Abrasax  Développement personnel  Discussions générales 

 de l'éducation idéale

Nouveau sujet   Répondre
 
Bas de pagePages : 1  
aleister.c
Inactif
   Posté le 20-11-2005 à 12:09:30   Voir le profil de aleister.c (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à aleister.c   

suite a la remarque de mallory, dans "le grimoire" je propose d'ouvrir un débat sur les différents moyens d'éduquer les enfants, les bon, les moins bon, ce qu'il conviendrai de faire pour améliorer la situation

parlons un peux de ma propre experience: je suis allé a l'école laïque, puis dans un collège catholique (dont, curieusement, je garde un bon souvenir) puis dans un lycée public, j'ai fais mon année de terminale dans une école privée hors contrat avec l'éducation nationale (ce qu'on appèle une boite a bac) puis quelques années en facs...

mes parents sont divorcé, j'étais sous la garde de ma mère, et mon père voulais reprendre la garde pour pouvoir m'envoyer dans une école steinerienne (de rudolf steiner)
pour ce que j'en sais, on y apprend moins de "culture générale" et l'accens est mis sur l'expression artistique personnelle, tout en tenant compte des rythmes de l'enfant... ce que l'on fait dans les colonies de vacance mais pas dans une école (?)

à l'époque, cette perspective de me retrouver dans une école de ce genre, avec tous ces gens aux tendances sectaires, et d'y apprendre beaucoup moins de la culture "classique et traditionnelle" ne me réjouissait pas du tout... je trouvais le principe de l'école interessant dans son idée, mais dangeureux en ce qu'il ne m'aurai pas préparé a affronter le monde, la société, car même si je n'aimais déja pas cette société consummériste, j'avais la conviction intime que je n'aurai pas d'autre choix que d'y vivre, alors autant bien en étudier les ficelles...

dans le même esprit il y avait toute l'histoire autour de la bouffe biologique, soit-disant ceux qui ne mangeaient que de la nourriture "saine et d'origine biologique, sans pesticide et tout" tombaient malade lorsqu'ils mangeaient de la nourriture industrielle....

mieux vaut donc manger quotidiennement de la nourriture industrielle, pensais-je, car ainsi on est immunisé, et on ne risque pas de tomber malade le jour ou on bouffe du bio!!!
comme je voyait déja que je risquait fort d'aller a la fac, et donc de me nourrir au restau-U , mieux vallait se préparer a ça...

et aujourd'hui qu'en est-il?
eh bien c'est très rare, mais ça m'arrive de bouffer du mac-dô, parce que je n'aime pas jouer les associal, et que si les copains avec lesquels je suis veulent vraiment y aller malgré mes protestation, je préfère les suivre plutot que de rester seul...
voila pour la bouffe

quand à l'éducation, je constate, avec dépis, que ce qui me sert le plus, et ce qui m'est agréable ou plaisant de savoir, ce sont essentiellement des choses que j'ai appris par moi-même, au final je dois très peu a l'école....

j'y ai eu de bons et de mauvais profs, des profs que je haissais sur le coup et qui, avec le recul, m'apparaissent aujourd'hui comme sacrément malin et pas si mauvais...

mais le plus gros de ce que j'ai appris a l'école s'est passé dans la cours de récré, pas dans les salles...

l'experience de la fille de mallory est riche d'enseignement, et elle concerne bien la cours de récré, pas les cours...
l'imaginaire de la fille de mallory ne s'accorde pas avec les fantasmes d'éducation de la prof... mieux vaut alors rester discret sur ce point, car si on continue trop loin, ça pourrais avoir des conséquences facheuses pour maman...
plus généralement, cela lui montre que son attitude peut avoir des conséquences parfois imprévue, non voulues sur les relations entres d'autres personnes....

je me souviens m'etre fait monstrueusement engueuler parce que je m'ettais battu avec un copain (mais c'est lui qui m'avais trop cherché) et que j'avais cassé ses lunettes... le problème n'était pas tant la baggarre que le prix des lunettes qu'il allait falloir payer de nouveau... j'avais huit ans et je trouvais bizzare que cette histoire d'argent, qui appartient au monde des grands, me soit ainsi envoyée a la figure...

et peu leur importai de savoir qui de nous deux etait dans son droit, le plus important était que ça se soldais par une forte dépense ce qui était assez innaceptable...

