Abrasax  Développement personnel  Discussions générales 

 La perte d'ego

Nouveau sujet   Répondre
 
Sujets liés :
La diabolisation de l'ego
 
 
Bas de pagePages : 1  
pelerin sur le sentier
Membre du conseil
pelerin sur le sentier
   Posté le 06-05-2006 à 18:42:59   Voir le profil de pelerin sur le sentier (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à pelerin sur le sentier   

Je souhaite parler de ce sujet, pour eveiller l'idée chez ceux, qui ne l'ont pas, qu'il la valide ou la rejette...cela aura au moins été fait.


J'ai parlé de la meditation, un tant soit peu du chemin...bien peu de mots, face à la multitude de voie, aussi nombreuses que le nombre de personne qui la suivent.

Il y a toutefois des point commun, cela dû au fait simple, que nous sommes tous freres et soeurs, et que nous suivont, la meme voie d'evolution...les methodes change, mais les choses à developper ou plutot, les valeurs divines à exprimer restent les memes, quelque soit la personne.

Je voudrais, parler, de la perte d'ego, et ainsi donc de l'ego.

l'ego, d'un point de vue "mecaniste" je dirais, bien qu'il touche réellement à la vie plus qu'à la forme, voit son emergence, son apparition, entre ces deux points.
Pour certain, il est le fruit de la forme animé par la Vie : ainsi, toute forme animé par la vie, de par le fait meme du mouvement que donne la vie, voit un instinct de survie, une volonté, meme faible ou balbutiante se créer, (que je qualifie alors, de mouvement de poussée en avant).

Ainsi, la conscience primaire (resultante de la descente de vie dans cette forme animée), voit un automatisme d'action, un mouvement imposé dû a cette volonté de survie de la forme.
Partant du principe, que l'etre mental constitue le principe superieur de la personnalité humaine (dans le hinayana, ou petit vehicule, ....le vehicule d'incarnation), l'ego, trouvera son point culminant en la forme, la matiere mental... il est un tant soit peu lié à l'elemental mental...

Toutefois, chez beaucoup de personne, la conscience, le point central, est l'etre emotionnel, est là, l'ego, s'exprimera surtout par la voie des emotions...

de ces deux types, mental ou emotionnel, decoule la panoplie des caracteres humains teintés d'egoïté, selon que l'on soit de l'un ou de l'autre...il est evident, que la situation intermediaire, existe, et est avrai dire, la situation de la majorité.

Ainsi, je fais ici, par le terme egoïté, le distinguo avec le terme egoisme (qui revele une egoité developpé, ou plutot une expression developpé de l'egoité).

L'egoïté, le fait de l'ego, son existence, fait se tourner vers soi, l'etre humain, vers son monde propre. Il est un point d'ancrage, vers le monde des desirs, et constitue, je pense, dans toutes les traditions, l'objet de la "lutte", vers la Sainteté, ou l'etat christique, ou ne serait ce que l'union avec le Soi superieur, ou Ame. A mon avis, dans la tradition hindouiste, il est l'ennemi principal, sur le Kurukshettra, le champ de bataille ou se trouve arjuna, qui va vers Krishna, le Soi superieur ...cette bataille, c'est contre l'ego.

L'ego, resulte de ce point de vue, de l'activité du vehicule d'incarnation de l'ame, se qui provoque la dualité, la non union entre les deux.
Rapidement toutefois, cet ego, par son energie, qui submerge facilement l'etre humain naissant (d'un point de vue de l'ame, donc, une des premieres incarnation, où l'ame est encore en grand retrait), provoque, l'habitude, et insufle au soi naissant, un mouvement de survie, une volonté de protection, de maintien, de la forme et de l'etat mental et emotionnel actuel, et donc, la stagnation, l'inertie

l'Ego, evite ainsi, son evolution, et donc sa dissolution totale, en maintenant le statut quo de la forme. En effet, le travail "spirituel" qui tend vers l'ame a tendance à le dissoudre, car ce travail, constitue en cela : la perte d'ego, l'effacement du soi, pour la Gloire, la splendeur, la descente totale du Soi superieur, l'Ame, dans le vehicule.

Il est sur, ensuite, que la perte d'ego, ne peut se faire, par la perte de la forme, cela provoquant la mort... il faut donc, faire avec, d'où cette notion de Bataille dont il est question dans la Bhagavad Gita, et tant d'autre textes je pense...

Quels sont les voies, pour le dissoudre?

Nous avons la meditation, tel que j'en ai parlé dans le post meditation :

http://abrasax.alloforum.com/sujet-11765-0-1697-0-0-1-3073-1.html

Et bien sûr, au dela de la pratique de la meditation, qui surement represente bien peu de la durée de la journée, où joue l'ego, le facteur principal, est l'attitude du soi.


