Abrasax  Esotérisme & Spiritualité  Mythologie 

 Satan

Nouveau sujet   Répondre
 
Sujets liés :
Le Baphomet
Lucifer
 
 
Bas de pagePages : 1  
Abraxas
Membre du conseil
Abraxas
   Posté le 07-06-2006 à 12:19:27   Voir le profil de Abraxas (Offline)   Répondre à ce message   http://abrasax.chez.tiscali.fr   Envoyer un message privé à Abraxas   

Bonjour,

Au début je voulais poster ce texte à la suite du post sur lucifer pour répondre à soledad, mais au vu le développement que ce texte a pris (et il m’a pris du temps pour être compilé je pense qu’il mérite un post à part. Il initieras peut-être une serie de post sur les grands dieux déités ou démons de la tradition ésotérique et religieuse, il y a tellement à dire sur ces sujets (alors n'hesitez pas si le coeur vous en dit)…

Voici donc un post qui parle de satan et qui n’attend que vos apports pour être le plus complet possible.

Citation :

O toi, le plus savant et le plus beau des Anges,
Dieu trahi par le sort et privé de louanges,

O Satan, prends pitié de ma longue misère!
Charles baudelaire - Les litanies de Satan


Dans l’ancien testament

Satan est dérivé du terme hébreu ha-sathan - he shin teth noun ()- qui signifie l'Adversaire, tentateur, ennemi, c’est un terme usée dans la bible (ancient testament) avec la connotation general d’adversaire, que l’on applique a un ennemie dans une guerre (dans Roi 11.14-25 l’adversaire de salomon est désigné par le mot satan dans le texte hebreux), et à partir duquel se développe le concept de traitre dans une bataille, de l’accusateur et plus généralement à toute opposant, il s’agit dans tout les cas d’un concept plus que d’une personne.

C’est dans le livre de Job que satan apparait pour la première fois en tant que personne, ensemble avec d’autres “être celeste” ou “fils de dieu” (les fils de dieu que l’on retrouve dans le texte du livre d’enoch ethiopiens), quand dieu lui pose la question d’où vient-il, il livre la réponse suivante.

Citation :

Job 1. 6 Or, les fils de Dieu vinrent un jour se présenter devant l'Éternel, et Satan vint aussi au milieu d'eux.

7. L'Éternel dit à Satan: D'où viens-tu? Et Satan répondit à l'Éternel: De parcourir la terre et de m'y promener.


La question et la réponse ainsi que le dialogue qui suit dans le livre de job caractérise Satan, comme un member du tribunal divin qui surveille les activités humaines, mais avec le but maléfique de chercher les péchés des hommes et d’apparaitre comme leur accusateur. Il est donc le procureur céleste, qui ne voit que le mal, car il pérsiste dans son opinion negative de Job après que celui-ci ait passé avec succès les épreuves que lui impose dieu.

De ce texte il parait evident que Satan n’a pas le pouvoir d’agir indépendamment, mais à besoin de la permission de dieu, dans l’ancien testament donc, il ne peut pas être considére comme un “adversaire” de dieu, et le monothéisme du judaisme de l’époque n’est pas plus dérangé par sa présence que par la présence d’autre entités celestes ou démoniaques.




Dans les textes apocryphes

Cependant c’est dans les textes apocryphes qu’on trouve les histoires et les légendes qui ont le plus marqué l’imagination des lecteurs. Dans le livre de la sagesse (II.24) il est représenté en référence à la Génèse comme le créateur du mal, qui apporte la mort sur le monde.

D’après le livre d’enoch slavonnique (29.4), Sirach (21.27) et le livre de Daniel (meme si il n’est pas nommé), satan est le grand séducteur et celui qui tente eve, il est chassé du paradis ensemble avec d’autre anges, c’est à partir de ce moment qu’il se nomme satan, auparavant cet ange était Satanel (Livre d’enoch slavonique 31.3)

Citation :

Enoch 29. 3 And one from out the order of angels, having turned away with the order that was under him, conceived an impossible thought, to place his throne higher than the clouds above the earth, that he might become equal in rank to my power. 4. And I threw him out from the height with his angels, and he was flying in the air continuously above the bottomless
[...]
Enoch 31.1 Adam has life on earth, and I created a garden in Eden in the east, that he should observe the testament and keep the command. 2. I made the heavens open to him, that he should see the angels singing the song of victory, and the gloomless light. 3. And he was continuously in paradise, and the devil understood that I wanted to create another world, because Adam was lord on earth, to rule and control it. 4. The devil is the evil spirit of the lower places, as a fugitive he made Sotona (Diana) from the heavens as his name was Satanel , thus he became different from the angels , but his nature did not change his intelligence as far as his understanding of righteous and sinful things.



Dans le nouveau testament

C’est à partir de ce texte certainement que ce fonde jean quand il écrit son apocalypse et parle de satan comme dirigeant une armée d’ange srebelles qui sera vaincu par l’ange Michael.