à huit ans, c'est dans la cours de récré que j'ai compris qu'il pouvait être tres ennuyeux, voire même dangeureux, de toucher à l'argent des autres, et que plus je me tiendrai a l'écart de ce genre de choses, plus je serait tranquille... l'argent aveugle les grands , ou en tout cas, c'est leur système principal de référence....

et pourtant je n'ai commencé les cours d'économie qu'au lycée, à l'age de 16 ans

voila pourquoi je pense que la cours de récré enseigne bien plus que la salle de classe

et pourtant, je pense qu'il est très important de garder un oeil vigilant sur ce qui s'y passe dans cette cours de récré... j'étais vraiment sorti de mes gonds, l'autre abruti m'avais trop cherché et j'étais franchement animé d'une passion destructrice, je n'avais pas la force de le tuer, mais ce n'étais pas l'envie qui m'en manquai!
heureusement que le surveillant est intervenu pour nous séparer et je méritais surement une bonne punition, afin de m'apprendre a garder le controle de moi-même, mais leurs arguments ont rendu la punition innopérante parce que trop injuste à mes yeux

aujourd'hui encore, j'ai beaucoup de haine au fond de moi, et je rêve à l'occasion de bruler une banque, voire la société toute entière...

bon, assez parlé de moi, revenons à une discussion plus générale,
comment savoir ce qu'il faut dire à un enfant, surtout lorsque c'est pas le sien (cas des profs et des pions) car vraisemblablement, ils réagirons tous de manière différente aux mêmes propos, aux mêmes punitions...

je suis désolé mais je soulève les questions sans apporter de réponse, j'ai d'ailleurs renoncé dans ce domaine vu que je ne souhaite pas avoir d'enfant... (comme ça au moins je suis certain de pas faire de conneries )

rico... qui se demande s'il vient discuter ou faire sa psychanalyse gratuitement


--------------------
do what thou wilt shall be the whole of the law
love is the law, love under will
every man and every woman is a star
aleister.c
Inactif
   Posté le 20-11-2005 à 16:22:25   Voir le profil de aleister.c (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à aleister.c   

... continuons ce sujet, une idée m'a traversé l'esprit cet après-midi:

l'éducation se fait aussi a la maison, j'ai connu cet outil redoutable qu'est le martinet... vous voyez ce que c'est? un manche en bois et une poignée de lanière de cuirs, c'était la menace ultime!

bon, je ne fut pas tant que ça maltraité, le martinet n'a jamais servi...
mais l'évocation de son usage lorsque je devenais tyrannique était toujours un remède imparable à mon attitude... faut bien les comprendre les parents, il arrive que les enfants tirent un peut trop sur la corde, comme l'on dit, et ce genre d'instrument peut avoir son efficacité sans pour autant être effectivement utilisé... et puis, double avantage, ça oblige les parents à être de bons acteurs, parce que si je me projette dans leur situation, j'imagine que j'aurais plutot envie d'exploser de rire en leur demandant d'aller chercher le martinet...

ça doit pas être facile tous les jours d'être parent, je compatis en pensant a ce que j'ai pu faire subir aux miens alors j'imagine qu'un bon petit truc comme celui-la peut-être apprécié par certaines ou certains...
hmmm je sens que certains ne vont pas être d'accord... j'attend de voir vos arguments...
aleister.c
Inactif
   Posté le 21-11-2005 à 20:40:14   Voir le profil de aleister.c (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à aleister.c   

... au sujet du baton de parole, comment ça se passe en détail??? comme ça, la, dans un sujet sur l'éducation, les brimades et punitions etc... enfin tout un tas de trucs qui me remuent a l'interieur, ça me fait visualiser une balle, genre balle de tennis en plus mou... celui qui la tient parle le temps qu'il veut puis la lance a la tronche de celui qu'il vient d'attaquer pour finir de se défouler, et, lui passant la balle, lui donner l'occasion de répondre....

