pour comprendre, car usant d'une grammaire proche des énoncés de problèmes de mathématiques avancés (alors c'est vrai, c'est irréprochable, mais le but d'une conversation n'est pas d'être irréprochable, mais de se faire comprendre, et notre esprit ne s'exprime pas naturellement comme ça).

Dès que dans la discution avance vers quelque chose de plus subtile et immatériel, là c'est la fin... parce que ce genre de personne là ne sait pas "nager", dès qu'ils ont plus pied sur du tangible, ils paniquent, et veulent retourner sur la berge. On a envie de leur tendre la main, de leur dire : "Venez ! Ici l'eau est bonne et c'est agréable !", mais comme bien souvent, on est spectateur du malheur des autres...


Ce genre de personne cherche à tout prix à formaliser leur pensée, la structurer à outrance. Finalement, en faisant cela, ils transforment véritablement leur tête... en une vulgaire machine, certe puissante, mais bête comme une machine. Leur esprit devient complètement tourné vers le matériel. Nul doute que leur âme en est contrariée, d'être snobée de la sorte par le cerveau, et qu'ils vont au devant de grave déconvenus existancielles (voire des problèmes de santé, car une âme contrariée, ça peut faire des dégats). Leur pensée n'est plus qu'un déballage de mécanique linguistique... brrr... ça fait froid dans le dos... lol



Ils n'ont pas compris que c'est dans le flou artistique des mots que l'âme s'exprime. On s'en fout de définir les choses avec une précisions fastidieuse, ce qui importe c'est la connotation des mots, ce qu'ils évoquent en nous. C'est aussi en usant de procédés littéraires ou poétiques que la frontière entre l'âme et le cerveau s'amoindrie !

Chacune des deux parties a ses avantages, ses spécialités. Cela forme un tout. Il ne faut pas nier l'un ou l'autre. Je reproche un peu cela à la philosophie de l'Inde, où ce qu'ils appellent le "mental" (ce que j'appelle ici la pensée dure) est très fortement dépréciée et accusée de tous les mots. C'est vrai que le mental est une source de problème (il excelle à inventer des problèmes là où il n'y en a pas), mais utilisé de façon harmonieuse, de concert avec l'âme, c'est un outil très puissant. Pour moi il n'y a pas de hasard, rien qui ne soit sans raison. Si on nous a doté d'un cerveau et d'une âme, c'est que les deux nous sont indispensables.



Voilà

La prochaine fois, j'aborderais le pouvoir des mots en ésotérisme (quoique ça frisait déjà l'éso là).

Message édité le 09-11-2006 à 02:15:19 par Silence
Silence
Membre du conseil
   Posté le 09-11-2006 à 15:30:37   Voir le profil de Silence (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Silence   

Chère Glingal

Encore une fois je ne pense pas qu'on soit totalement en désaccord sur le fond, juste sur le sens qu'on prête au mot "rhétorique".

Je n'ai rien contre une argumentation claire, quand ce sont des arguments de juge (qui cherche avec nous la vérité), j'aime nettement moins un argumentaire d'avocat... d'ailleurs quand quelqu'un prend une attitude d'avocat sur tel ou tel sujet, j'abandonne la partie, car cela ne sera qu'une pure perte de temps pour lui comme pour moi.

Bien-sûr, je n'ai rien non plus contre la communication verbale. Je pense qu'il n'y a aucun hasard, que toute forme de communication est indispensable, que ce soit la communication verbale, gestuelle, expression du visage, contacte physique, communion spirituelle...

J'ai déjà plus de grief contre le langage formel, c'est très bien pour faire des maths et de la physique, mais c'est déjà un calvaire rien que pour parler philosophie (cette fois-ci je sens que tu ne seras pas d'accord ).





Bref... Alors... Le pouvoir des mots dans l'ésotérique...



Comme vous l'avez lu dans mon pavé précédent, les mots sont des reflets matériels des idées pures de l'éther.

Lorsque vous formulez des mots dans votre tête, vous rendez réel dans votre intérieur des pensées de cette éther. Quand vous dites les choses à voix haute, ce que vous dites tente de se matérialiser dans le monde physique. Bien-sûr cela ne marche que si vous le dites avec ferveur, si vous avez foi en vos mots, que vous y mettez votre coeur et votre âme (ainsi la frontière entre le monde physique et le monde éthérique s'amoindrie).