Citation :

Apocalypse 12.9
Et le grand dragon fut précipité, le serpent ancien, celui qui est appelé diable et Satan, celui qui séduit la terre habitée tout entière, — il fut précipité sur la terre, et ses anges furent précipités avec lui.




On peut indentifier Satan également à Asmodée (dans le livre de Tobie), et comme chef des satans il porte parfois le nom de Samael. Il est certainement present dans d’autres textes apocryphes, mais il est difficile à identifier au vu des nombreuses versions et traductions qui ont certainement enlevé une partie du sens de ces textes.

Dans le nouveau testament il porte le nom de “diable”, si satan vient de l’hebreux, diable vient du grec “diabolos” qui signifie “celui qui divise”, c’est donc avant tout une histoire de traduction et il ne fait pas de doute que le satan hébreux et le diable grec ne font qu’un. Matthieu parle aussi de Beelzebuth et de Belial (qu’on peut aussi comparer à samael voir plus bas)

Il faut bien voir que la mythologie grecque a profondément marqué le diable du Nouveau Testament, on peut faire en particulier un parallèle avec Hermès (qui est aussi le dieu des voleurs et celui qui mène les morts dans l'hades) mais surtout son fils, Pan. C’est de Pan en effet que nous vient la representation classique chretienne du diable: les sabots, les cornes, le bouc, les pattes velues et l'odeur pestilentielle. Satan hérite en outre de sa dimension de personnification du désir sexuel, en particulier sous l'influence de la vision de la sexualité de saint Augustin qui associe la sexualité au démon, les artistes se tourneront vers Pan comme source d'inspiration pour la représentation du démon.



Le diable de la chrétienté est un instrument politique. Les premières communautés chrétiennes utilise la figure classique du démon pour décrédibiliser leurs adversaires. L'Empire romain, premier persécuteur est le premier à se voir qualifier de “légion du demon” et le parallèle fait entre “néron” et la bête de l’apocalypse n’est pas tire de nulle part (voir le post sur le 6 juin 2006). Cette pratique se généralisera pour s'étendre au sein même de l'Église à tous ceux dont la vision ne coïncide pas avec celle de l’église. L'accusation d'hérésie est fréquente et sous-entend une inspiration démoniaque elle verra naitre l’intrument de repression le plus terrible de l’histoire de la chretienté, l’inquisition. Les errements des autres chrétiens ne peuvent en effet s'expliquer que par l'intervention du « prince des menteurs ». Ainsi les gnostiques, les bogomils, les cathares et même les templiers seront accusés de pratiquer des rites sataniques (a noter que la croyance des gnostiques et des cathares en un “demiurge” créateur de l’univers materiel ne ferras que renforcer cette idée de culte satanique).



Samael et les anges déchus

Samael est “le prince des demons” dans la littérature talmudique et post-talmudique, il apparait comme un accusateur, un séducteur et un destructeur. Son nom signifie littéralement “le venin de dieu” et il est identique à l’ange de la mort, qui domine les hommes avec une goutte de poison. Dans le deutéronome il est le “chef des satans” ce qui rejoint le sens de “prince des demons” donné par Matthieu (9.34), sa description est précise, il vole dans les airs comme un oiseau et à 12 ailes (alors que les anges “classiques” n’en ont que 6) et commande une armée de demons.

Il est identifié avec le serpent de la génèse, le désir charnel et l’ange de la mort, on le compare souvent à “bélial”. Dans l’apocalypse grec de Baruch, il descent du ciel pour séduire le premier couple d’humain et plante la vigne, l’arbre interdit du paradis. Les legendes issus des textes apocryphes (livre d’énoch entre autre) lui attribut la responsabilité de la chute des anges du paradis, et comme femme lilith (la première femme, égale d’adam selon les legendes de la mystique juive).

Samael est une figure très présente dans les écrits cabbalistique du moyen-age, en tant que chef des démons et magicien, Samael est utilisé dans la preparation d’amulette, il préside au second solstice et au troisième jour de la semaine selon le sefer raziel. Dans ces amulettes il est représenté comme ange de la mort, eve est supposé avoir été enceinte de lui (de cain) et les cabbaliste ajoute nombre de details à cette légende.

[img] http://ucsu.colorado.edu/~hengk/samael_small.jpg[/img]


Les anges déchus sont traditionnellement Samhazai et Azael dont la chute est compté dans le Targum du pseudo-jonathan, ils apparaissent comme les “nephilim” (les géants). Ces anges se nomment aussi "Harut" et "Marut" dans l’islam (voir surate II. 32, VII. 11, XV. 29, XXXVIII. 73) à noter que l’islam parle de sheitans comme de démons et de Sheitan comme le diable.