forcément, avec un baton il doit falloir être plus civilisé, sinon ça pourrais faire mal... mais c'est juste ce qui m'es passé par la tête en lisant le sujet, donc voila...

sinon, l'histoire d'aller au coin sur les genous m'a évoqué un souvenir...
c'était au collège (privé) en classe de 5eme, avec le proffesseur de biologie
j'étais déja très attiré par la biologie, j'avais très envie de savoir comment tout ce qui vit fonctionne, donc j'écoutais attentivement, je participais... j'en suis presque devenu le chouchou du prof, chose que j'aurai souhaité éviter à tout prix...
enfin disons, qu'il m'aime bien passe encore, mais pourvus que les copains de la classe ne s'en rendent pas compte...
et ce prof avait la manie d'envoyer les élèves au coin sur les genous, lorsque nous n'étions pas sage... au moins un par heure de cours...
et l'année avançant, ça à commencé a se voir, que tout le monde y allais sauf moi...
j'ai alors paré a toute éventualité en tenant un défis avec mes potes, je leur en ai parlé avant qu'il ne soit trop tard pour ma réputation, en leur demandant s'il croyaient qu'il allais m'ettre possible d'aller à genous...
j'ai du foutre un bordel incroyable, pour finalement y aller moins de 5 minutes, la moyenne était plus proche du quart d'heure...mais l'honneur était enfin sauf!

comme quoi trop d'affection doit pouvoir traumatiser aussi



pour finir, tu disait aussi que les brimades en public sont terriblement destructrices... je sais pas quoi dire... ça résonne très bizzarement en moi.... et c'est vrai que je lutte depuis des années pour avoir une meilleure image de moi même, je ne suis pas quelqu'un qui s'aime beaucoup.... et peut-être bien que ça viens d'une telle experience, mais alors elle doit être enfouie très profond car je n'ai rien qui me vienne à l'esprit.... seulement une vague idée, ça pourrais être lié a mon père, il est plutot "dingue" limite bon pour l'hopital, et le reste de ma famille s'en rend compte seulement maintenant... (sauf ma mère qui a divorcé il y a déja très longtemps)

mmmhhh non rien qui me vienne a l'esprit, vraiment, mais je vais y penser... genre avant de m'endormir, on ne sais jamais, un rêve pourrais m'apporter la réponse...
Siburdroc
Membre du conseil
Siburdroc
   Posté le 29-01-2006 à 22:06:01   Voir le profil de Siburdroc (En vacances)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Siburdroc   

Tout d'abord, désolé de découvrir ce sujet seulement maintenant.

Moi qui ai l'éducation pour profession, bien que je ne détiennes pas de vérités absolues sur le sujet, je trouve votre facon de voir les choses vraiment pas mal du tout.

Je tiens tout de suite à rassurer glingal sur le contrôle dont elle est actuellement victime sur sa manière d'éduquer ses enfants. Au vu de ce que tu en écris, tu n'as aucun souci à te faire mais en définitive, je suis certain que tu le sait déjà.

Pour ne pas entrer dans des détails et ne plus m'en sortir parce que quand je suis parti là dessus, je ne m'arrête plus, je dirais simplement que l'essentiel est de poser un cadre à l'enfant. C'est à dire un système de valeurs avec une définition la plus complète possible de ce qui est permis et ce qui ne l'est pas. Il est important aussi et surtout que l'enfant en comprenne le pourquoi. Des phrases du style "tu ne peux pas, ca ne se fait pas" n'ont aucunes valeurs éducatives. Il faut toujours expliquer à l'enfant le pourquoi de sa sanction, la raison pour laquelle ce qu'il a fait n'est pas accepté.

Le parent doit dans tout les cas garder ses limites, ce cadre en place. Si une fois il autorise ce qu'il brime en général, alors la règle n'existe plus et la limite plus claire pour l'enfant.

Bien sûr, comme tout un chacun nous commettons des erreurs, il nous arrive de nous tromper et celà, il ne faut pas je pense le cacher à l'enfant. Il doit pouvoir entendre que ses parents ne sont pas parfaits afin de mettre un sens sur ce qu'il en percoit que vous le vouliez ou non.