C'est sûrement pour cela que beaucoup de rituel s'accompagnent de prières. Cela dit, je ne pense pas que réciter par coeur une prière en latin sans en comprendre le sens ait réellement un impact, et c'est sans doute plus pour le folklore dans ce cas là (mais c'est mon point de vu, je ne suis pas sorcier).



En amour, par exemple, dites à votre amoureuse que vous l'aimez, et vous vous rendrez compte qu'au moment où vous prononcez ces mots, vous l'aimez plus que jamais, plus qu'avant de le lui dire. Et ce halo d'amour va vous accompagner quelques minutes encore, voire des heures ou des jours... juste pour avoir dit trois petits mots avec son coeur.

Inversement (ça tourne pas mal autour du couple mes exemples aujourd'hui ), quand votre amie est fachée sans qu'elle semble savoir pourquoi, ne lui demandez pas pourquoi ! Surtout pas ! L'erreur du débutant ! lol
Elle va peiner à trouver ses mots, mais en mettant des mots sur sa colère ou sa déception, elle va concrétiser cette pensée, la figer en quelque sorte. Si vous l'avez déçue, et qu'elle trouve les mots, nul doute que sa déception ne s'envolera pas après une nuit de sommeil.
Ne forcez jamais une femme à vous dire pourquoi ça ne va pas entre vous... ne la forcez pas à vous donner des réponses. Si elle vous en parle naturellement et spontannément avec ses mots, c'est que c'est déjà concret pour elle (et écoutez-là). Si elle n'a pas de mot, c'est que ce qu'elle a contre vous n'a pas franchi l'étape du concret, alors ne la forcez pas à outrepasser cette étape.

Notons que dans le cas inverse, ça marche pas pareil, car les hommes sont plus rationnels, leur pensée s'établiera plus facilement sur des faits. Les hommes aiment *généralement* tout traduire en pensée dure, donc ils ont toujours les mots pour expliquer ce qu'il se passe.
Les femmes aiment *généralement* tout transformer en pensée pure, on pourrait dire qu'elles ont toujours une émotion ou un sens qui les accompagne dans ce qu'elles vivent.





Pour revenir à quelque chose de plus magique, quand vous dites à voix haute une formule magique ou une prière, vous prenez acte de votre pensée, vous ne la gardez plus en vous, vous l'extériosez.
Quand vous voulez réaliser quelque chose, votre énergie pure aura du mal à se matérialiser comme cela, alors qu'avec des mots vous lui donnez forme, vous la modelez pour l'adapter au plan matériel... vous lui donnez une peau et un squelette, pour parler par métaphore...
Cela fonctionne aussi dans une moindre mesure juste en pensant ces mots sans les dire (voire marchera aussi bien si vous visez quelque chose intérieur à vous).

Euh... voilà... je crois que j'ai plus rien à dire sur le sujet... pour l'instant...

Message édité le 09-11-2006 à 15:33:40 par Silence
morpheus
Membre
   Posté le 30-11-2006 à 13:13:21   Voir le profil de morpheus (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à morpheus   

salut a tous...


au sujet des hommes politiques, en voici une petite, tiree du "hitchhikers guide to the galaxy" : " le role d'un president n'est pas de tirer les reines du pouvoir, mais d'attirer l'attention loin de celui-ci"

en clair, et sans rethorique, cela veux dire que le president ne detient aucun pouvoir reel, son role consiste a faire la marionnette, et a accuper notre attention loin de la reele source du pouvoir...

celon un bon paquets d'americains amers et degoutes de leur pays, georges W Bush etait oppose a la construction de ce mur ignoble a la frontiere avec le mexique... mais le congres a su prendre ses decisions sans s'encombrer de l'avis du president


une autre tiree du meme bouquin: c'est un extra terrestre qui observe que les terriens sont constamment occupes a maintenir leur bouche et leur cordes vocales en agitation constante... il imagine tout d'abord que c'est par peur de voir ces organes s'attrophier, mais, apres plusieurs mois d'observation, il en vient a comprendre que c'est en fait parce que des que la bouche s'arrete de parler, le cerveau commence a fonctionner.....


il me semble avoir lu, au debut de ce sujet, une remarque sur la bombe atomique, "une benediction, un instrument de paix, tant qu'elle est dans nos main, mais elle deviendra diabolique sitot qu'elle passera dans les mains des terroristes.... signe Truman je crois...