La chute de ces anges est causé par l’amour pour une femme nommé istar (ou encore esther), ces anges voyant les reproches de dieu sur la corruption des hommes descendirent volontairement sur terre pour prouvé à dieu que la faiblesse de l’homme etait seul cause de son immoralité, alors que des anges sur terre ne serait pas immoraux. La descente sur terre fut l’occasion pour eux de découvrir les passions humaines et en particulier pour les femmes des hommes (voir également le livre d’énoch qui décrit la meme histoire). Une fois sur terre il enseignèrenet aux hommes le maniement des armes, la magie et aux femmes les artifices et le maquillage, Samhazai enseigna a esther le nom ineffable de dieu (Yhwh) qui lui permettait de se render au paradis. À l’annonce imminente du deluge shamhazai se repend et reste entre ciel et terre alors que azael reste sur terre ou il continue encore ces mauvaise oeuvres. D’après la légende Samael était le chef de ces anges “déchus” (Samiaza dans le livre d’enoch ou Azael est aussi mentioné).

Citation :

When God became angry at the children of men because of their idolatry in the time before the Flood, the two angels Shamhazai and Azael arose and said: "Lord of the world, said we not unto Thee at the foundation of the world, 'Man is not worthy that thou shouldst be mindful of him'?" God answered them: "It is plain and manifest to me that if ye should dwell on earth, evil passion would rule you, and ye would be still baser than they." Thereupon the angels besought permission to live among mankind and to hallow the name of God upon earth. This was granted them; but when they had descended from heaven to earth, they could not restrain their infatuation for the beautiful daughters of men. Shamhazai became enamored of a maiden named Ishar; but when he asked her to return his love, she declared that she would do so only on condition that he reveal to her the name of God ("Shem ha-Meforash"), by which he was able to ascend to heaven. When, however, he revealed the name to her, she uttered it, and at once ascended to the sky. The baffled Shamhazai married another woman; by her he had a son named hiya or Ahiyah, who became the father of Sihon and Og.

When Shamhazai heard that God was about to bring the Flood upon the world, he was in agony for his children's sake, and for penance suspended himself head downward from the sky, remaining in this position between heaven and earth (Midr. Abkir, in Yalk., Gen. 44; Jellinek, "B. H." iv. 127-128).



Belzébuth

En hebreux [img] http://perso.orange.fr/jc.ingelaere/hebrbib/maj/tsade.gif[/img][img] http://perso.orange.fr/jc.ingelaere/hebrbib/maj/lamed.gif[/img] [img] http://perso.orange.fr/jc.ingelaere/hebrbib/maj/zain.gif[/img][img] http://perso.orange.fr/jc.ingelaere/hebrbib/maj/waw.gif[/img] soit Ba‘al Zebûb ce qui signifie le chef des Zebûb ou Zebûb est un nom collectif hebreux designant les mouches, d’où son titre de “seigneur des mouches”, d’autre interpretation lui accorde le titre de baal zebul soit seigneur des haut lieux, mais c’est sous le titre de seigneur des mouches qu’il est le plus connu. Dans la bible il est assimilè à Baal, Belial et évidemment au diable et à satan. Baal étant un dieu “cannanéens” et pas forcèment mauvais, mais dans le contexte de la bible tout les dieux autres que yahvé sont des “ennemis” des adversaries, des “satans”. C’est dans Roi (1.2–3,6,16) qu’il apparait pour la première fois le roi Azaziah d’israel s’en remet à lui plutot qu’a Yahwe, qui le condamme pour se blaspheme à mort (et oui le dieu de l’ancien testament n’est pas un gentil).

Dans le nouveaux testament (marc 3.22) les pharisiens accuse jésus de chasse les demons par le pouvoir de beelzebuth (voir aussi matthieu 12.24,27 et luc 11.15,18-19)

Citation :

Marc3.22 Et les scribes qui étaient descendus de Jérusalem, dirent : Il a Béelzébul ; et : Par le chef des démons, il chasse les démons. 23 Et les ayant appelés, il leur dit par des paraboles : Comment Satan peut-il chasser Satan ?


Dans la littérature apocryphe et en particulier dans le testament de Salomon il est le prince qui conquiert les démons et il dit qu’il fut autrefois un ange qui était assossié avec l’etoile Hesperus (nom grec de vénus), ce qui nous ramène à notre Lucifer moderne et à la légende de sa chute. Il apporte la destruction par les tirans, amène les demons parmis les hommes, incite les prêtre à la luxure, est enfin la cause des jalousie et des meutres et apporte la guerre (rien que ca).

Il existe encore une légende tiré d’un texte apocryphe qui assimile satan aux seigneurs des mouches (mais je n’ai pas retrouvé lequel, je crois que c’est dans le livre de nod mais je ne suis pas sur), je vous la livre de mémoire. Dieu contemple la creation et n’est pas peu fier de l’oeuvre accompli, satan arrive et raille la creation de dieu, dieu le met au defis de faire mieux et satan s’éxécute il crée les insectes et dit en substance, il sont petit mais “ils sont legions” (voir le parrallèle avec la goetie “mon nom est legion” etc.) et recouvriront la surface de la terre à la fin du monde. Ce parallèle explique aussi certainement pourquoi on considère souvent que les insects sont des “êtres démoniaques” dans la tradition vaudou les pécheurs se réincarne en frelon, et selon certains branche de la démonologie les vers sont le plus bas état de “demons” qui existe sur terre.