En définitive, quel que soit les actes éducatifs que vous posez, le plus important de tous est de dialoguer avec l'enfant, de reprendre les choses afin de les comprendre ensemble et en tirer des conclusions avec lui.

Je sais, c'est du très large mais en détail ca prend des livres et des livres tout ca.

Cependant, si je peu vous aidez à voir plus clair sur un point ou l'autre polus précisément, faites moi "toc-toc".




--------------------


''Hier est derrière, demain est un mystère, aujourd'hui est un cadeau et c'est pour ça qu'on l'appelle le présent''.
Maitre Oogway, (Kung Fu Panda).
Membre désinscrit
   Posté le 30-01-2006 à 10:44:25   

Tiens j'avais pas vu se sujet non plus et j'y réponds seulement maintenant..

Je peux dire que j'ai été élevé d'une manière très libre (il y a des avantage et des inconvénient .. )

Comme tout le monde j'ai eu des fessé,.. mais bizarrement ma mère et mon père n'ont jamais du me dire la différence entre le bien et le mal.

Peut-être est ce du à ma mère qui tout le long de ma jeunesse m'a raconté nombre de conte de tout les pays ou la on apprenais de manière naturelle les limites, la notions du bien et du mal. De plus je possède un caractère très souple, je pouvais dormir n'importe où quand mes parent voyagé entre l’Angleterre ( je vivais en caravane), ensuite la France (sur un catamaran.. donc une vie de bohème..).

Donc, il avait une façon de faire que je sois sage "si tu est pas sage on part!.Si j'allais à un endroit dangereux une falaise ou un danger quelconque, " si tu tombes on viendra pas te chercher". Ils avaient de la chance que je n'étais pas une enfant casse-coup de base.

Le hic avec une vie de bohème, il est difficile ensuite de s'intégrer danw une classe normal. Il était nécessaire de m'enfermer pour que je reste en classe. Franchement je préférais faire le clown pour faire rire mes camardes qu'apprendre (mais a 6 ans a t'on vraiment la conscience que toute notre vie peut être influencé par cela)

De plus je parlais une autre langue l'anglais et on a fait une découverte (je suis dyslexique), donc on y va dans une école spécialisé (pendant 2 ans je parle de la suisse si jamais).

N'empêche l'importance de nos parents est fondamental (enfin je parle pour moi.. ) ma mère m'a aidé avec beaucoup d'amour et de patience pour apprendre à lire et à écrire.. (en parallèle une orthophoniste m'aidé

Qu'est ce une bonne éducation ? c'est ça la question ? ben à mon avis il y a pas de recette la seul chose qui importe. C'est d'aimé ces enfants et de faire de son mieux, leur donné un cadre des limites, des outils pour apprendre à se défendre dans la vie.

Par contre il sera impossible de leur éviter de sefaire mal ou autre, l'expérience aussi nous permet de grandir. Un enfant surprotégé ne deviendra pas fort, un enfant qui n'est pas protégé pourrait devenir insensible, révolter, violent.

Quand à moi je dis que la meilleur école c'est la vie malgré que parfois certain fois je me demande ce qui passait par la tête des parents de battre comme plâtre leurs enfants, j'ai été victime d'un enfant battu qui me battait par la suite.. mais j'ai su lui pardonné.

J'avais lu un articles qui dis on ne né pas parents de nature on le devient .. quand l'enfant né.

Et puis je vais vous parlé de mes voisins qui sont des personne dont l'éducation est exemplaire, une femme infirmière et son mari instituteur.. ils ont eux tout deux 2 filles.

Leur éducation était de tout ce qui a plus de correcte, des bonne écoles, de l'amour et cela n'a pas empêché l'une d'entre elle d'être devenu toxicomane et anorexique..

Donc je pense que c'est aussi une histoire de personnalité de l'enfant qui fera de lui quelqu'un de bien ou non on ne peux pas tout mettre sur les parents..

donc j'ai toujours envie d'avoir des enfants après tout ça mais le grand défi trouvé le bon gars.. est ce que je l'ai trouvé bref.. sur se je retourne a mes moutons ..