ben moi je reste convaincu que l'humanite est bien loin d'etre adulte, qu'elle a bien du mal a grandir, et puis maintenant, on a le recul et on peux voir qu'avec la bombe atomique, on peux faire soit beaucoup de mal, soit beaucoup de mal...

il me semble qu'il en va de meme de la rethorique
faut savoir que je me place moi meme dans la problematique de l'enseignant depuis quelques temps

(le savoir n'a de sens que si je l'applique, ce que je refuse puisque ca mene a la construction de bombes, il ne reste alors que la transmission du savoir, pour donner un sens a ce dernier..)

donc, je veux transmettre mon savoir a celui qui ne sait pas...

c'est tout plein d'ego des le debut cette histoire... comment puis-je considerer que je sais plus ou mieux que l'autre.... d'ailleurs, si je ne considere pas les choses ainsi, je ne cherche plus a transmettre, je la ferme et j'ecoute!

donc, considerons que je sais et que l'autre ne sait pas... je parle pour transmettre mon savoir... bon, mon petit peu d'experience me montre qu'un savant emploi de la rethorique m'assure de passer un bon moment a m'ecouter moi meme.... mais c'est plutot peu efficace pour transmettre ce qui doit etre transmis

encore tout plein gonfle de mon grozego, je peux me considerer au dessus de l'autre, puisque je suis le prof et lui l'eleve, mais il me reste ensuite deux attitudes possibles: arrogant ; de toute facon, il ne comprendra jamais rien(sinon il n'aurai jamais eu besoin de moi, et il aurai deja compris) et, donc, je peux m'autoriser a user de la rethorique pour le manipuler a mon avantage

autre attitude possible: la compassion: il ne comprend pas (pas encore) comment faire pour l'amener au meme niveau que moi
je part alors dans de longues explications, il faut parfois du temps, voir tout les points de details les uns apres les autres.... et j'utilise alors tres peu, voire PAS de rethorique, puisque l'experience m'a montre que ca amenai plus de confusion que de clarete...

si je parle d'un lion en miniature, raye, et qui ne parle pas trop, je vais envoyer bon nombre de mes eleves dans des reveries tres eloignees de la salle de classe, si je me contente d'employer le mot "chat" , il me suffit ensuite d'y ajouter une image pour le cancre au fond de la classe, et le tour et joue, tout le monde peux suivre

pour terminer, je ne crois ABSOLUMENT PAS a la manipulation pour un motif benefique...

la manipulation de l'auditoire est toujours malefique car elle tient celui-ci dans l'obscurite, inapte a penser par lui-meme

ma vision du proffesseur ideal est la suivante: chercher a ce que mes eleves pensent par eux meme etnon pas a ce qu'ils pensent comme moi...

soyons suffisament humble pour reconnaitre que peut-etre nous avons tord... que faire alors? aider l'auditoire a juger PAR LUI MEME
et ceci ne peux se faire (du moins c'est mon avis... mais qu'en pensez-vous?) que SANS l'usage de la rethorique

...

mais entre enseignants, au moment de la pause cafe, dans la salle des profs, un peux de rethorique, ca detend bien il faut dire...

autrement dit, je ne denigre pas son cote esthetique; et j'aime l'esthetique, j'apprecie ce que je juge beau ( et surtout vous, mesdemoiselles )

je prend aussi pour un fait de base de cet univers que la beaute et la verite sont les deux facettes de la meme piece... donc on ne peux pas regarder les deux en meme temps

si je veux que mon discours soit beau, bien enrobe, je vais imanquablement m'eloigner de la verite

si je veux que mon discours soit juste et rigoureux, ca ne va pas etre tres beau....

il faut choisir...
morpheus
Membre
   Posté le 01-12-2006 à 14:36:11   Voir le profil de morpheus (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à morpheus   

Modéré

ben lexemple des contes pour enfants me parait pas si mal... enfin ca depend du point de vue, c'est clair qu'un conte pour enfant est bourre a craquer de figures de rethoriques, mais j'y applique automatiquement mon equation fetiche d'avant: cela nous amene a la beaute et nous eloigne de la verite

un conte pour enfant, c'est beau, c'est tres beau, moi meme j'en redemandais le soir, a l'epoque ( et desormais j'en redemande a epok..!)

mais alors, si tout est vraiment clair dans un conte pour enfant, pourquoi bruno betheleim s'est-il casse le derriere a ecrire "la psychanalyse des contes de fees" ?

