Retour au forum
 

Ajouter une réponse

Pseudo :    S'inscrire ?
Mot de passe :    Mot de passe perdu ?
Icône :
                                
                                
Message :
 
 
 
Smilies personnalisés
 
Options :
Notification par email en cas de réponse
Désactiver les smilies
Activer votre signature
 
 
Dernières réponses
VillaChicoubis
Oui pourquoi lobotomiser l'égo....?

Quand Moise demande son nom à D.ieu celui ci lui répond : Je suis celui qui est....

Le simple principe de l'être nous amène donc au développement de l'égo par lequel passe précisément la conscience d'être.

Partant de là si on veut se construire selon le modèle D.ieu ou une sorte de schéma divin en rapport, on va pas y arriver en ruinant l'égo en le ramenant à zéro.

En toute chose la loi est équilibre .... Nous ne devons donc pas détruire l'égo, mais le travailler, le construire en lui faisant comprendre que : oui il est.... Mais l'égo des autres est aussi... Et qu'on doit faire non pas suivant le JE mais suivant le JEU = la partie menée tous ensemble, au degré du NOUS.
Dupont-levis
Pardon,mais c'était à Helenie que s'adressait ma réponse.
J'ajouterai enfin, que lorsque l'Eveil est atteint on s'aperçoit enfin que le Moi ne disparait jamais ,car il n'a jamais existé,tout n'était qu'illusion, On EST certes, pour l'éternité, mais on est pas Moi,ce que l'on est est impossible à concevoir et inexprimable avec des mots.
Dupont-levis
Je suis admiratif de la qualité des questions qui sont soulevées sur ce forum,et de la pertinence des réponses proposées.
En réponse à Silence et à sa perplexité vis-à vis du bien-fondé de la
"dissolution de l'Ego".

Ego signifie Moi .C'est le sujet conscient et pensant selon le dictionnaire.La mode du "New-age" dans les années 60 et 70 en a fait un usage abusif dans lequel ce terme fut employé un peu à tort et à travers. Résultat aujourd'hui il a souvent une connotation négative,lié à "égoisme, suffisance, Moi-je, voir nombrilisme ou narcissisme dans les cas graves"!

En fait, nous avons un moi intime,
un moi supérieur qui est notre Être total,notre conscience pure.Cet Être ,une fois incarné ici-bas,ne peut exprimer qu'une toute petite partie de lui-même,et encore cette petite partie ne s'exprime qu'à travers des filtres qui la déforme plus ou moins.Ces filtres sont les émotions, et le mental.Le résultat est une illusion. L'illusion que notre pensée ou notre Ego,est une entité séparée, indépendante .

Bref ,notre pensée se prend pour une entité ,un sujet , alors qu'elle n'est en réalité qu'une fonction,un outil!Dès lors, ce qu'il faut dissoudre est l'illusion de croire à un Ego.Cette illusion provenant simplement d'un reflet déformé de notre vrai Moi.

Il ne faut pas confondre d'autre part la personnalité et l'individualité.
La personnalité vient de "persona"qui signifie le masque,ce qui renvoie au théâtre antique dans lequel les acteurs portaient des masques pour indiquer leur caractère et leur fonction dans la pièce. La personnalité est donc un masque social que l'Etre se construit pour jouer son rôle dans la société. Ce n'est donc EN AUCUN CAS LUI,au contraire ,la personnalité c'est tout ce qui n'est pas soi-même,tout ce qui a été appris de l'extérieur,par l'éducation, l'école,etc.Bref la personnalité est du domaine de l'Avoir.

Inversement ce qui est vraiment soi,qu'on appelle l'essence,(essence qui peut éventuellement se transformer en Ame),c'est l'inné, l'intemporel, du domaine de l'Etre.La encore il faut préciser les choses.Ce qui semble opposer les adeptes de la main gauche,dit encore la voie lunaire ou voies lucifériennes, à ceux de la main droite, ou voies solaires, ou encore dites "divines"est à la base une perception différente de la destinée du Moi.

Les adeptes lucifériens croient que le "nirvana" est une dissolution
du Moi en Dieu, et donc qu'il n'y a pas "d'immortalité" personnelle ,mais simplement une fusion dans la source. Il se révoltent donc à juste titre contre une telle destinée peu enviable il faut bien le reconnaitre et recherche une "immortalité personnelle" avec leur Moi, et pour cela se démarque nettement ,voir prennent le contre-pied de la voie dite "divine".