Pour finir je tiens à préciser que les “démonologue” et sataniste se base souvent sur le dictionnaire infernal de collin de plancy qui fait une distinction entre Lucifer,beelzebuth et satan et leur attribute un role, un rang et des pouvoir bien particulier. Je ne l’ai pas développé ici, parceque je pense que c’est du n’importe quoi, mais je ne suis pas objectif puisque plancy se base sur un concile romain pour faire sa classification des démons et que abraxas y figure (et là forcèment je crie au blasphème…)


(belzebuth d’après collin de plancy)

Grüß

Abra

--------------------
Carita bene ordonata incipit a se met ipso
Sol
Membre du conseil
Sol
   Posté le 07-06-2006 à 21:36:40   Voir le profil de Sol (Offline)   Répondre à ce message   http://svetlina.over-blog.com/   Envoyer un message privé à Sol   

Bonjour tout le monde,

Très intéressant. J'essaie de comprendre le déroulement de l'histoire.

Au départ, il y aurait donc le livre d'Enoch (antérieur à la venue de Jésus, et donc au Nouveau Testament), qui reprend le récit d'Adam et Eve, en remplaçant le serpent par Satanel.
Le livre d'Enoch est postérieur à celui de Job. On peut donc supposer que l'auteur du livre d'Enoch avait connaissance du livre de Job, en quelque sorte, qu'il a repris le personnage de Satan, pour le placer dans le jardin d'Eden.

C'est bien ça ?

Puis vient l'Apocalypse, deux ou trois siècles après le livre d'Enoch, qui reprend le thème (sans doute très ancré), et nous dit que le Diable, le Serpent et Satan sont le même personnage. Sans parler de ce "dragon", dont je me demande bien d'où il sort.

Arrêtez-moi si je me suis trompée dans ce premier paragraphe !
J'essaie de comprendre le déroulement de l'histoire, des écrits...

On a la Genèse "officielle", avec un serpent. Le livre de Job avec Satan. Puis le livre d'Enoch, qui est un remake de la Genèse, qui remplace le serpent par Satan. Avec sa biographie en prime : il s'appelait d'abord Satanel (donc un ange vu le suffixe el )...Bizarre !

Par dessus tout ça vient la mythologie greco-romaine, avec ses mondes sous-terrains, son Hadès et son grand Pan.

Quelques siècles après nait le Manichéïsme, dualisme radical, qui nous amène aux Cathares... Tu as raison de le souligner, ils ont certainement fortement contribué, indirectement, à la croyance en Satan comme "maître de l'enfer".

Et la cerise sur le gâteau, qui termine de tout compliquer : la littérature kabbalistique et Samaël

Je commence à y voir un peu plus clair. Enfin pas trop quand même !

Comme vous le savez peut-être, il existe une hiérarchie des 72 anges (comme expliqué dans ce post, le terme "hiérarchie" n'est peut-être pas très approprié). Mais cette hiérarchie a son reflet : 72 démons, avec des chefs d'ordre, etc... J'ai essayé de la retrouver sur internet, impossible de mettre la main dessus. En revanche j'ai trouvé la hiérarchie de Plancy dont tu nous parles, c'est assez déconcertant. On y trouve pèle-mèle Pluton, Lucifer, Proserpine, Lilith et même Léonard

Tout aussi déconcertant, et pas pas franchement crédible non plus, la hiérarchie de Abramelin :

Citation :

Les quatres Princes : Lucifer Satan Léviathan Bélial
Les huit sous-Princes : Astaroth Orias Magot Paymon Asmodée Ariton Bellzébuth Amaymon


Notons l'apparition de Belzébuth et du Léviathan...

Je préfère ne pas trop m'attarder sur ces hiérarchies, qui à mon avis sont complètement inutiles pour notre évolution personnelle. Si je m'y intéresse, c'est uniquement dans le but de comprendre comment les croyances et les idées se sont tressées au fil des siècles.

Abrasax, si tu en sais plus sur la hiérarchie de Abramelin, peux-tu nous en parler ?

Histoire de compliquer encore tout ça, j'aimerais mentionner encore deux "entités maléfiques" mentionnées dans la Bible (autant se cantonner à la Bible avant d'aller explorer les autres écrits) : le Léviathan et Mammon.

Le Léviathan, qui apparaît notamment dans le livre de job (décidément !), comme un monstre marin, et que certains comparent au Gardien du Seuil de la science initiatique.