... euh.... suis desole glingal, j'me sens un poil agressif, mais j'aimerai faire avancer le schmilblik ...

alors rico, fend toi d'un gros effort d'imagination:

pensez-vous que les contes de fees (et, par extension, la rethorique, ou la poesie... ) s'adressent directement a une partie enfouie, cachee inconsciente de nous meme, et qu'ils se passent d'explication ?


le prince charmant qui reveille la belle au bois dormant, d'un simple baiser (par exemple) ben je suis pas certain de tout bien y comprendre... vous allez dire que je joue les mecs bornes, mais pourtant, je vous assure que ce qui suit est sincere... et cette reflexion date de mes annees college, disont de l'epoque ou j'ai commence a serieusement m'interesser auux filles...

a mon sens , ce conte enseigne deux trucs:
un truc vaguement evident: l'amour est une energie de vie, le baiser, acte d'amour, est le vecteur qui transmet la vie (ou qui la redonne a la princesse endormie)

donc, les hommes (les males, les mecs...) ont en eux une force de vie qui se transmet... par le baiser? .... au moins par un acte d'amour...

quand aux femmes.... ben pour elle c'est cool, elles n'ont qu'a se faire belle et prier dans la bonne direction, le destin se chargera du reste et leur enverra un beau prince charmant quand le temps viendra...

quand au role du rouet, des fees et de la sorciere, je me perd encore en conjecture pour leur trouver une explication qui tienne la route

donc, en resume, je ne suis pas bien convaincu de l'interet pedagogique des contes.... regardez bien la composition des salles de classes: il y a des vrais cancres, des vrais butes, des vrai bornes, des vrai debiles.... et tout ceux la ont quand meme le droit a une education digne de ce nom... du moins c'est ce que je pense, mais de moins en moins ce que j'observe

bon, certe, j'abuse un poil, une metaphore, c'est parfois un bon outil explicatif...

histoire:

un empereur chinois se plaignais, aupres de son conseiller scientifique, que celui-ci abusait de l'usage des metaphores, celui-ci repondit :

accordez-moi-en une derniere, votre majeste

bon, faite donc, mais vite!

imaginez, oh, puissant seigneur, que vous receviez un prince venant d'une contree tres eloignee, et fort peu civilisee.
apres les diplomaties d'usage, vous pensez pouvoir faire commerce avec ce prince, en lui vendant des catapultes, mais ce dernier ignore ce qu'est une catapulte, puisqu'il vient d'une contree barbare et n'en a auparavant jamais vue... comment vous y prendrez-vous pour lui expliquer?

hmmm, le plus simple, je pense, est d'evoquer l'image d'une cuillere, puis celle d'un petit caillou, que l'on pose dans la cuillere, avec mes doigts et ces deux ustensiles, je pense pouvoir faire comprendre a nortre prince barbare ce qu'est une catapulte

parfaitement sire... et ce faisant, vous faisez usage de la metaphore....
...


mais je reste convaincu qu'il faut en user sans en abuser, ou alors aux bons endroits, parce que en ce qui concerne les contes de fees, j'insiste sur le fait que meme le livre de betheleim ne m'a pas tant aide que cela, vu que je l'ai lu il y a des annees et que depuis, j'ai tout oublie

dans mon experience vipassana, j'ai glisse un mot concernant ali-baba et les quarantes voleurs....
ben tant que j'etait gamin, moi je prenais le truc au pied de la lettre, j'imaginais le gugus face a une grande montagne, lui disant "sesame ouvre-toi" et la montagne se fendait effectivement en deux pour devoiler de l'or et des caillous precieux...

pensez-vous que ce conte ait agit sur une partie inconsciente de moi-meme, et que, par une longue chaine de causes et d'effets prenant racine dans ce conte, je finisse par atterir dans un centre vipassana?

bon, sinon, j'ai oublie, hier, de preciser un tit detail qui peux aider, lorsque l'un de nos cher dirigeant prend la parole pour nous dire qu'il(elle) est convaincu(e)
il suffit de couper le mot en deux, il perd alors tout son pouvoir magique.. regardez: je suis con....... vaincu..... et ca marche avec n'importe qui!!!!