En réalité ,quelle que soit la voie, le MOI ne disparait jamais,tout simplement parce qu'il ne le peut pas. Le MOI (je parle du MOI TOTAL bien sur),le MOI EST, hors du temps et de l'espace,de toute éternité.
Il n'est pas différent de Dieu. Aussi la distinction entre voie de gauche et voie de droite est là encore dû au prisme déformant à travers lequel nous avons pris l'habitude de percevoir toute choses en ce monde. Le travail initiatique ,consiste à nous extirper de toutes ces illusions,et à s'éveiller d'un long sommeil de l'Etre.

Je ne sais plus qui a dit:"Nous sommes des dieux endormis en train de rêver que nous ne sommes que des hommes !"

Mais le Christ lui-même n'a t-il pas dit:"Ne savez-vous pas que vous êtes des dieux!"

C'est l'illusion et l'ignorance que l'on doit dissoudre!!!
piece_of_infinity
Salut,
Solomon Kane a écrit :

Pourtant on a besoin de lui c'est vrai. Tout est une question de mesure, de dosage si vous préférez.

Si on considère que l'ego est une canne pour celui dont les muscles sont atrophiés alors, oui, on a besoin de lui mais il ne faut pas oublier que bien qu'il nous permette d'appréhender les choses, de les conceptualiser, l'ego nous enferme dans nos limites, nos conceptions, nos perceptions faussées.

Solomon Kane a écrit :

L'une d'elle est nommée " Ayahuasca ". J'en avais parlé dans un antique topic consacré je crois aux animaux-totems. La plante était aussi au coeur d'un épisode d'X-Files appelé " Métamorphoses " également. La dite plante est en vente sur le net avec d'autres de ses cousines, fait que je dénonce totalement car c'est parfaitement irresponsable de vendre de pareilles substances à nos pays occidentaux qui vont à coup sûr l'utiliser dans un mauvais contexte. Or, sur ces dits sites, il est quand même précisé qu'à hautes doses, l'absorption d'Ayahuasca peut mener à la dissolution de l'Ego. Kezako ?

On peut mentionner, par rapport à l'ayahuasca, que la boisson qui porte ce nom est préparée avec deux plantes, l'une contient de la DMT (diméthyl-tryptamine) et l'autre contient de l'harmaline, harmine ou autre substance proche de la pinoline.
La DMT et la pinoline sont produites aussi dans le cerveau par l'épiphyse (glande pinéale). La pinoline, l'harmaline et l'harmine sont des MAOI (inhibteurs de mono-amine oxydase (une enzyme).
D'après les Amérindiens, la plante principale serait celle contenant le MAOI et l'autre, celle contenant la pinoline (ce qui est un peu bizarre parce que c'est le MAOI qui devrait renforcer l'effet de l'autre drogue).
En ce qui concerne la vente, je ne trouve pas que ce soit une mauvaise chose sauf dans le cas où une personne "dérègle" son ego sans être prête mais tout dépend si on parle de "dissolution de l'ego" pendant la consommation ou à long terme. Ce qui est clair, c'est que les gens qui consomment de l'ayahuasca (et/ou (?) du DMT) sont en meilleure santé que ceux consommant d'autres drogues (qu'elles soient légales ou non et considérées ou non comme drogues), que leur état s'améliore depuis qu'ils consomment. Différents effets positifs à long terme ont été relevés.
[À propos de l'ayahuasca et des "hallucinations" des chamanes, je vous recommande "L'ADN et le serpent cosmique" de Jeremy Narby.]

Solomon Kane a écrit :

Cet hiver, j'ai eu l'occasion de voir un documentaire réalisé par Jan Kounen et dont j'ai malheureusement perdu le nom. Vous devriez pouvoir le retrouver sur le web en tapant Jan Kounen dans un moteur de recherche. Ce reportage amenait le réalisateur belge (entre autre de Dobermann ) lui aussi en quête d'explications sur la spiritualité, au coeur de l'univers des chamans. En compagnie de l'un d'eux il participa à plusieurs cérémonies où il prit de l'Ayahuasca. Son film et ses commentaires décrivent ce qu'il a alors vu. Pour résumer : la lumière affrontant l'ombre. L'ombre ici, dans son esprit, était personnifiée par des milliers de serpents plus vrais que nature qui l'attaquèrent. Le film devient alors édifiant. On voit le corps de Kounen en pleine crise de terreur, totalement détaché de la réalité de référence. Seule la voix et le chant rassurants du chaman lui permirent de revenir à un état de transe plus tranquille. Il explique qu'il est possible de se perdre pendant des jours dans ces rêves et ces cauchemars ouvrant la porte vers un monde que le néophyte ne comprend pas. A ce moment, j'imagine, on perd pied et on peut considérer l'Ego comme dissout.