Et Mammon, cité une fois dans l'Ancien Testament, et quatre fois dans les évangiles, et qui incarnerait la richesse et la fortune : Ecclésiastique, XXXI 8 : « Heureux le riche qui s’est trouvé sans tache et qui ne court pas après Mammon »

*********

Citation :

Il initieras peut-être une serie de post sur les grands dieux déités ou démons de la tradition ésotérique et religieuse, il y a tellement à dire sur ces sujets

En effet. Ce qui pourrait être intéressant, c'est d'essayer de tracer une sorte d' histoire des divinités/entités/créatures , c'est à dire essayer de repérer les correspondances entre les diverses mythologies/légendes/croyances. Ce qui nous amènerait aussi à une histoire des idées, tout simplement, une histoire de la pensée humaine.

Bon ce n'est pas pour demain Mais nous pourrions essayer de dresser quelques portraits, pour commencer, des grandes figures (dieux, demi-dieux, héros, initiés plus ou moins mythiques) de l'humanité...

A bientôt,

Sol
Abraxas
Membre du conseil
Abraxas
   Posté le 08-06-2006 à 10:17:00   Voir le profil de Abraxas (Offline)   Répondre à ce message   http://abrasax.chez.tiscali.fr   Envoyer un message privé à Abraxas   

Salut,

Comme je dis souvent il y a sur ce forum une certaine émulation qui nous pousse toujours plus loin dans nos réflexions ou nos recherches. Ce post sur Satan est venu faire suite aux questions posées par le post sur Lucifer et ce post sur Satan nous amène à nous poser des questions sur le Leviathan, le Dragon et d’une manière général les Démons.

Je ne sais pas si le livre d’Énoch est vraiment postérieur au livre de job, mais il existe plusieurs livre d’Énoch, le livre des secret d’Énoch, et le livre d’Énoch (tout court appelé parfois „Hénoch“) qui existe sous deux formes éthiopienne et slavonnique, à savoir de quand il date exactement, aucune idée. Une chose est sur, les textes se coupent, se recoupent et ne font parfois aucun sens.

La présentation que je fait des différents „mythe“ est uniquement centré sur les assimilation et les parallèle „classique“ fait dans la littérature juive et chrétienne. On pourrait également faire une parallèle avec d’autre religion ou mythologie (comme par exemple le „Seth“ de l’Egypte).

Les démons, et leur hiérarchie mériterait un post à part tellement il y a de choses à dire. Mais je vais tacher de faire court. Il faut d’abord bien comprendre que dans le contexte où sont nés la plus part des mythologies, il y a souvent des emprunts fait à d’autre cultures ou religion. Les démons sont dans beaucoup de religions des êtres qui ne sont pas forcément maléfique, par exemple les démons sont souvent la cause des catastrophes et des maladies, il sont envoyé par dieux ou par des anges pour punir, et certains ont pouvoir sur eux (Salomon par exemple). Dans la Babylone ancienne et dans la Grèce ancienne la plus part des rituel magique s’efforce de contrôler voir dominer ces démons, dans la bible il est même dit que Salomon apprend les secrets de l’univers parce que dieu lui a donné pouvoir sur les démons.

C’est de Salomon justement que nous vient dans la littérature occulte moderne, la classification des démons.

Les démons ont été listé la première fois lors du concile de Braga par les pères de l’église et repris ensuite par bon nombre d’auteur comme Abremalin ou Anton Lavay (bible satanique) qui reprennent cette classification en rajoutant parfois quelques détails à leur sauce. La démonologie est né relativement tardivement au alentour du 14ème siècle et c’est surtout de cette époque que nous avons hérité nos classification moderne, c’est aussi à cette époque que ce développe la notion de démons tels que nous la connaissons c’est à dire d’être qui ne font pas la volonté de dieu. Plancy sera la premier a tenté d’unifier toute les connaissance en matière de démons, c’est pour cela que son livre es tune référence encore de nos jours.

La liste du concile de Braga est la suivante: Abigor ; Abrasax ; Adramelech ; Agaliarep ; Aguarès ; Aloger ; Amducias ; Aamon ; Andras ; Asmodée ; Astaroth ; Ayperos ; Azazel ; Bael ; Balan (démon) ; Béhémoth ; Bélial ; Belphégor (démon) ; Belzébuth ; Berith ; Caym ; Empuze ; Eurynomos ; Fleurety ; Furfur ; Lucifer ; Lucifuge ; Malphas ; Mammon ; Moloch ; Nébiros ; Raum ; Satanachia.

Cette classification est un non-sens, comme on le voit elle mélange des noms hébreux, latins et grecs sans distinction et mélange différente culture et différente légende. Mais comme elle vient originellement des pères de l’église personne ne l’a pendant longtemps réfuté (à noter que le Béhémoth et le Léviathan sont souvent confondus).

On voit dans cette liste des mot comme „abraxas“ (scandale ) et Azazel qui est le démon où plutôt l’esprit à qui les juifs sacrifiait le bouc émissaire lors du yom kippour, dans l’ancien testament Azazel n’est pas forcément un démon dans le sens où les pères de l’église l’entendait.