c'est debile, je sais, mais avec moi ca marche trop bien, je suis plie de rire, et je n'entend plus leurs blabla pendant les trois minutes suivantes...
Silence
Membre du conseil
   Posté le 02-12-2006 à 00:33:18   Voir le profil de Silence (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Silence   

Bonjour Morpheus, Rico, ou Aleister (je sais plus comment t'appeler moi ),

Bon si tu as lu mes trois pavés (je sais, c'est décourageant de prime abord ), tu dois te douter que je ne suis pas de ton avis concernant la "beauté qui éloigne de la vérité".

Les grandes vérités sont les plus subtiles, et seul le langage approprié, à savoir un langage proche de celui de l'âme permet de le transmettre.

Quand on t'expliques un truc avec beauté et poésie, en usant de paraboles et de métaphores, peut-être le cérébral ne capte pas tout, mais l'âme, elle, saisit cela d'intuition.



Par contre je comprends pas pourquoi vous tous vous mélangez la rhétorique avec la poésie et la littérature, il me semble que si la rhétorique peut user à l'occasion de ces derniers, la finalité n'est pas du tout la même (dans un cas convaincre à tout prix, dans l'autre c'est juste l'art qui est mis en avant).



Et sinon, je trouve que les commentateurs n'ont aucun respect pour les oeuvres... Je ris toujours quand je lis un commentateur d' Arthur Rimbaud, qui non content de s'adonner à des spéculations outrancières, nous signifie par son truc-machin que Rimbaud ne se suffit pas à lui-même...
Un poème c'est pas une énigme tiré par les cheveux qu'il faut résoudre.
C'est toujours bien, c'est vrai, de comprendre ce que représente une parabole ou une métaphore, mais à la limite, même sans la comprendre, l'émotion que nous génère cette métaphore se suffit à elle-même, comme nourriture de l'âme.
C'est pareil en peinture, ou pour le reste... Pour moi une oeuvre, ça ne s'explique pas. Les commentateurs, non content de faire à l'occasion des erreurs grossières, détournent le message de sa destination finale : au lieu d'aller nourrir l'âme, le message s'échoue dans la partie cérébrale et sa logique. Si vraiment le but ultime de l'art était ceci, pourquoi alors les artistes se prendraient tant la tête ! Ils nous feraient des raisonnements de philosophe des temps modernes, avec des phrases à rallonge, pompeuses et pédantes (qui elles ne sont ni simples, ni belles, donc aucun intérêt de s'exprimer de la sorte) (enfin c'est mon avis je voudrais pas paraître trop radical).

Bref, quand on vous parle de belle manière, n'essayez pas de comprendre, ressentez !
Sol
Membre du conseil
Sol
   Posté le 02-12-2006 à 10:05:24   Voir le profil de Sol (Offline)   Répondre à ce message   http://svetlina.over-blog.com/   Envoyer un message privé à Sol   

Bonjour tout le monde,

Et qui nous dit que ces contes de fée, ce ne sont pas la réalité même ? Des vestiges d'un temps très lointain, où les capacités de l'homme étaient beaucoup plus développées, ce qui lui permettait de vivre en contact permanent avec les lutins, les fées, les nymphes, les gnômes, les ondines ? Une époque très lointaine où l'homme, étant plus évolué, purifiait la Terre (ou une autre planète) par sa seule présence, si bien que cette dernière était colorée, verdoyante, pleine de forêts profondes et mystérieuses, regorgeant de pierres précieuses, d'arbres centenaires et autres ? Et mieux, peut-être que cette époque très lointaine est aussi celle qui nous attend à nouveau, dans un futur éloigné. C'est du moins ce dont je suis convaincue Ces contes seraient donc à la fois à prendre au sens symbolique, mais aussi au sens littéral.

Evidemment, les psychanalistes qui anlysent les contes de fée sont bien incapables d'en comprendre le sens, puisqu'ils ont la fâcheuse tendance à tout réduire aux couches inférieures du psychisme humain, ils nient complètement qu'il y a aussi en l'homme des corps plus subtils, spirituels, qui lui permettent d'entrer en contact avec le divin, et justement ces contes de fée relèvent de ce monde spirituel. En cela je rejoins Silence : aucun respect pour l'oeuvre commentée.