Je ne sais pas où mais j'ai l'impression qu'il y a comme une confusion quelque part sur cette "dissolution"... (?)
En ce qui concerne le nom du documentaire, ce ne serait pas "D'autres mondes" (de Jan Kounen, justement) ?
Je l'ai vu aussi, ce n'est pas nécessairement très "instructif" mais c'est bien fait visuellement.

Message édité le 30-05-2007 à 16:55:03 par olddemon
Solomon Kane
Salut tous !

Je vois que l'Ego fait toujours autant parler de lui sur les forums ésotériques. C'est bon signe : ça veut dire qu'il est toujours en bonne santé . Haaa ça fait bizarre de retaper quelques topics dans ce forum qui me reste toujours aussi familier. Je me sens comme Kurim revenant dans "The World" après des mois d'absence (clin d'oeil totalement hors propos au dessin animé Hack.Sign pour ceux ou celles qui connaissent - fin de citation).

J'ai le souvenir d'avoir énormément parlé de l'Ego au début de ce forum. C'est vrai qu'il se retrouvait souvent affublé de toutes les fautes. Le vilain petit canard. Pourtant nos discussions initiales avaient montré que c'était loin d'être le cas. Chose que le fil de la discussion sur ce topic a parfaitement montré et je ne me répéterai donc pas maintenant pour vous donner ma façon de penser qui, de toute façon, doit déjà être exprimée quelque part dans les entrailles de ce forum.

Au fil du temps, l'Ego devient un compagnon de vie tantôt amusant, tantôt irritant. Du moins quand vous arrivez à déterminer le rôle qu'il joue dans votre manière d'agir, de penser ou de vous comporter. Tuer l'Ego ? Quelle folie ! L'apprivoiser, le comprendre, oui ! Lui dire "je sais ce que tu fais mais maintenant on va faire à ma manière" , le reléguer au second plan en l'assurant qu'il ne disparaîtra pas, ça ça me semble une bonne idée en revanche. En définitive, l'Ego, c'est un mec sympa, un pote un poil envahissant qui a des rêves de grandeur. Ca fait de lui un allié utile car l'ambition et la fierté, entre autres exemples, ne sont pas vaines. Ca devient plus préoccupant quand le rêve vire à l'obsession, que l'ami secret s'immisce dans votre système de pensée pour y souffler des mensonges. L'Ego a cette facheuse manie de vouloir en faire trop, de briller sous les feux de la rampe. Cela peut entraîner de lourdes conséquences si ce désir n'est pas maîtrisé. L'Ego ne sait pas de lui-même revenir à sa place. Il faut lui dire et parfois sèchement. Vous le reconnaissez facilement quand vous vous laissez déborder par l'irritation alors que vous auriez probablement préféré être calme. Vous l'identifiez quand vous êtes tenté de commettre un acte que vous tenez pour répréhensible mais que vous mourrez pourtant d'envie de voir réalisé. C'est lui, la petite voix fluette qui projette des images alléchantes dans votre esprit. C'est lui, qui trouve toujours les bonnes excuses pour justifier d'aller jusqu'au bout de cette envie. C'est lui, enfin, qui vous susurre "allez, c'est la dernière fois que je fais ça, après j'arrête" . Ca de l'Ego tout craché.