La classification la plus connus des magiciens est celle faite par Crowley dans „Ars goetia“ (en 1904) qui fait soi-disant parti des fameuses „clavicules de Salomon“, dans ce livre qui es tune référence en la matière l’auteur explique la nature est comment enchaîné ou dominé les démons lors d’opération magique. Selon la légende Salomon enchaîna ces 72 démons dans un chaudron de bronze et les força a travailler pour lui, ce texte qui remonterait selon certains au 14ème siècle accorde un grade et un nom a chacun des 72 démons. Dans le tas aucun Satan, Lucifer ou autre Léviathan… La liste que ce livre contient est approximativement la même que celle de la sténographie de Thrithème (écrit vers 1500).

Dans le contexte cette liste s’oppose comme un miroir à la liste des 72 anges ou des 72 nom de dieu. Comme les anges ont leur „Archanges“ les démons ont leur „archi démons“ c’est dans un soucis de symétrie que les archi démons sont nés, mais ils n’ont à ma connaissance pas de fondement dans la littérature juive ou pre-chretienne qui ne distingue que quelques „chefs“ des démons mais ne donnent pas de classification précise. Les chefs des démons dans la littérature juive sont traditionnellement Asmodée, Belzébuth, Samael et Lilith.

Voilà si j’ai le temps un jour je ferai un post plus détaillé sur les démons.

Grüß

Abra


--------------------
Carita bene ordonata incipit a se met ipso
Abraxas
Membre du conseil
Abraxas
   Posté le 10-06-2006 à 17:15:08   Voir le profil de Abraxas (Offline)   Répondre à ce message   http://abrasax.chez.tiscali.fr   Envoyer un message privé à Abraxas   

Bonjour,

En fouillant dans mon placard magique j’ai trouvé ces quelques images qui illustrent parfaitement le texte sur Samael, ça sera certainement utile pour tout ceux qui ont la flemme de lire de long textes















Grüß

Abra


--------------------
Carita bene ordonata incipit a se met ipso
aleister.c
Inactif
   Posté le 12-06-2006 à 08:19:22   Voir le profil de aleister.c (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à aleister.c   

Il m'est avis qu en matière de divinité, l’homme semble avoir souvent un train de retard...

Nous entrons (ou somme déjà, ou entrerons bientôt...) dans l’ère du verseau, et l’ère que nous quittons était celle des poissons

Et pendant l’ère des poissons, face a jésus (qui se dit ychtius en grec parait-il... mais je trouve le parallèle léger) la divinité si importante est Satan, un bouc!

Avant l’ère des poissons il y a eu l’ère du bélier ... ère pendant laquelle il semble que le rôle majeur fut détenu non par un bouc mais par un taureau!
Le culte de Mythra serait donc à voir en perspective avec l’ère astrologique précédente, à savoir l’ère du taureau...

Un autre détail, j ai lu en diagonale, mais il ne me semble pas avoir vu de référence a Baphomet, le dieu cornu des templiers...

Ce dieu détient un grand secret, (je pense...)
En plus de sa barbichette, de ses cornes, de ses sabots, de ses poils et de son odeur, ce dieu la possède aussi des seins.....

..... c’est pas très très viril, d avoir des seins.....
Abraxas
Membre du conseil
Abraxas
   Posté le 12-06-2006 à 15:25:05   Voir le profil de Abraxas (Offline)   Répondre à ce message   http://abrasax.chez.tiscali.fr   Envoyer un message privé à Abraxas   

Bonjour,

Cette histoire d'ère n'est pas si innocente, (voir le post sur le zodiaque) si le symbole des premier chrétiens était un poisson c'est surtout parce que les premiers disciple de jésus était des pécheurs, et le parallèle entre l'ère du poisson et la chrétienté fait du sens.

A la lecture du texte sur Satan on se rend bien compte que c'est l'église qui a construit le mythe du dieu a face de bouc en s'inspirant d'autre mythologie.

Le bélier et le symbole du judaïsme, dieu est un berger il est el chadai, le dieu des montagne ou le montagnard. On raconte même que la fameuse "étoile du berger" que suivirent les roi mages était en faite une conjonction planétaire dans le signe du bélier qui a eu lieu le 17 avril de l'an -6 avant JC (et cette explication fait beaucoup de sens, à la lecture de texte de l'évangile).

Quand au taureau qui était le signe en place entre -4320 et -2160 avant J-C il faut peut-être le relier plutôt à la culture égyptienne, mais je ne serais pas capable de pousser le parallèle plus loin, de toute manière c'est un peu hors sujet sur ce post sur satan.

Si il n'y a pas de référence à Baphomet c'est parce que je voulais faire un post à part là dessus. Le Baphomet n'est pas vraiment "Satan" même si la représentation classique que tout le monde connaît est celle d'Eliphas Lévi et ressemble drôlement au diable de la chrétienté. Mais je suis d'accord pour dire que c'est une image qui pourrait nous livrer quelques secrets, chaque chose en son temps...