Edité le 22-12-2015 à 07:10:08 par arcane


arcane
introspection
Membre du conseil
arcane
   Posté le 22-12-2015 à 07:47:26   Voir le profil de arcane (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à arcane   

Hello tout le monde

Voilà je ressors ce sujet 8 ans plus tard, cela fait un baille, je me demande si siburdroc ou d'autre y participeront .

Si jamais le membre désinscrit c'est moi, il y a eu un changement de pseudonyme à l'époque.

Voilà cela fait 2 ans que je suis maman et maintenant je vois concrètement ce que c'est d'éduqué un enfant. Et ben, c'est une tâche qui n'est pas des plus aisé, comme tout parent, je me pose mille question.

La, je suis dans la phase du non, ce n'est pas une partie de plaisir, parce que en même temps, il faut lui poser des limites sans pour autant lui empêché de prendre des initiatives.

C'est une perpétuelle remise en question pour moi, est-ce que ma façon d'expliquer, de cadrer, bref la bonne manière de faire selon son caractère.

J'avoue que certain jour, je m’inquiète quel erreur ai-je bien pu faire dans mon éducation? souvent ma fille me rassure par son comportement et son évolution.

Je dois accepter que oui, je vais faire des erreur que oui ma fille va me dire très certainement critiquer ma façon de faire que soit adolescent ou jeune adulte que même si cela m'enquiquine, cela sera la signe que j'ai bien tenu mon rôle.

En faire un adulte ayant un esprit critique et un esprit le plus libre possible, adapter le mieux possible au fonctionnement de cette société.

Bien sur je ne suis pas seul à éduquer, son père y participe activement comme tout père moderne.

Ce n'est pas toujours simple, car il vient d'un autre pays ou l'éducation était fait de manière autre que la notre. Les coup de bâton étaient encore malheureusement des méthodes utilisent même dans la même génération que la notre. Il réprouve totalement cette façon de faire, mais c'est difficile encore plus pour lui que pour moi.

Il parle sa langue maternelle à notre fille, gentillement elle apprends quelques mots et moi aussi. Et il y a des différence culturel qui sont défois difficile pour moi de comprendre malgré que mon chéri soit en Suisse depuis l'âge de 7 ans. Les pays asiatique on une mentalité différent de la notre.

Tout comme moi, il pense qu'il faut faire de son mieux pour l'éducation de ces enfants et dans le mesure du possible corriger nos erreur même si on en ferra quand même.

J'ajouterais aussi que l'éducation de ses enfants ne se fait pas seulement par les enfants, mais l'ensemble de la société par divers manière.

Les grands-parents, les amis et les rencontres bénéfique ou moins bénéfique, interaction dans le cadre d'association, de crèche d'ateliers qu'on peut faire étant enfant lui apportent les outils pour l'homme ou la femme en devenir.

C'est la diversité des façon de voir ou faire qu'on peut proposer à son enfant qui lui permet de se connaître et de crée au mieux ses propres ressources. Ce sont bien ces vérités multiples qui lui permettra sa propre vérité qui changera avec le temps, évoluera.

Surtout le grand défi actuel, lui permettra d'utiliser les technologie sans être esclave, quel soit à son service et non qu'elle en devienne dépendante. Est-ce déjà perdu d'avance telle est la question.

Parce que par rapport au génération précédénte (je parle de ceux qui sont né dans les année 1980 environ) ma fille n'a pas vu l'évolution progressive des technologie informatique. C'est la grand question l'éducation à une utilisation sage des réseaux sociaux et autre donner accès sans excès..

la réponse à mes question sera pour dans quelques années quand ma fille aura 10 ou 12 ans ou encore moins..je ne sais pas

Bref, c'est à vous cher forumeur de l'Abrasax, Quel est donc votre vision de l'éducation idéal? en étant parent tout comme moi votre vision a-t-elle changer?

Quel est donc votre vérité sur l'éducation idéal?

--------------------


la vérité est comme une boule de discothèque impossible de la voir en entier en une fois
Haut de pagePages : 1  
 
 Abrasax  Développement personnel  Discussions générales  de l'éducation idéaleNouveau sujet   Répondre
 
Identification rapide :         
 
Divers
Imprimer ce sujet
Aller à :   
 
 
créer forum