Que nous faut il? à ceux, à qui mes mots ont un sens...

Il faut une attitude ouverte, tournée vers le monde, une constance attention de l'environnement et non de nous meme. En fait, comme vu souvent, un silence interieur, un stop net du dialogue interieur. C'est dans le Silence interieur, que l'empire de l'ego se dissout, et que celui de l'Ame connait sa Gloire.

Faire taire ses pensées, et etre à l'écoute de la Sagesse de l'Ame.
Faire taire ses desirs egoiste,et etre tournée vers autrui.

En cela, l'altruisme, revele un point important pour le detronement de l'Ego. Le faux maitre qui pense à lui, le tyran peut on dire de maniere imager, est l'ego, l'usurpateur, le vitalisateur de la forme et de l'illusion. Le Vrai maitre, tourné vers le Monde, qui amene, une expression de la Réalité, de la Verité, un triomphe de la Vie Une, est le Maitre interieur, le Grand Coeur, l'Ame.


....
Abraxas
Membre du conseil
Abraxas
   Posté le 08-05-2006 à 13:13:24   Voir le profil de Abraxas (Offline)   Répondre à ce message   http://abrasax.chez.tiscali.fr   Envoyer un message privé à Abraxas   

Bonjour,

C'est un texte magnifique que tu nous livres là pèlerin, tu résumes parfaitement le sujet de la lutte, lutte contre les racines du mal qui se dégage du mental. Ne dit-on pas d'ailleurs du diable qu'il est le "prince du mental" ?

Je voudrais néanmoins rajouter une mises en garde pour tout ceux qui serait tenté de mal interpréter ce texte, qui peut paraître parfois „ésotérique“ (dans le sens littéral) au néophytes qui pourrait le lire.

En effet la perte d'ego est souvent un de ces enseignements ésotériques qui est le plus détourné. Les sectes de tout bord utilisent le raisonnement et les enseignements de maîtres pour leurs propres desseins.

Bon nombres de sectes, incitent ainsi leur membres à „perdre leur ego“, mais là ou l’enseignement ésotérique enseignent que cette lutte doit servir a se réunir avec son vrai moi, c’est à dire avec son âme, cette part de nous même qui n’a pas oublier son origine divine. Les sectes enseignent la perte de personnalité, elle détruise l’ego de l’adepte pour le remplacer par un autre ego, souvent celui du gourou associé à celui du groupe.

La perte d’ego ne signifie pas la perte de personnalité, comme le dit pèlerin, il s’agit d’un voyage à l’intérieur et à l’extérieur de soi. Dans l’évangile de thomas un disciple demande à jésus où est le royaume, celui-ci répond „il est à l’intérieur et à l’extérieur de toi“.

Il est donc important pour tout ceux qui ne comprendrais pas ce que pèlerin veut dire de retenir sa conclusion:

Citation :

Faire taire ses pensées, et être à l'écoute de la Sagesse de l'Ame.
Faire taire ses désirs égoïste, et être tournée vers autrui.


Faire taire ses pensées, lâcher la prise que notre ego nous impose sur nous même et notre environnement, ne veut pas dire pour autant arrêter de réfléchir et de faire fonctionner son esprit critique. Si l’ego s’exprime par la voie des émotions, notre âme elle aussi, s’exprime par la voie des émotions et en particulier par l’amour. Ces propos sont paradoxales et c’est pour cela (à mon avis) que pèlerin précise „a ceux pour qui mes mots ont un sens“. Car il est dur d’exprimer ces notions juste avec des mots.

Il faut donc être à l’écoute, de nous même et des autres. Mais avant de pouvoir se tourner vers les autres il faut se tourner vers soi-même, comme disais jésus : « si un aveugle guide un aveugle, ils tombent tout les deux dans une fosse ». Chercher à l’intérieur de soi. Le chemin est avant tout un chemin solitaire, ou chacun doit combattre seul contre lui-même. Je suis un grand partisan du développement personnel, je répète encore une fois ici que le meilleur moyen d’aider les autres, c’est de leur donner les moyens de s’aider eux-mêmes, mais comme le dit ma citation « charité bien ordonné commence par soi-même ».

Voilà, je voulais juste rajouter mon grain de sable sur le texte de pèlerin, car ce sont des notions que les mots seuls ne peuvent pas complètement expliquer, et parce que cet enseignement est souvent détourné.