Grüß

Abra


--------------------
Carita bene ordonata incipit a se met ipso
NINJA BLANC HERMES
Inactif
   Posté le 12-03-2010 à 13:37:02   Voir le profil de NINJA BLANC HERMES (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à NINJA BLANC HERMES   

Je viens de trouver des écrits intéressants, et en fait ça disait juste que la source cosmique du mal dans l'univers est une réalité mais qu'il valait mieux allumer une chandelle et prier plutôt que maudire l'obscurité !

Satan est aussi le mensonge comme vous le savez tous et la somme de tous les vices ! La racine en sanscrit du mot satan est " sata " qui je crois est " se tromper " : j'ai lu ça dans un livre !

Quelle n'a pas été ma surprise de voir aussi un article sur internet initulé : LILITH ET LE POEME ! en gros on parle de la victoire de persée qui décapite la tête de la méduse et algol ! Ors pour les hébreux, ha sathan est la méduse, qui est lilith et surtout qui est la gorgone et algol !! voilà une intéressante réflexion de mon ami zoran mordock : en PERSE à l'époque, les guerriers perses regardaient l'aspect d'algol avant de " lancer une attaque " sur l'ennemi ! je récupère le lien et le texte et je vous le poste !


Citation :

A PROPOS DE L’ETOILE LILITH

I. LES NOMS D’ALGOL

Lilith, dans le ciel, est d’abord identifiable à l’étoile Algol b Persei ou la Tête de Gorgone. Nous croyons utile de traduire ici l’essentiel des renseignements que Richard Hinckley Allen donne à son sujet, dans son ouvrage Star names, their lore and meaning, New York, 1899 (réimp. 1963) :

“Algol, le Démon, l’Etoile démoniaque, le Démon scintillant, de l’arabe Râ’s al Ghûl, la Tête de démon, porterait ce nom en raison de ses rapides et remarquables variations ; mais je n’en trouve aucune preuve ; le nom a probablement été emprunté à Ptolémée. Al Ghûl, littéralement, signifie “maléfique“, et le nom apparaît aussi dans la Goule des Mille et une nuits ; de nos jours le nom s’est corrompu en Alove qu’on employait pour cette étoile il y a quelques siècles.

“Ptolémée la cataloguait comme tvn en gorgoniw o lamproV, “la brillante parmi celles de la tête de Gorgone“ ; il fut suivi par Al Tizini dans son Nâ’ir car, avec p, r et w, elle constitue le groupe bien connu de Gorgonea prima, le Gorgonion de Chrysococca, Gorgoneum Caput de Vitruve, Caput gorgonis d’Hygin, Gorgonis Ora de Manilius.

“Pour les auteurs astronomiques d’il y a [quatre] siècles, Algol était Caput Larvae, la tête de spectre.

“Hipparque et Pline firent des étoiles de la Gorgone une constellation séparée, sous le nom de Tête de Méduse, nom conservé presque jusqu’à nos jours, mais toujours en liaison avec Persée.
--------------------------------------------------------------------------------------------
“Les Hébreux connaissaient Algol sous le nom de Rôsh ha Sâtân ; la Tête de Satan ;
--------------------------------------------------------------------------------------------

selon Chilmead, Rosch hassatan, la Tête du Démon mais aussi comme Lilith, du nom de la première femme légendaire d’Adam, vampire nocturne du monde inférieur, qui réapparaît dans la démonologie du Moyen Age comme la sorcière Lilis, personnage de la Nuit de Walpurgis de Goethe.

“Les Chinois lui donnèrent le sinistre nom de Tseih She, ‘les cadavres entassés’.

“Les astrologues, naturellement, déclarèrent que c’était la plus fatale, violente et dangereuse étoile des cieux et c’est certainement l’une des mieux observées, l’une des plus remarquables du ciel boréal.“

“En effet, selon Vivian Robson, Algol est la plus mauvaise étoile des cieux ; Ch. Pezellius dit qu’elle “excite chez l’homme la cruauté et la violence et le pousse soit au suicide, soit au meurtre d’autrui. Située au point ascendant d’un thème natal elle présage une mort violente“. On l’identifie aussi, parfois, à Hécate.

“Le caractère variable d’Algol semble s’expliquer par le fait qu’elle comprend deux étoiles, dont l’une tourne autour de l’autre en une période de 2,87 jours, si bien que la magnitude de l’étoile passe de 2,2 à 3,5.“

II. SHAKESPEARE ET LA TÊTE DE GORGONE

Dans l’œuvre de Shakespeare, ainsi que l’indiquent aussi bien C. T. Onions dans A Shakespeare Glossary (Oxford, 1911) que M. Spevack dans Harvard Concordance to Shakespeare, le mot Gorgone apparaît à deux reprises, une fois dans Macbeth et une autre dans Antoine et Cléopâtre.