Dans un conte de fées il n'y a aucune métaphore (procédé littéraire), il n'y a que des symboles (procédé ésotérique), c'est infiniment plus fort. Parce qu'un symbole a toujours deux significations, à la fois opposées, complémentaires et équivalentes (on pourrait lancer un topic là-dessus).

A bientôt,
Sol
arcane
introspection
Membre du conseil
arcane
   Posté le 14-03-2008 à 22:05:03   Voir le profil de arcane (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à arcane   

Bonjour

Cela faisait longtemps que ce sujet n'avait pas été traité..je me rappele je l'avais initié, il y a bien 2 ans maintenant que le temps passe vite.

Et c'est vrai le pouvoir des mots j'en ai une vision différente désormais..on peut donné la force aux mots, mais si notre esprit ou notre corps n'accompagne pas ces mots dans une unitié..ils ne seront pas entendu.

Regardez cette chanson..de Florent Pagny..

http://www.youtube.com/watch?v=urh3zos090o&feature=related

Il montre deux language la voie et les geste..deux mode communication...

j'ai vécu dans le silence, j'ai utilisé qu'un seul mode de communication pratiquement l'écris, mais avec le temps j'ai compris qu'il fallait utilisé ma voie pour me faire entendre.

le pouvoir des mots avec le son on peut y transmètre une émotion que par l'écris ou ressens moins..ou du moins on doit utilisé des méthaphore que les poétes et les écrivains posent..

aussi on peut nous apprendre à nous taires..en nous terrorisant seulement par la volonté et l'amour de l'autre..on peut rennaitre..

Le pouvoir des mots existe dès notre naissance..c'est pour cela dans nombre de religion le pouvoir est donné par le verbe.

Si on réfléchi bien avec le nombre de prière dite dans nombre de religion répété inlassable..dans une but de programmation un sens ou d'un autre.

Les mots peuvent être utilisé pour nous détruire même involontaire par nos parents en donnant une image qu'ils se font de nous même alors que c'est pas forcément le cas..

arcane est prétentieuse..alors que c'est juste la confiance en soi..par exemple ou bien encore Marcel est nulle en mathématique comme son grand-père..

le pouvoir des mots est du qu'on a besoin de nomé les choses...les homme ont donné des noms au animaux quand on pense..

il domine le monde grâce au mots..que soit par les journeaux, la télévision ou autres il y a toujours un accompagnement des mots..

Essayez de regardez un film silencieux sans mots, sans son..vous verrez la sensation étrange que vous ressentirais..vous serez presque sur vos gardes pour pouvoir une action..

les mots sont la force de l'homme et en même temps sa faiblesse..parfois ils suffit d'un seul mot pour mettre le feu au poudre.

Aussi le fait de ne pouvoir mettre des mots sur les maux..se sentir impuissant face à notre capacitié de communcation est le plus grand danger pour une personne pour la simple raison que si on ne peut communiqué vraiment par les mots..par d'autre moyen on le fera par la violance et parfois même la dépression ou le corps l'exprime par divereses maladie.

les mots la parole..sont notre soupape de sécurité pour exprimé nos émotions..

Voilà la raison de son pouvoir..

arcane


Edité le 14-03-2008 à 22:08:00 par arcane




--------------------


la vérité est comme une boule de discothèque impossible de la voir en entier en une fois
Ecossais
Membre
Ecossais
   Posté le 19-03-2008 à 20:10:22   Voir le profil de Ecossais (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Ecossais   

"Au commencement était le Verbe..."
Evangile selon St Jean (Prologue)

--------------------
"Rien au monde ne survient sans raison" F.B.
arcane
introspection
Membre du conseil
arcane
   Posté le 21-08-2008 à 14:18:15   Voir le profil de arcane (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à arcane   

bonjour

je continue toujours mes explorations des mots qui peuvent crée des maux.

deux découvertes intéressent que j'ai fais dernièrement avec deux livres un qui parle sur les parents toxiques de Susan Forward et autres les mots qui polluent, les mots qui guérissent Joseph et Carolines Messinger.

Qu'utiliser les mots est un art complexe qu'en apprends tout les jours..

Qu'il peut avoir des doubles sens sans que forcément qu'on le désire et qu'il peut révélé beaucoup de notre être.