Grüß

Abra


--------------------
Carita bene ordonata incipit a se met ipso
Sol
Membre du conseil
Sol
   Posté le 15-07-2006 à 00:16:59   Voir le profil de Sol (Offline)   Répondre à ce message   http://svetlina.over-blog.com/   Envoyer un message privé à Sol   

Bonjour Glingal,

Merci de faire remonter ce topic, sur ce sujet central. C'est vrai que le terme "disparition de l'égo" (que j'ai employé un peu trop vite...) est abusif. Bien sûr, il est mieux que des choses telles qu'on lit parfois : "mort de l'égo, vaincre l'égo, combattre l'égo, ou pire tuer l'égo". Quelqu'un qui parle de tuer l'égo prouve qu'il n'a jamais essayé, d'une part parce que c'est impossible, et d'autre part parce que cet égo c'est avant tout un enfant, l'enfant qu'on a été et qui vit encore en nous, et jamais on ne lui fera de mal
Je ne sais pas trop comment les "sciences humaines" comme la psychologie voient la chose. Personnellement, je m'en réfère à une explication d'Arnaud Desjardins dont je parlais à l'instant, qui explique merveilleusement ce qu'est l'égo. Quand l'enfant est dans le ventre de sa mère, il n'y a pas d'égo. Pourquoi ? Parce que l'enfant ne fait qu'un avec le monde. Le phoetus ne peut pas dire "Je" puisque ce Je fusionne avec son univers tout entier. L'Ego naît au moment de la naissance, quand la tête sort... Alors l'enfant découvre qu'il y a Lui et le monde, et donc une séparation entre les deux. L'Ego, c'est cette séparation.
Puis les années passent. Si l'enfant est aimé, choyé, alors il s'épanouira et aimera le monde, la nature, les gens, les êtres : la séparation entre lui et le monde sera alors assez faible, et son égo ne sera pas surdéveloppé. Inversement, un enfant meurtri, blessé, aura plus tendance à rejeter la société, à bâtir un mur immense entre lui et le monde, et ce mur immense c'est son égo surdéveloppé.
Je trouve cette description pas mal

Alors Glingal, comme tu le remarques très justement, cet Ego est très utile, c'est lui qui nous a permis de survivre, et c'est souvent lui qui nous fait réaliser de grandes choses. C'est sûr. Il suffit de regarder tous les hommes qui ont eu de grands destins, la plupart avaient des égos disproportionnés. Napoléon, Degaulle, Robespierre, n'étaient pas franchement réputés pour leur humilité lol Et sans parler des chefs de guerre, citons tout simplement les grands écrivains, les grands artistes, les grands chercheurs, c'était des gens dont l'égo était très fort, mais bien sûr ils savaient sublimer cette force, ils savaient la concentrer dans leur art.

Je pense que tu as parfaitement résumé la situation avec ces deux phrases :
Glingal a écrit :

Seulement voilà, l'ego n'est pas le seul élément qui détermine mes réactions. Je suis aussi dotée d'une conscience à caractère humain.

Oui ! L'égo n'est pas le seul élément, il y a aussi la "conscience à caractère humain" comme tu dis. Et c'est justement cette conscience qui va pouvoir réaliser le travail que tu cites dans ta deuxième phrase :
Glingal a écrit :

Pour moi, l'ego n'est pas à éliminer mais à rassurer et éduquer. Il a une utilité, tant qu'il n'est pas le maître dont je suis l'esclave. Et moi je veux l'entendre et non le réprimer.

Voila, il ne s'agit pas d'éliminer l'égo, encore moins de le tuer, mais simplement de le dominer. Car l'égo est infatigable, il a une volonté inouïe, il est capable de faire des choses immenses. Faut juste pas qu'il en fasse qu'à sa tête. C'est à notre conscience (notre nature supérieure) de le dominer, afin de le faire travailler vers le seul but qui soit valable depuis que l'espèce est assurée de survivre : un monde harmonieux, équilibré, où nous vivrons en paix.
Glingal, tu compares beaucoup l'homme à un animal, et effectivement l'homme est un animal, un prédateur. Mais il n'est pas que ça, il est un humain, il a les mêmes caractéristiques que l'animal mais il en a d'autres, supérieures, aussi il ne doit pas se réfugier derrière l'excuse "je suis un prédateur, c'est normal que je fasse ceci ou cela". Nous avons peut-être les yeux devant, et des incisives, comme les loups et les tigres, et même un cerveau reptilien comme les lézards, mais nous avons aussi un Coeur, un Esprit, une Conscience infiniment plus développée que la leur, qui doit nous permettre de nous élever au-dessus de cette condition d'animal. Devenir humain, voila le but. De vrais humains
Bon je parle, c'est bien joli, mais je suis très loin de dominer mon égo ! Comme certains, j'ai essayé de le vaincre, de l'écraser, et il est évident que ça ne génère que de la souffrance. Je n'ai pas encore trouvé la solution "miracle" pour le dominer. La solution, c'est peut-être simplement de l'aimer... mais l'aimer sans l'adorer, s'occuper de lui sans être à sa disposition. Un peu comme l'éducation d'un enfant. L'aimer, l'aider, le consoler, mais rester le maître. Dur dur !