Nous avons montré de manière détaillée que dans Macbeth, il s’agissait d’un aspect essentiel de la pièce1 puisque celle-ci est en réalité une restructuration du mythe de Persée et que son image-mère, celle autour de laquelle elle s’est organisée, est précisément la tête coupée de Gorgone. Cela se trouve souligné par l’exclamation horrifiée de Macduff découvrant le meurtre de Duncan :

“Approchez de la chambre et une autre Gorgone Aveuglera vos yeux.“ (II, III, 70-71).

Nous nous permettons de renvoyer aux citations que nous avons regroupées et au tableau mettant en évidence les nombreuses correspondances entre la structure de la pièce de Shakespeare et le mythe de Persée. Aux diverses précisions que nous avons données, nous ajouterons seulement celles-ci : Persée était associé à l’ancien solstice d’été, qui marquait alors le début de l’an ; Macduff, héros du Capricorne, qui coupe la tête de Macbeth, est une sorte de Persée chrétien, lié à Noël et au début de l’année liturgique.

Dans Antoine et Cléopâtre, Antoine, qui est un général et un conquérant, est, dès le début de la pièce, considéré comme “martien“ (I, I, 4). Cléopâtre dit de lui :

“S’il paraît d’un côté sous les traits de Gorgone, De l’autre c’est un Mars.“ (III, V, 116-17).

Cela signifie nécessairement que, dans l’horoscope d’Antoine, existe un aspect néfaste entre Mars et Algol. Il ne peut s’agir d’une conjonction car, dans le thème d’Antoine, ainsi que nous l’établissons2, le Soleil est en Sagittaire et l’élongation serait trop grande. On doit donc supposer une opposition d’Algol à Mars en Scorpion qui ne peut conduire qu’à une mort funeste.

III. NERVAL ET LILITH

On constate chez Nerval une obsession de Lilith mais qui se manifeste principalement dans des notes que le poète n’avait pas publiées3. Il y est, à diverses reprises, question de la redoutable goule Lilith-Alilath ou Lilith-Kabar (Sépulcre). Citons un feuillet conservé à la Collection Spoelberch de Lovenjoul :

Quelle que soit cette f[emme] je l’ - Lilith ou Kabar, captive dans quelqu’un de vos paradis ou de vos enfers, mon âme délivrée ira la rejoindre.

Citons encore : La reine du mal. L’initiation dernière, sa tête coupée levée vers le ciel.

Et une note de l’appendice du Voyage en Orient sur “La légende de Soliman“ disait :

Cependant Dieu souffla la vie dans les narines de l’homme et lui donna pour compagne la fameuse Lilith, appartenant à la race des Dives, qui, d’après les conseils d’Eblis, devint plus tard infidèle et eut la tête coupée.

Cette insistance sur la “tête coupée“ de Lilith montre bien que Nerval identifiait la première femme d’Adam à Algol.

Mais il faut, en outre, relever que l’étoile maléfique, qui présage en général mort par décapitation ou pendaison, puisqu’elle affecte le cou (signe du Taureau), revêtait pour le poète une signification personnelle. En effet, dans son thème de nativité, Algol était en double conjonction avec Mars et Mercure à 24°/25° du Taureau. Or l’étude de l’œuvre de Nerval, en particulier celle de Sylvie et des célèbres sonnets El Desdichado et Artémis4, montre clairement que Nerval connaissait son horoscope de manière précise.

Jean Richer

(1) Voir : Prestiges de la lune et damnation par les étoiles, Les Belles Lettres, Paris, 1982. IV : L’étoile violente de Macbeth, pp. 53-81.

(2) Voir Deux figures astrales dans la boue d’Egypte : Antoine et Cléopâtre de Shakespeare, étude à paraître dans Hommage à Vanghélis Moutsopoulos, Athènes.

(3) Voir : Lente chrysalide, ou les naissances de l’opéra fabuleux in Cahiers Gérard de Nerval n°8, 1985, pp. 56-60.

(4) Nerval, expérience vécue et création ésotérique, Paris, Guy Trédaniel, 1987.



Les vices sataniques sont clairement tamasiques ! les vices lucifériens eux , sont en excès !
exemple : la vertu est le courage !
-----------------------------------------------
le vice satanique est : pas assez : la lâcheté !
______________________________________
le vice luciférien est : trop : intrépidité !
_________________________________
on peut donc considérer aussi le vice satanique comme étant le résultat d'un déséquilibre provoquant le tamas !

[EDIT ABRA: Mise en forme]


Edité le 02-09-2010 à 16:24:01 par Abraxas




--------------------
Haut de pagePages : 1  
 
 Abrasax  Esotérisme & Spiritualité  Mythologie  SatanNouveau sujet   Répondre
 
Identification rapide :         
 
Divers
Imprimer ce sujet
Aller à :   
 
 
créer forum
   Hit-Parade