Alors je vous l'accorde parfois ça donne envie de lui faire fermer son clapet définitivement. Pourtant on a besoin de lui c'est vrai. Tout est une question de mesure, de dosage si vous préférez. Mais tout ça a déjà été brillamment expliqué dans les messages précédents. Je reviens sur la question de la "dissolution de l'Ego". J'ai déjà entendu ce terme et ça m'a relativement fait peur. Ceux - et celles - qui me connaissent d'avant se souviennent peut-être que je suis amateur d'expériences à base de produits psychotropes. D'ailleurs je pars en Amérique du Sud à l'automne pour répondre à certaines questions que je me pose en matière de spiritualité. Il y a plusieurs lieux dans le monde où j'ai prévu de me rendre et le Pérou en fait partie. Bref... Tout ça pour dire que les chamans des contrées sud-américaines emploient de nombreuses plantes pour accéder à un état de transe et pénétrer des niveaux de conscience supérieurs. L'une d'elle est nommée " Ayahuasca ". J'en avais parlé dans un antique topic consacré je crois aux animaux-totems. La plante était aussi au coeur d'un épisode d'X-Files appelé " Métamorphoses " également. La dite plante est en vente sur le net avec d'autres de ses cousines, fait que je dénonce totalement car c'est parfaitement irresponsable de vendre de pareilles substances à nos pays occidentaux qui vont à coup sûr l'utiliser dans un mauvais contexte. Or, sur ces dits sites, il est quand même précisé qu'à hautes doses, l'absorption d'Ayahuasca peut mener à la dissolution de l'Ego. Kezako ?

Cet hiver, j'ai eu l'occasion de voir un documentaire réalisé par Jan Kounen et dont j'ai malheureusement perdu le nom. Vous devriez pouvoir le retrouver sur le web en tapant Jan Kounen dans un moteur de recherche. Ce reportage amenait le réalisateur belge (entre autre de Dobermann ) lui aussi en quête d'explications sur la spiritualité, au coeur de l'univers des chamans. En compagnie de l'un d'eux il participa à plusieurs cérémonies où il prit de l'Ayahuasca. Son film et ses commentaires décrivent ce qu'il a alors vu. Pour résumer : la lumière affrontant l'ombre. L'ombre ici, dans son esprit, était personnifiée par des milliers de serpents plus vrais que nature qui l'attaquèrent. Le film devient alors édifiant. On voit le corps de Kounen en pleine crise de terreur, totalement détaché de la réalité de référence. Seule la voix et le chant rassurants du chaman lui permirent de revenir à un état de transe plus tranquille. Il explique qu'il est possible de se perdre pendant des jours dans ces rêves et ces cauchemars ouvrant la porte vers un monde que le néophyte ne comprend pas. A ce moment, j'imagine, on perd pied et on peut considérer l'Ego comme dissout.

Je ne me souviens pas avoir jamais lu dans ce forum qu'il fallait tuer son Ego. Je crois en revanche que l'attention a toujours été attirée pour le visiteur sur le fait que l'Ego était indispensable mais qu'il était nécessaire de lui trouver une place où il serait toléré et moins envahissant. Contentez vous de lui montrer qu'il existe, que vous ne l'avez pas oublié mais ne le laissez pas déborder sur vos choix, vos actes ou vos paroles. Ne le laissez pas prendre de l'influence sur ceux-ci. A ce stade, et puisque c'est à elle que revient la paternité de ce très beau dernier message, je ne peux que vous encourager à retenir ce qu'a dit Sol à propos de l'Ego. C'était en effet magnifiquement formulé mais on ne pouvait pas en attendre moins de toi Sol. Et désolé, pour le coup, de venir flatter ton petit garnement à toi. Après tout, voilà bien longtemps que nous ne nous étions pas "virtuellement" revus !

A bientôt !

Dav
Silence
Citation :

Mais l'Ego, c'est surtout le petit enfant en nous. S'il avait été parfaitement aimé (ce qui est impossible), il serait épanoui et n'existerait plus, car il engloberait le monde entier. Mais puisqu'il a été baffoué, à un degré plus ou moins fort, eh bien il pleure et crie, il est bien malheureux Ceux qui prétendent "tuer l'égo" n'ont jamais vraiment essayé. Parce que tuer l'égo, c'est tuer l'enfant en nous. La seule solution, c'est de l'aimer, car l'amour le fera grandir dans le bon sens, et l'Ego finira par grandir jusqu'à englober le monde entier, ce qui revient à dire qu'il n'existera plus. D'ailleurs ceux qui disent qu'ils ont un "gros Ego" ou un "Ego surdéveloppé" se trompent : ils ont juste un égo atrophié et bafoué, et donc frustré. Et il est tout petit...

Bravo Sol ! C'est exactement ça ! J'avais j'amais réussi à le formuler correctement, et à avoir les idées assez claires à ce sujet... pas mal...

Au lieu de le rétrécir jusqu'à ce qu'il soit annihilé, il faut l'étendre en dehors de nous-même, jusqu'à ce que l'extérieur soit "moi" (et perde du coup sa dénomination d'exterieur).