A bientôt,
Sol
Dupont-levis
Membre
   Posté le 08-09-2010 à 18:56:02   Voir le profil de Dupont-levis (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Dupont-levis   

J'aimerais intervenir au sujet de la "perte de l'égo".

Il y a, semble-t-il une certaine confusion qui gravite autour de ce thème.
Dans la pratique de la vie quotidienne, il est impossible à un être humain de ne pas s'identifier avec sa pensée, à moins que celui-ci ait atteint l'Eveil. C'est ce processus d'identification qui donne naissance à l'égo. Autrement dit, la pensée est une fonction qui se prend (si l'on peut dire) pour une entité,un égo.

La pensée est en effet le seul observateur possible d'elle-même, et, cette observation est elle-même pensée. Donc, elle sera amenée à se considérer comme étant le Moi. Et si elle se reconnait comme fonction, ce sera comme fonction au service d'elle-même!

C'est pourquoi Descartes dira, au nom de l'égo: "JE pense, donc, JE suis".Un Sage aurait plutôt dit: "Si je pense, alors, je ne suis pas!"
Pour le premier, c'est la pensée qui s'exprime sous la forme du Moi,
pour le second, c'est L'Etre essentiel qui s'exprime quand la pensée se tait.

En fait, selon le bouddhisme, le Tchan en particulier, ce n'est pas l'égo qui cause problème, ce n'est pas lui l'obstacle qui se dresse sur la voie de l'Eveil, contrairement à ce que l'on a l'habitude de dire, et ceci pour une raison bien simple: L'égo n'existe pas ! Il n'y a pas d'entité , pas d'égo, pas de Moi, mais seulement une illusion , un mirage , un subterfuge que la pensée échafaude et auquel nous nous identifions.
Le problème, n'est donc pas l'égo, qui n'a aucune réalité, mais la croyance en l'existence de cet égo, en d'autres termes on s'accroche à une illusion.

Donc, d'une part il n'y a pas de Moi, et d'autre part, la pensée n'est qu'une fonction,ou un outil ,certes hautement sophistiqué, mais un outil tout de même.

Mais, me direz-vous, si la pensée n'est qu'un outil, qui est celui qui
manie l'outil puisqu'il n'y a pas de Moi pour le faire ? Nous nous retrouvons ici piégé par les mots.

En fait, seule existe la réalité de notre Etre essentiel, c'est lui l'acteur
qui derrière le rideau tire les ficelles des marionnettes qui sont les différents constituants de notre personnalité et qui s'agitent dans la vie de tout les jours.D'ailleurs personnalité signifie "masque",c'est bien là le masque social, la "marionnette"! C'est cet acteur "inconnu"
qui insuffle la vie à la pensée et au corps.

L'égo est une illusion car il n'est que le reflet déformé, caricatural et fugace de notre nature essentielle ici-bas, reflet auquel la pensée s'identifie, mais que le moindre souffle de vent peut faire disparaitre ou trembloter comme le reflet de la lune la nuit sur une mare.

Il n'y a donc pas d'égo à perdre, il faut simplement s'éveiller et voir que ce n'était qu'une illusion, qu'en réalité c'est notre pensée qui s'est imaginé être un MOI.

Toutefois tant que nous ne sommes pas prêt pour l'Éveil, cette illusion
nous aide à vivre notre vie comme un long rêve laborieux.......
De même dans l'Ancien Testament, Yahvé, s'imagine être le seul dieu,
alors qu'il n'est qu'un pâle reflet monstrueusement déformé de la Source originelle. Yahvé représente l'égo du monde ,avec suffisance, arrogance et ignorance. Tout ce qui est en haut est comme ce qui est en bas et tout ce qui est en bas comme ce qui est en haut énonce la Table d'Emeraude. Il y a là une correspondance, d'ailleurs on pourrait en trouver d'autres non seulement dans la Bible , mais dans l'histoire des dieux sumériens ou Egyptiens, et d'une manière générale dans tous les écrits sacrés.

La Source originelle étant en correspondance avec notre Soi Supérieur .

--------------------
Erika
Membre
   Posté le 17-10-2014 à 07:40:19   Voir le profil de Erika (Offline)   Répondre à ce message   Envoyer un message privé à Erika   

L'ego est aussi illusoire que la matérialité, la source de toutes choses réside "ailleurs".

Penser c'est être et donc avoir un Ego.

Rechercher la source de toute chose (en arrêtant de penser par exemple, Descartes ouvre la brèche) permet donc de se libérer de l'ego, de l'illusion et de là vient le début de l'éveil.

--------------------
Haut de pagePages : 1  
 
 Abrasax  Développement personnel  Discussions générales  La perte d'egoNouveau sujet   Répondre
 
Identification rapide :         
 
Divers
Imprimer ce sujet
Aller à :   
 
 
créer forum
   Hit-Parade