Aussi l'influence fort de nos parents par les mots qu'il utilisent à notre égards "tu est comme ça " ou "tu est comme ça", comme si ils nous programment à être d'être manière ou d' une autre. Dans certain cas, c'est bénéfique quand cela nous encourage dans nos qualités, mais d'autre fois c'est comme ils nous enfonçaient encore plus.

Un exemple parmis d'autre..parfois l'affirmation suivant nous ai dite "tu est comme ton père"..selon les cas au début cela sera pris comme un compliment, mais en devant adulte deviendra un fardeau..

sinon voilà quelque exemple du livre les mots qui polluent, les mots qui guérissent Joseph et Carolines Messinger.

Aller
"j'espère que ça ira"
il rêve sa vie tandis que d'autre vivent leur rêves sans se soucier de lui

Si "ça ira" , cela signifie que çA ne vas pas. Autrefois, le peuple de Paris chantait cet hymne en espérant l'éliminiation des artistocrates leur donnerait plus de pain et de libertés "ah ! çA ira, çA ira, ça ira ! les artistocrates à la lanterne"..

le mot qui guérissent de l'apocalypse

Si votre associé vous en courage en vous disant "tu crois que çA ira?"Revendez-lui vos part illlico. C'est un loser. Si vore compagnon vous affirme " Ne t'en fais pa, çA ira", chaque fois que vous êtes inquiètes, songez à demander le divorce avant que çA n'aille plus du tout, vous avez choisi le mauvais parti. J'exagère, mais j'aime ça. Le verbe "aller" utilisé dans sa version connotative, c'est-à-dire dans un autre emploi que pour désigner une distance à franchir, est un verbe maudite fréquentes du ysstème. Je sais que je suis dur mais ne vaut-il pas mieux provoquer un choc frontal avec la vérité que de continuer à se raconter des histoires à dormir debout. Non, ça n'ira pas comme vous le voulez, si vous persistezà vous boucher les oreilles, à vous voiler les yeux et à obturer vos lèvres. çA n'ira pas ça çA n'a jamais été qu'une vie de passé décomposé. Désespéré un peu! vous vous sentirez déjà mieux. Car l'énergie du désespoir est la seule énergie susceptible de vous sortir la tête de l'eau " ça n'ira pas mais ça sera parce que je le veux despérements" Telle est la formule magique du jour.

un autre exemple qui lui m'a fais rire..

NE pas

"Vous n'auriez pas une cigarette?"

Nous avons chacun une manière personnel de nous exprimer (notre empreinte verbale) en fonction de divers critère socio-culturelle (instructions, culture, intelligence, origine sociales, ect). mais la manière dont nous agençon nos phrases, l'humour ou le sérieux sur lesquels repose notre discours, la concordance des temps que nous privilgions, l'usage de certains vocable accidentels ou à la mode, appartiennent tous à l'organisation d'un discours manipulé par l'éducation qui a modelé notre pensée et ciselé nos conduits.

Démonstration à l'intention des futures SDF

Vous n'auriez pas un euro? Réponse logique : non
Auriez-vous un enro? Réponse pratique: Non
Avez-vous un euro, s'il vous plaît" Réponse physique: le passant vous tend l'euro demandé. Pourquoi?


Le mode interro-négatif doublé d'un conditionnel induit automatiquement la négation. Le mode affirmatif chevauché parle même conditionnel induit l'hésitation. Le mode affirmatif reposant sur un présent de l'indicatif poli induit le passe à l'acte sans réflexion préalable dans la majorité des cas. Le mode interro-négatif conjugé au conditionnel vous conduit droit dans le mur. JKe me suis exercé à mendier des cigarettes à des inconnus en utilisant la dernière formule, le mode affirmatif, j'ai obtenu 100% de succès et autant de cigarettes que de suppliques.

le mode interro-négatif sec et sans glace.