Tout est clair maintenant
Ca mérite un : merci !
piece_of_infinity
Sol>
Salut,

C'est parce qu'il y a toujours beaucoup de malentendus au niveau des mots pour parler de ce qui est relatif à l'ego.
Finalement, qu'on considère l'ego inharmonieux comme "atrophié" ou "surdéveloppé" n'a pas tellement d'importance, si ça ne nous pose pas de problème pour le gérer mais c'est normal qu'il soit considéré comme tel à cause de sa "réputation" : il n'est pas seulement impermanent, il est aussi extrêmement limité par nature, une limite qu'on essaie de repousser en élargissant l'ego et ses conceptions (la relativité bien/mal, par exemple,...). Il s'agit du fait d'enfermer les choses dans des catégories (hormis seulement la façon dont on se voit de par le comportement des autres à notre égard).
Sol
Bonjour,

L'Ego, qui vu de l'extérieur s'appelle "la personnalite" ou "le caractère", est changeant, il n'est jamais le même. C'est flagrant au fil des années, mais même jour après jour, il bouge, imperceptiblement. Ce qui prouve que l'Ego n'a pas vraiment de réalité, il n'est pas immuable. Voila pourquoi il est bien dommage de l'élever ou de le glorifier : à quoi bon avoir de l'admiration pour quelque chose d'éphémère, et qui tôt ou tard finira par mourir ? Alors que l'Esprit est éternel.

Mais l'Ego, c'est surtout le petit enfant en nous. S'il avait été parfaitement aimé (ce qui est impossible), il serait épanoui et n'existerait plus, car il engloberait le monde entier. Mais puisqu'il a été baffoué, à un degré plus ou moins fort, eh bien il pleure et crie, il est bien malheureux Ceux qui prétendent "tuer l'égo" n'ont jamais vraiment essayé. Parce que tuer l'égo, c'est tuer l'enfant en nous. La seule solution, c'est de l'aimer, car l'amour le fera grandir dans le bon sens, et l'Ego finira par grandir jusqu'à englober le monde entier, ce qui revient à dire qu'il n'existera plus. D'ailleurs ceux qui disent qu'ils ont un "gros Ego" ou un "Ego surdéveloppé" se trompent : ils ont juste un égo atrophié et bafoué, et donc frustré. Et il est tout petit...

Quant à ceux qui aiment la compétition, la gloire, les honneurs, la reconnaissance, ils ne se rendent pas compte qu'ils ne satisfont pas leur égo, bien au contraire ils le frustrent toujours d'avantage, et le résultat obtenu est contraire à celui désiré : le malheur et la souffrance, toujours. C'est clair comme de l'eau de roche, et pourtant, les gens continuent de refuser de le reconnaître.

A bientôt,
Sol
piece_of_infinity
Trotmany a écrit :

Ainsi, il faut harmoniser l'ego avant de le dépasser.

C'est là la clé. Mais je pense qu'il n'y a pas besoin de dépassement. Il est déjà inscrit dans l'harmonisation des tendances.

Oui, je pense qu'il faut l'harmoniser mais il y a un point qu'il ne faut pas oublier : en méditant, par exemple, l'ego se fera plus discret, en "l'harmonisant", il ne nous dérangera moins mais il ne faut pas oublier qu'il est là, il y a toujours une partie en nous qui cherche à "profiter", à trouver un intérêt quelque part et c'est en quelque sorte "normal" pour autant que ça reste dans une certaine mesure.

En ce qui concerne le "besoin de dépassement", je ne sais pas s'il est tellement "automatique" mais il me semble que si la personne prend conscience des limitations de l'ego, de notre façon de réagir aux choses et qu'elle est sincère, il n'y a pas à évoquer même la notion de dépassement...
Enfin, c'est vrai qu'on ne peut jamais être véritablement sûr de savoir si on avance ou si on "recule" sur le plan personnel...
Trotmany
Tu as une compréhension du dépassement de l'égo qui est plus complexe que celle que j'entends habituellement et contre laquelle je m'insurge. Je comprends mieux ton point de vue.

Ainsi, il faut harmoniser l'ego avant de le dépasser.

C'est là la clé. Mais je pense qu'il n'y a pas besoin de dépassement. Il est déjà inscrit dans l'harmonisation des tendances.

Message édité le 12-05-2007 à 20:12:44 par Trotmany
 
Retour au forum
 
 
créer forum