Le mode interro-négatif est déjà en soi une fin de non-recevoir. "vous n'avez pas tel article en stock demande la cliente au vendeur" Si celui-çi réponds par l'afffirmative, il frustera la cliente de son plaisir. Les castrateurs se'xpriment de cette manière. Ils ne veulent rien acheter mais s'enquérir sans engagement pour s'entendre dire que l'article n'est pas en stock évidemment. Si le vendeur contrarie cette non-demande en infirmaant la négation "bien sûr que j'ai cet article en stock", la cliente trouvera toujours un détail inconvenant ou une fonction qui ne correspond pas à ce qu'elle recherche. l'interro-négation procède essentiellement d'une démarche d'autocastration. La bonne réponse manipulatrice est à la suivant "Si c'est vous que le dite, non je n'ai pas cet article! en fait je l'ai en stock, mais je crois pas qu'il vous conviendra" Le vendeur est entré dans son jeu, piquant au vif la curiosité de sa cliente et a déjoué son manège interrog-négatif en utilisant le même mode pour la frustrer"

Je pourrais ajouter encore des milliers d'exemples pour le nombre de fois qu'un terme est utilisé de manière à influencé autrui ou ne pas s'investir, parfois même se dévaloriser soi-même..

Quand je vois tout ça, je me dis quand arrive à utilisé les mots à bon escient, notre existence devient plus riche ..

voilà et vous en pensez quoi de tout çA?..avez-vous vécu des moments ou les mots vous faisez défauts?..

arcane

--------------------


la vérité est comme une boule de discothèque impossible de la voir en entier en une fois
Silence
Membre du conseil
   Posté le 21-08-2008 à 20:52:44   Voir le profil de Silence (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Silence   

Salut Arcane,

Bon je vais faire ma tête de cochon, mais y'a pas pas à faire, les gens qui pensent la psychologie comme une mécanique infaillible, non... j'y crois pas.

Ce n'est pas que son analyse soit franchement mauvaise, mais c'est seulement des TENDANCES. Eriger ça en règle absolu c'est un peu ridicule. Tout le monde peut être amené à dire un "ça ira", et je suis désolé, "ça ira" c'est l'espoir, c'est la conscience qu'aujourd'hui c'est pas ça, mais que demain on peut le surmonter. On peut pas justifier le sens caché du "ça ira" sur son emploi dans le français d'il y a deux siècles. Le français est une langue vivante, les connotations évoluent. Ca ira ne porte rien de négatif, et "ça n'ira pas", ben ça, c'est défaitiste, et l'énergie du désespoir... alala... no comment...
Imaginez que votre meilleurs ami(e) vient de perdre son père, vous pourrez lui donner du "ça ira ?" mais vous n'allez pas avoir l'outrecuidance de lui imposer d'aller bien maintenant, au présent.

Quand à l'exemple sur la façon de demander une cigarette, c'est vrai que la première façon a peu de chance d'aboutir et la troisième marche mieux, sauf que son interprétation n'est pas la bonne. La troisième phrase force poliment la main. C'est un peu une forme de manipulation légère en gros. Forcément avec manipulation ça marche mieux que sans. Mais elle a oublié de préciser que ça ne marche que sur les esprits faibles (certes, c'est 90% de la population). Un esprit fort pourra être au contraire légèrement irrité par une demande qui force la main.

C'est une histoire de frontière finalement. "Avez-vous un euro ?", pour refuser il faut soit mentir ("non je l'ai pas"), soit être un peu désagréable ("j'en ai mais pas pour toi"). En gros une demande franche implique comme refus, un refus franc. Là où une demande vague implique une réponse vague. Les gens n'ont pas forcément le courage de répondre avec franchise. Au lieu de défendre une frontière nette (entre eux et l'extérieur), il préfère défendre vaguement une frontière à géométrie variable.
Personnellement si on me dit "Avez-vous un euro ?" sans le s'il vous plait qu'elle a ajouté dans son troisième exemple, ça m'agace un peu, et le "t'as un euro ?" m'agace carrément. Alors qu'un "Auriez-vous un euro ?" des plus timide et sans assurance (bref tout ce que les champions de la communication désignent comme une mauvaise façon de demander) a nettement plus de chance avec moi, parce que je peux le faire par compassion, et non pas comme un chien-chien obéissant.

Bref, ça n'a pas de portée universelle tout ça.

Quand à l'explication du "vous n'avez pas tel article en stock", ça me semble très fantaisiste...



Voilà
J'ai fait ma tête de cochon :O)
Haut de pagePages : 1 - 2 Page suivante
 
 Abrasax  Développement personnel  Discussions générales  Le pouvoir des motsNouveau sujet   Répondre
 
Identification rapide :         
 
Divers
Imprimer ce sujet
Aller à :   
 
 
créer forum